TF1 – Field

J’ai lu dans la presse que Nicolas Bedos avait été parfaitement vulgaire lors cet extrait, ce qui m’a bien entendu poussé à le regarder. Et plutôt deux fois qu’une.

C’est totalement crétin comme analyse. D’abord il n’a pas été vulgaire mais grossier, et ça n’a rien à voir. Ensuite, il a été parfait car le contexte ne lui donnait pas d’autre choix.

Et c’est ce qui m’a donné une idée.

Jeu

Saurez-vous reconnaître les différentes techniques de séduction employées par ce séducteur naturel sur cette petite invitée plateau toute mignonne ?

Postez votre réponse en commentaire ainsi que le temps (mm:ss) auquel la technique est employée.

Exemples :
- impertinence 01:47 (je dis ça au hasard)
- sexuer 03:33 (idem)

Les 5 meilleurs commentateurs remportent un exemplaire de L’homme idéal.

Bonne chance !

30 COMMENTAIRES pour cet article.

  1. Chazelle Jérémie dit :

    Bon ; le temps (mm:ss) je m’en moque. Vous ne m’en voudrez pas.

    Néanmoins ; Force est de constater que l’apparente tranquillité de ce cher Nicolas Bedos semble plus que vaciller au contact de notre chère amie.

    Il semble dépassé, troublé, parfois vexé, s’insurger, s’agiter, s’exciter et nous apparait comme « tout-feu-tout-flamme » dont le Maitre-mot de son comportement serait à l’exact-opposé de : Tranquilité.

    J’entends que cette jeune-fille, forte de son insouciance et de son jeune âge ne puisse exactement déterminer l’enjeu-actuel de l’évènement-en-cours et que cette ignorance lui donne le « courage/bétise » nécessaire à l’affichage de ses plus jolies vertues mais, tout-de-même, Bedos semble désorienté et trop abîmé pour être reçu.

    Qu’en penser de plus ? Il est – in finé – regrettable que dans une relation-télévise [ou-pas] le versant-féminin d’une réalité soit à ce point dominant en l’échange. Elle apparaissait comme un cadre dont le pauvre Bedos – fort de ses charmes à n’en pas douter – semblait ne pouvoir émerger.

    Le principe-même de l’Art-de-la-séduction pouvant – pourtant – se résumer en : « attrape-moi-si-tu-peux » et ou, j’en suis navré, le versant Masculin doit être l’instigateur de la course-poursuite – sinon, il y a malaise. Ainsi qu’en cette scène.

  2. kindy dit :

    Je poste ma réponse très tardivement mais malgré tout je veux ca même dire que l’audace et le fort caractère sont de fort allier dans la séduction et la confiance en soi. Il a été à la fois un mec qui as les qu….lle et sans oublié de l’accompagner d’un grand regard ravageur et le sourire juste tombant.

  3. king dit :

    (au passage, j’ai déjà le bouquin, je laisse le commentaire de passage sur le site ;) )

  4. king dit :

    Vidéo intéressante! merci.

    Tout d’abord, c’est son terrain, on parle de son bouquin, ll a la liberté e dire ce qu’il veut.
    Il a été très grossier, a la limite du manque de respect qui s’atténue subtilement par son sourire et sa facon d’être : il s’en tape totalement, il est détendu, on parle de son bouquin, pas de pression.
    La ou ça devient intéressant, c’est lorsqu’il lance des piques et la fille répond, c’est normal, elle ne va pas non plus se taire : Imagine qu’on te traite de ‘chien’ (aucun rapport direct avec ‘pute’) , selon le contexte et la personne qui le dit, tu réponds ou non. C’est pareil : Imaginons la fille qui soudain laisse un silence pour faire remarquer la connerie du type, que ce n’est pas drôle – Mais ici c’est quasi impossible, Bedos mène la danse, sa voix l’emporte, l’ ‘énergie’ et la dynamique rend a peu près propice a sa propre connerie – démontré lorsqu’il lance ‘Non mais on s’en fout’ quand Field passe a autre chose, tout le monde rigole, c’est marrant. ;) .

  5. Médiocritéinouïe dit :

    Arrête Lysdream, les spikies risquent de se rendre compte que c’est elle qui était intéressée depuis le début et qu’elle a juste voulu se faire remarquer.

  6. LysDream dit :

    On se demande qui a séduit qui entre ces deux protagonistes, quand on voit son air béat dès les premières paroles de la fille…

  7. Cicinio dit :

    J’ajoute seulement qu’il était naturel, parce qu’elle voulait le perturber et le bloquer. Enfin de compte, séduire c’est savoir communiquer :)

  8. Eick dit :

    Si Nicolas avait réagis plus calmement sans utiliser des mots grossiers, pensez-vous qu’il aurait eu le même charme ?
    Je pense qu’il aurait eu plus de charisme s’il aurait tenté un pull/push sans introduire le mot « pute, … »

  9. Roland dit :

     » En tout cas, ils se galochent sur papier glacé désormais.

    https://twitter.com/#!/Suchablog/status/140330457693822977/photo/1  »
    Tout est bien qui finit bien.

