apprendre a manipuler

Ce que votre père aurait dû vous apprendre sur le look, par Stan

Accueil > Articles relooking > Ce que votre père aurait dû vous apprendre sur le look, par Stan

5 conseils look pour homme

Le pourquoi de cet article est simple. Essayer d’expliquer le plus simplement possible aux débutants quelques règles faciles à comprendre et à respecter (donc à appliquer). Bien sûr, en un seul article, il me sera impossible de prétendre à vous faire devenir élégant — ne connaissant pas moi-même tous les rouages de l’élégance masculine. Mais il me semble en revanche qu’en respectant ces quelques points, il sera tout à fait possible de progresser. Ma ligne sera simple : écrire un article comme j’aurais aimé en lire un, à la virgule près, lorsque je débutais dans ma quête d’élégance. Et pour cause, j’ai passé quelques heures sur cet article et réécris quelques passages. Mais comme le note ingénieusement l’économiste Gary Becker, « écrire, c’est réécrire ».

À mon père, qui m’a toujours appris à bien m’habiller… pour lutter contre le froid

Règle n°1 : désapprendre à penser utilité

L’utilitarisme consiste en l’achat d’un vêtement, prenons un manteau par exemple, afin de l’utiliser pour toutes les circonstances. Que ce soit le matin pour se rendre dans son RER comme pour skier ou randonner en famille. C’est normal, vous avez acheté votre parka Lafuma 150€, vous voulez forcément la rentabiliser.

Mauvaise nouvelle, il va falloir arrêter de penser utilité. Sans sombrer dans l’hystérie de vêtement, apanage de quelques filles bien identifiées (et de quelques gays), avoir un manteau adapté à chaque saison et à des utilisations bien distinctes paraît normal. De la même façon qu’il ne vous viendrait pas à l’esprit de skier en pardessus Dior.

Règle n°2 : désapprendre à penser prix

Il était très beau, ce petit manteau à 400€, stylé, élégant, et en plus vous avez soigneusement pensé à ne pas penser utilité, comme le préconise la règle numéro une. Problème, il coûte 400€, presque un demi SMIC, ça fait cher quand même. En plus, vous aviez prévu d’acheter un nouvel écran plat dernier cri… Ah, quel dommage. En matière de vêtement il, faut parfois savoir mettre le prix lorsque vous voulez acquérir de belles pièces (avec discernement, bien entendu). Personne ne vous dit d’acheter les yeux fermés des vulgaires sneackers Armani (parce que c’est de marque) à 300€ sous prétexte que ce serait de la marque. Non, ce que je veux vous faire comprendre ici, c’est qu’il faut parfois apprendre à dépenser intelligemment son argent, à ne pas penser lors du passage à la caisse à « putain, ça fait 16h et 34 minutes de travail » ou que sais-je encore.

Vouloir minimiser systématiquement les prix lors d’un achat vous desservira. J’entends déjà les étudiants (ou d’autres) à court d’argent m’expliquer que les fins de mois sont dures, ça tombe bien, je le suis aussi et j’y viens.

Vous avez déjà vu tous ces gens, se pavaner fièrement du haut de leur chemise Brice/H&M/Célio (cochez au choix) achetée en soldes dans les boutiques de La Défense ? Eh oui, ça ne leur réussi pas ; au moins se croient-ils stylés : 40€ la chemise quand même ! En bref, arriver à la fac avec une chemise blanche avec 3 boutons bleu ciel en-dessous du col de la chemise paraîtra tout sauf stylé. Et nul besoin d’aller chez Givenchy pour obtenir une belle chemise. Cherchez par vous-même, vous avez de quoi faire et à partir de  60€ la chemise ne me dites pas que vous en serez réduits au duo pâtes/patates pour toute l’année.

Ainsi existe-t-il tout un tas de marque où la qualité et le prix sont au rendez-vous sans pour autant vous ruiner. En outre, je vais m’empresser de vous délivrer une petite astuce — qui là aussi soulagera votre porte-monnaie tout en ne négligeant pas votre style. L’idée étant de savoir mettre le prix dans de grosses pièces — manteau, chaussures, voire quelques chemises — et de savoir se dégoter quelques jeans/tee-shirt/chemises à bas prix, par exemple chez Zara qui fait quelques jeans très corrects.

Par ailleurs, ne négligez pas l’importance des sites d’occasion. On ne le répètera jamais assez, vous pouvez faire des affaires extrêmement intéressante sur des sites comme eBay, par exemple. Et si une sorte de réflexe préhistorique vous poussait à penser que c’est un peu la honte, dites-vous que toutes les fashionistas en talons et en chaussettes montantes sur lesquelles vous bandez dans la rue le font, elles.

Règle numéro 3 : pensez variété

Cela rejoint quelque part la règle numéro 1 sur l’utilité, certes. Ainsi n’allez-vous pas utiliser votre manteau Lafuma pour tous les jours. Mais supposons que vous ayez acquis un très beau manteau noir chez The Kooples, par exemple. Vous en êtes content, en plus vous l’avez acheté moité-prix. Vous avez fait la bonne affaire. Toutefois, c’est vôtre seul manteau, et conséquemment, vous le porte(re)z tous les jours. À votre actif, vous n’avez donc qu’un manteau noir, comme… Et bien comme tout le monde…

Messieurs, ne bannissez pas le noir. Personne ne vous demande de sortir tel un arc en ciel. Il y a deux ans, j’avais acheté un pardessus noir Azzaro 200€. Comprenant les « codes » de l’élégance masculine, j’ai, au fur et à mesure, laissé ce même manteau faire le bonheur de mon placard (et des toiles d’araignées). Toutefois, j’ai acheté par mal de choses entre temps. J’ai décidé quelques temps plus tard de le réessayer, et il est pas si mal finalement mon manteau noir. Mes différents cercles sociaux ayant intériorisé le fait que je possède quelques manteaux/vestes (pas 5000 je précise), il ne m’est aucunement préjudiciable de porter un manteau noir, qui épouse par ailleurs parfaitement bien ma silhouette. De même que mon amphithéâtre ou que sais-je encore.

