creer de la connexion

The Game, par Neil Strauss

Accueil > La séduction en films & en livres > The Game, par Neil Strauss

The Game, Neil StraussLorsque j’ai vu la première affiche de Hitch, dans la rue, j’ai bien cru que Will smith serait celui qui révèlerait au grand jour la secret society des experts en séduction (PUA, ou « pick-up artists »). Que nenni, ce sont deux parfaits inconnus qui s’en sont chargé, Neil Strauss, écrivain/journaliste timide aujourd’hui transformé par son ancien coach en nouvel ami, Mystery.

Ce livre raconte, avec un certain sens de la mise en scène – il faut l’admettre – l’aventure de celui qui un jour se rend au distributeur automatique de billet pour y retirer la somme nécessaire à un mystérieux cours de séduction qui va changer sa vie.

The game

Ca part très fort. Le livre est grand, beau, les bords des pages sont dorés et tout le monde vous regarde quand vous le lisez debout dans le métro. Les illustrations sont ultra-stylées et arrivent presque à faire passer Neil Strauss pour Brad Pitt, lui qui reste quand même (physiquement en tous cas) pas loin d’un avorton

Ca continue très fort avec des exemples d’openers et de routines (que tout le monde répète au mot près aux 4 coins de la planète, mais c’est un autre problème) assez intéressants, ainsi que des schémas type stratégie militaire pour aborder un set de deux filles au bar d’une boite. Non, vraiment, on lit les premières pages avec avidité.

Ce qui continue par contre de me surprendre, plusieurs mois après l’avoir lu, c’est qu’on assimile ce livre à une méthode, alors qu’en volume une bonne moitié (soit plusieurs centaines de page) est consacrée au malaise du chef, de l’idole, du guru, Mystery, dont on apprend qu’il est aussi inapte à gérer une relation de couple, qu’il excelle pourtant à la créer. Pour faire un tour de magie à 2 heures du matin dans un casino de Las-Vegas, il y a du monde. Mais pour exercer son self-control devant une strip-teaseuse qui mène les hommes par le bout du nez, on ne rencontre plus personne. Demande en mariage au bout d’une semaine, instabilité émotionnelle et vie dépravée sont les ingrédients de toute la fin du livre, et que tout le monde passe sous silence. Ce qui ne joue d’ailleurs pas en défaveur de Strauss. Raconter l’ennui et le mal-être, c’est (très) dur. Tout le monde n’est pas Moravia.

Neil Strauss

Avec La Sociologie du Dragueur, Soral avait montré les rouages économiques et sociaux du marché de la séduction, au détriment des pures techniques de drague, ce que d’aucuns (pas les meilleurs, comme d’habitude) lui avaient reproché. Si vous en êtes, jetez-vous sur The Game, et vous y apprendrez 2 ou 3 neg-hits à ressortir en temps voulu, lorsque la grande blonde sexy que vous avez approché sur la piste de danse vous ignorera avec un peu trop de violence. Mais un fois votre canned stuff ingurgité et mémorisé, toute la fin risque de vous rester sur l’estomac.

Stéphane

Adresse Email * Prénom *


7 COMMENTAIRES pour cet article.

  1. Clay ment aise dit :

    Pensez vous que ça serait judicieux que je fasse lire ce livre à unE amiE ? elle l’a trouvé par hasard dans mon sac et a juste lu le lexique mais elle voudrait que je lui prète, le problème c’est qu’elle risque de perdre la foie en les hommes (ce qui lui reste !)
    Alors, je lui prète ou pas ?

  2. Jubal dit :

    Ouais la traduction Fr est pas terrible. Exemple : le regard d’une fille séduite traduit en « oeillade patée-toutou » : ça manque de style ;)

    Trouvable sur amazon à moins de 10 euro, aucune raison de ne pas l’acheter. Ce livre est une mise en scène à multiple facette qui a le mérite d’être cash mais manque de détails. Rien n’est parfait

  3. Mii dit :

    C’est vrai que la traduction en français est un gros gâchis de ce livre ?

  4. Koresh dit :

    Alors PUA devient V2D – virtuose de la drague – et AFC PMF – pauvre mec frustré –

    Traduction, trahison… Je trouve la critique assez courte…
    Mais ceci dit… ce n’est pas une méthode du tout, mais plutôt une expérience relatée avec explication des grands principes etc…

  5. Diablotin dit :

    The Game sortira en France et en français au mois de février aux éditions du Diable vauvert. L’occasion de voir comment les acronymes de Strauss seront traduits… Que va devenir un PUA ou un AFC ?

  6. Endy dit :

    Le début est un bon roman initiatique, haletant.
    La fin est autre chose. C’est moins intéressant du point de vue de la séduction, mais ça se laisse lire parce qu’on s’est attaché au personnage.

    Enfin c’est en anglais, mais relativement facile. On comprend l’essentiel. Seules quelques descriptions un peu détaillées restent mystérieuses.
    Et puis apprendre l’histoire de la communauté de la séduction par un de ses plus célèbres personnages, et rencontrer tous les autres (enfin, les américains) par son intermédiaire, c’est vraiment sympa !

    Effectivement, il y a pas mal de choses à en retirer, en tout cas de la première partie. Un paquet de petites phrases sympas…

  7. Icecream dit :

    Ou peut on le trouver ce livre??? existe t il en francais???

    J’ai trouver un livre sur la medecine et l’amour que j’aurais pu renommé  » comment rendre une fille amoureuse », tres interessant aussi meme si je l’ai trouvé presque « malsain » mais pr un PUA …

Qu'en pensez-vous ?

 (Ne sera pas publiée)

Archives par mois