  10. Bishop dit :

    Endy,

    Tu peux pas dire « heureusement que la fille a de l’humour » car c’est elle qui lance le jeu en traitant le mec de figure de style ! En voyant qu’elle voulait jouer, il a renvoyé tout au long de l’interaction la balle de l’impertinence !

  11. La caution dit :

    En tout cas, ils se galochent sur papier glacé désormais.

    https://twitter.com/#!/Suchablog/status/140330457693822977/photo/1

  12. Endy dit :

    Sur le fond de l’échange il est plutôt bon, ne serait-ce que parce qu’il lui rentre un peu dedans ce qui rend les choses bien plus amusantes, mais aussi parce qu’il avance des billes.
    Sur la manière il est violent dans son humour et plutôt grossier, et tout sauf léger.

    La jeune fille : heureusement qu’elle a beaucoup d’humour, de maturité pour son jeune âge et d’assurance lui venant probablement de sa jolie gueule, sinon elle n’aurait pas pu encaisser tout ce qu’elle a pris dans la gueule à la télé (c’est quand même légèrement intimidant la télé, avec un public présent en plus) et elle se serait rapidement cachée sous la moquette.
    Lui : je lui ai trouvé l’assurance du mec à qui tout a toujours réussi et qui avait tout au départ (merci papa). Il peut donc tout oser (ce qui me fait penser à la fameuse phrase d’Audiard sur les cons, bien qu’il vaille probablement un peu mieux que ça).

    Enfin au moins il s’amuse, et elle aussi par moments. C’est donc un bon moment pour tout le monde.

  13. Moogwai dit :

    Beaucoup de choses ont été dites (barrières, sexuer…), je vais donc juste ajouter un ou deux commentaires

    Le contact visuel de sa part est rarement interrompu. Il la regarde presque tout le temps dans les yeux en souriant d’un air charmeur.

    0:46 J’ajouterais aux autres commentaires qu’il la teste. C’est un compliment, mais il lui demande implicitement de faire ses preuves.
    1:38 La situation est difficile, elle vient de dire « je n’ai plus rien à vous dire », ce qui clôt potentiellement l’interaction.
    L’impertinence permet de relancer la dynamique (et accessoirement de passer du vouvoiement au tutoiement ;)). C’est très fort.
    2:43 Body Langage. le contact visuel n’est pas rompu par elle, et regardez son BL juste avant qu’elle reparle.
    2:55 Il lui dit explicitement qu’ils jouent tous les deux (au jeu de la séduction). Il demande même à Field de bouger pour les laisser jouer.
    3:54 Baffie a compris ce qui se passait et envoie le spoiler, qui doit être comblé par la (fausse) barrière qui suit.
    4:20 Body Langage: il la qualifie (ce qu’il refait en 4:43).
    4:34 et 4:45 Qualification orale.
    La réponse qu’elle fourni pour la « pute » lui permet de lui donner tous les signes d’intérêt pour qu’elle soit aux anges à la fin de l’interaction.
    C’est les félicitations d’un grand joueur à son adversaire après un beau match. Emballez, c’est pesé :).

    En tout cas merci à Stéphane d’avoir posté cette vidéo que je n’aurais jamais regardé, je me suis délecté :).

  14. Manas dit :

    Elle est effectivement mignonne mais porter la veste de son père ne lui va pas :D

  15. TYFA dit :

    Vous noterez bien que dans l’extrait du dictionnaire de Roland, « vulgaire » est défini par le mot grossier après « péjorativement sans distinction, sans élégance ». Le dictionnaire est donc soit vulgaire, soit grossier dans sa définition. A vous d’en juger, je trouve que la limite entre les deux est d’une subtilité « advanced » :D

    Par ailleurs l’analyse de Bishop est pertinente. Toute l’assemblée est contre Bedos avant même qu’il n’ait le temps d’ouvrir la bouche.
    Baffie se range tout de même un moment du côté de Bedos via une projection « On pourra dire on y était, quand vous aurez quatre gosses ; on les aura vu le jour où il se sont rencontrés » vers 3:54
    puis remet en quelque sorte le livre et Bedos en valeur avec un « mais elle l’a adoré c’est sa façon de le dire ».

    C’est vrai qu’au final il s’en sort pas trop mal. Je visionnerais bien ce qui précède et ce qui suit cette vidéo histoire de me faire une idée du contexte global du passage de Bedos dans l’emission.