D’où l’importance de varier sa garde-robe. Vous n’avez plus votre chemise spéciale soirée en boîte (blanche), vous cesserez également de ne porter qu’un seul manteau (noir) pour tous les jours. De même que vous aurez plus qu’une seule paire de chaussure (noires).

Règle n°4 : ayez de (très) belles chaussures

Bon, c’est vrai, j’aurai pu établir 25 règles de la sorte, jusqu’à « ayez de belles chaussettes« . La chaussure est, à mes yeux — peut-être parce que c’est une passion —, d’une importance capitale. Un très beau look terminé par des bouses noires non cirées et à bout carrés, et c’est l’assurance de casser ce que vous avez brillamment entrepris : à savoir vous vêtir avec élégance (en respectant les règles ci-dessus).

À ce stade, je vais vous apporter une bonne, et une mauvaise nouvelle. La mauvaise, c’est qu’en matière de chaussures (peut-être même plus qu’ailleurs), la qualité se paye forcément. Je m’explique. Vous pourrez trouver un très beau jean chez Zara qui ne vous coûtera pas grand chose. En chaussures, trouver (neuves) une paire de qualité en dessous de 150€ sera quasiment impossible.

Là, il vous sera nécessaire d’investir intelligemment votre argent. Votre budget est modeste ? Comptez entre 150 et 200€ . Vous êtes prêts à investir autour de 300/400€ ? Dans ce cas, les marques Crockett&Jones, Carmina, Septième Largeur qui sont d’excellentes maisons et dans lesquelles vous êtes sûrs d’acheter un produit de qualité.

Pour terminer (vous en avez déjà beaucoup lu), n’oubliez pas les règles d’entretien obligatoires (lait + cirage + brosse à dépoussiérer + brosse à lustrer + embauchoirs). Visez également des constructions en goodyear — bien qu’à 200 ce soit quasi systématiquement du cousu goodyear). Par ailleurs, n’oubliez pas qu’en matière de chaussures plus qu’ailleurs, la variété est absolument nécessaire ; une paire de chaussures devant être portée au maximum un jour sur deux.

Je posterai peut-être des exemples issus de mes tenues personnelles afin d’illustrer mes propos ; une illustration valant mieux qu’un grand discours.

Stan


Et rendez-vous le 26 avril pour le second volet de nos séminaires sur la manipulation : Obtenez ce que vous voulez. Plus vous réservez tôt, moins vous payez !
Adresse Email * Prénom *


5 COMMENTAIRES pour cet article.

  1. Delmarre dit :

    Si c’était de mon ressort, j’intitulerais le point 1 «Désapprendre à penser polyvalence». Des chaussures qui t’empêchent de marcher, un manteau ou des gants qui ne tiennent pas chaud, des vêtements qui limitent tes mouvements, ça te met dans la catégorie branquignol ou valet (le porte-vêtements, s’entend), pas type intéressant.
    Mais je développe déjà à l’excès, vu qu’au-delà du dissensus lexical, il me semble qu’on est d’accord sur le fond.

  2. Michael.S dit :

    Pour ma part, je passe beaucoup de temps sur les sites comme  »fancy » par exemple et je sélectionne avec beaucoup d’attention les personnes que je follow.

    D’une cela me permet d’avoir une vision de la mode globale. De deux cela permet d’accéder à des marques et des shop qui ne sont que très peu connus et donc à des pièces que peu de personne ont.

    Et surtout il faut lire, lire et encore lire (magazine, blog, journal de mode etc etc…), aujourd’hui la technologie nous permet d’acquérir un minimum de connaissance en très peu de temps.

  3. Abel dit :

    Pour l’entretien des chaussures et pour le côté puriste, j’ai trouvé un fetichiste qui utilise sa langue sur mes chaussures. Si la méthode est déroutante, le résultat est assez sympa. Mes chaussures étant propres dans le détail et n’ayant plus qu’à être cirées.

  4. Stan dit :

    Tu dis « « apprendre à privilégier la qualité et le style au prix », les vêtements moins chers de piètre qualité ou qui manquent de style, on les abandonne plus vite de toute façon, il faut savoir investir quand une pièce vaut le coup ».

    Je dis « En matière de vêtement il, faut parfois savoir mettre le prix lorsque vous voulez acquérir de belles pièces (avec discernement, bien entendu) »

    C’est un peu la même chose, non ? ;)

  5. Samuel dit :

    Pour la variété, c’est d’autant plus vrai que ça n’implique quasiment pas de coût supplémentaire en dehors de l’investissement de départ. Une fois que l’on possède 4-5 paires de belles chaussures, elles s’usent beaucoup moins vite puisqu’on les porte à tour de rôle, le taux de renouvellement ne change pas, et pourtant on a de la variété. Il en va de même pour les manteaux et autres vestes, pareil pour les jeans, T-shirts et chemises.
    Concernant la partie « désapprendre à penser prix », pas vraiment d’accord, je dirais plus « apprendre à privilégier la qualité et le style au prix », les vêtements moins chers de piètre qualité ou qui manquent de style, on les abandonne plus vite de toute façon, il faut savoir investir quand une pièce vaut le coup.
    Très bon article dans l’ensemble.

Qu'en pensez-vous ?

 (Ne sera pas publiée)

Archives par mois