  16. Rafael dit :

    Tout commence dès le début. Son regard est tout de suite fixé et son expression est celle de celui qui n’écoute pas.
    Ce qui va s’avérer entrer totalement dans l’image qu’elle lui attribue par la suite…celle d’un mec superficiel. (dans le bon sens du terme)
    genre « je m’en fou mais continue à parler s’il-te-plaît »

    [Connexion]
    Et elle ne peux que le sentir : regardez son sourire à 00:12.
    Lui en rajoute magnifiquement à 00:29

    Et c’est ça, le contexte difficile qu’il a bien maîtrisé : il ne pouvait créer une connexion avec elle que sur la base de son si joli minois… il a eu le naturel de le faire tout de suite, et x 2.

    [Mâle dominant]

    00:46 « On ne va pas réduire cette fille à son joli physique » : signifie pour l’autre mec : ta gueule, j’aimerais écouter

    exclusion des autres hommes

    elle: « je n’ai pas fini »
    auquel il répond d’un « bien-sûr! » ironique (continue, chérie…)
    et conclut en la recoupant lui-même « ceci dit, c’est vrai que t’es jolie »

    puis par la suite, il arrive à faire se lever un mec pour qu’il libère le champ visuel
    « t’as Field entre nous deux » 02:54

    et enfin « on s’en fou » à 04:46

    [Mec drôle] sous-entendu, si on dînait ensemble, tu t’emmerderais pas

    01:47 « t’as une belle gueule mais t’es une connasse »

    [Conclusion]

    Après toutes ces suggestions de « dîner ensemble » et « avoir une aventure seulement avec un fille qui apprécie le livre », il a la présence d’esprit de conclure sur la négative:

    « t’as un moment de télé, et moi un joli souvenir »

    Ce qui la laisse dans le doute (et déçue ?) et lui donne l’opportunité d’y retourner – comme si, après réflexion, ce moment de télé ne sera pas suffisant-

  17. Stéphane dit :

    Beaucoup de choses vraies dans ces dernières analyses

  18. Bishop dit :

    Il a magnifiquement bien joué en raison du contexte. C’est simple, tout est contre lui. Il y a la table, le présentateur, et surtout Baffie qui prend un malin plaisir a toujours cassé la dynamique. Luchini avait dit de lui chez Ardisson qu’il avait le rôle de l’hétéro qui envoie des grosse bâches en pensant faire l’intéressant.

    Bref, tout n’est que barrières, et il en profite pour faire ce que j’appellerai une extension de barrière sur la jeune fille, qui évidement répond au flirt.

    A part ça, il y a essayer de gerer et de doser quelques technique dont :

    0.08 sourire
    0.16 regard
    0.50 extension de barrière, il sort du piège du présentateur
    1.00 sexue
    1.50 audace (mais body langage un peu timide, il reste accroché a sa chaise)
    2.20 contradiction, il crée de la dynamique
    2.30 jeu du miroir, sorte de faux dialogue
    3.20 autodérision
    3.30 sexue (2)
    4.07 extension de barrière (2), il sort du piège de Baffie qui lui met des bâtons dans les roues
    4.11 sexue (3)

    Il ne peu pas aller plus loin. Il a été léger drôle. Body langage un peu timide peu être mais compensé par un sourire et un regard enjoleur. Je dirai presque parfait en raison du contexte.

  19. Roland dit :

    Bonjour à tous,

    Alors, pour éviter de confondre « grossier » et « vulgaire », petit tour par le dictionnaire :

    Grossier = qui manque de finesse, contraire aux bonnes manières.
    Vulgaire = péjorativement sans distinction, sans élégance, grossier.

    C’est donc le « péjoratif » qui constitue la différence.

    http://www.le-dictionnaire.com/definition.php?mot=vulgaire

  20. Stéphane dit :

    J’ai toujours trouvé très vulgaire de confondre « vulgaire » et « grossier ».

  21. TYFA dit :

    Serait-il possible de savoir en quoi il a été parfait sur cet extrait ?
    La seule perfection apparente se trouverait au niveau de la technique, de l’arsenal de séduction qu’il utilise pour répondre ou plutôt pour esquiver la question de la demoiselle (si cette question représente le fameux contexte ne laissant pas d’échappatoire..)

    Au niveau de la forme il n’y est pas, vu qu’il est obligé de verser dans le vulgaire pour essayer de sauver les meubles et ne pas perdre la face comme le montre le moment où il baisse les yeux et porte le verre à sa bouche.

    La seule chose qu’il a réussi à bien faire c’est de créer un buzz sur cet échange verbal. Après est ce que ce buzz aura un impact positif sur la promotion de son livre ça reste à démontrer car le fond et d’une certaine manière la forme n’y sont pas.

  22. Hanvil dit :

    Un moment brillant de fractionnement et de disqualification! Elle cherche un feedback sur sa valeur intellectuelle, et il l’a bien compris: il lui fait courir après cette valeur pendant toute la séquence!

    015- PULL Regard charmé et charmeur, il se le permet parcequ’il est déjà largement en position alpha a ce moment la!

    0 30- PUSH/PULL Disqualification ‘challenging’ >cette jeune fille, qui apparament veut se faire valoir intellectuellement (mais qui a encore de gros problèmes à s’exprimer) se fait ici mettre ‘hors jeu’ sur ce plan: si elle peut le traiter de ce qu’elle veut, c’est que sa parole a valeur nulle face à son corps.

    0 40-PULL> Cocky funny, qualifie son age

    0 48-PUSH/PULL>Disqualification ambigue

    1 00-PULL: lève ambiguité après quelques secondes à la laisser douter du commentaire précédent

    1.39- PUSH Impertinence sexué: il la disqualifie complètement intellectuellement, en lui suggérant plutot de se mettre un micro dans le cul…

    1.40PUSH: ‘C’est pas vrai, t’es pas juste’ >Disqualification intellectuelle PULL: ‘Mais ca m’empêchera pas de diner avec toi’ >Qualification physique

    2.30 -PULL qui ressemble à un push : Qualification subtile! Laisse supposer qu’être ‘pédophile c’est pas bien’>> ca tombe bien il a quelques années de plus qu’elle ;)

    2.40- PULL: Partage son frame pour la première fois et montre en passant qu’il peut aussi être normal, et pas seulement jouer son rôle de ‘cocky’>>elle est rassurée après toute la pression qu’elle vient d’encaisser! Tellement qu’elle répond par en le qualifiant : D

    3.47- quoi de plus classe que l’autodérision quant on est inspiré! Cf Hank Moody

    3.58- PULL déguisé en PUSH: fausse disqualification: car si elle est là, c’est qu’elle à sans doute aimé son livre.

    4.11:-PUSH sexué: la qualifie de pute: disqualification cocky funny, très second degrès, et sexué!
    4.40: PUSH: ‘On en reste la, on a bien rigolé’

    4.48: PULL: lui donne finalement la qualification après laquelle elle court depuis le début! Il lui a fait payer ca bien cher : )

  23. testeur dit :

    test de test

  24. Test dit :

    2ème test

  25. Test dit :

    Test de commentaires

  26. Yohann dit :

    00:09 : mode Steve McQueen ; sourire en coin, regard fixe mais pas envahissant.
    00:30 : il montre qu’il écoute vraiment la fille. Il a en plus la voix « légère », pas très forte. C’est elle qui a pour le moment la parole et l’attention de l’homme.
    00:40 : il la qualifie. Le sourire encore en toujours.
    00:46 : il commence à créer une connexion avec elle, en sous-entendant que ce n’est pas que son physique qui l’intéresse
    00:55 : elle lui dit qu’elle n’a pas fini son intervention. En cohérence avec 00:30, il s’excuse.
    01:47 : impertinence bien placée ; il est parvenu à commencer à la charmer dans les premiers instants de l’interaction, il peut donc se permettre pareille attitude (avec tact). Barrière.
    02:18 : projection et invitation à dîner, qui passe presque inaperçue, mais qui contrebalance son impertinence et la barrière précédente
    02:40 : vérifie si elle est charmée. Confirmé par l’intéressée.
    03:30 : sexuation
    04:04 : barrière
    04:10 : amplifie la barrière avec le « pute ».
    04:19 : la fille, charmée, entre dans le jeu, et lui répond.

    C’est gagné !

  27. Quentin dit :

    A 2:14, il fait passer dans le débat, comme un cheveu sur la soupe, l’idée d’un dîner entre elle et lui (nouvelle projection, plus concrète) ; idée sur laquelle il passe très brièvement afin de ne pas lui laisser le temps d’accepter ou de refuser.

  28. Quentin dit :

    A 0:30, il joue le mec charmé « si c’est elle, elle peut me traiter de ce qu’elle veut ».
    A 0:36, lorsqu’il apprend son âge, il laisse planer la possibilité d’une liaison en montrant qu’il ne la trouve pas trop jeune. Il fait une sorte de projection à peine esquissée.
    A 0:46, il montre sa valeur morale en montrant qu’il ne tombe pas dans le piège de la beauté « on va pas réduire cette jeune femme à son joli physique ». Mais il évite aussi de tomber dans l’hypocrisie en faisant preuve d’impertinence : « ceci dit c’est vrai qu’t’es jolie ! ».
    A 1:39, il fait preuve d’impertinence en simulant (avec le sourire) une dispute virulente suite à la remarque acerbe de la jeune fille, ce qui augmente énormément la tension.

  29. Quentin dit :

    test

Qu'en pensez-vous ?

 (Ne sera pas publiée)