ameliorer sa voix

Dieu voyage toujours incognito, et Laurent Gounelle non

Accueil > La séduction en films & en livres > Dieu voyage toujours incognito, et Laurent Gounelle non

"Dieu voyage toujours incognito" est un plagiat

C’est l’histoire d’un type veule et neutre. Un introverti passif, dénué d’intelligence sociale. Un AFC, quoi. Un dimanche (c’était l’après-midi), une fille soulage sa solitude en l’abordant dans un magasin et ils passent 4 mois à faire l’amour et à manger des croissants : c’est l’obsession amoureuse, la connexion sexuelle. Et là, c’est le drame : il n’est pas intéressant, elle s’en sépare d’un simple mot dans sa boite aux lettres (Adieu), et ce sont les ténèbres qui se remettent en place.

Pendant qu’il essaie de se suicider sur la Tour Eiffel, un homme providentiel lui vient en aide conditionnelle : « je te sauverai mais à compter d’aujourd’hui j’ordonnerai et tu devras t’exécuter » , lui dit-il.

S’en suit une longue série d’épreuves initiatiques destinées à s’affirmer, vaincre sa timidité, bref, devenir un homme. Il en profite pour changer de vie, ramasser un tas de pognon et devinez qui revient vers lui à la fin…

Si les Dieux voyagent incognito, il semblerait que les auteurs passent aussi un peu de temps sur SpikeSeduction pour pondre un livre.

Si au moins ils écrivaient comme des Dieux…

Stéphane

Adresse Email * Prénom *


17 COMMENTAIRES pour cet article.

  1. bois dit :

    J’ai adoré et on devrait tous faire le test de la boulangerie c’est pour moi un livre drôle intelligent et cela pourrait servir aussi à ceux qui ne savent jamais dire : non à leur patron , leur famille , leurs amis , leurs voisins etc..merci monsieur Gounelle si c’est plagié faites un procès la critique est aisée l’art est difficile et le succès entraîne tant de jalousie made in France…

  2. animal dit :

    J’ai fini le livre la semaine dernière, et franchement, ça pourrait être un des journaux qu’on avait avant sur le forum, le style à l’écrit en moins.

    Gounelle n’existe vraiment que par le thème qu’il a choisi, le développement personnel sous forme de roman censé inspirer son lecteur. Mais autant « L’homme qui voulait être heureux » se laissait lire sans déplaisir, autant celui-ci est, au final, assez banal dans tous les sens du terme.

    Le pire restant la platitude de son écriture, purement descriptive et qui n’éveille pas la moindre émotion chez le lecteur, simple témoin du changement forcé d’un quidam quelconque qui n’a rien demandé à personne. D’ailleurs, dans la vraie vie, essayez d’aider quelqu’un qui ne vous a rien demandé, vous verrez sa réaction…

  3. BldTlSwtTrs dit :

    Salut Stéphane,

    Je ne suis pas sûr de bien comprendre le sens de ce petit billet
    .
    Lorsqu’un auteur aborde les mêmes thématiques que toi, tu en déduis qu’il a pompé ton site. C’est bien ça ?
    Si tel est le cas, ne serait-ce pas une manière de voir les choses un tantinet trop égocentrique ?

  4. itjustbegun dit :

    Se forcer à lire un livre pour lequel on n’a aucun intérêt, uniquement parce que Stephane en parle, ça serait s’émanciper du besoin de validation?
    Il faudrait comprendre le sens des mots avant de les employer…

  5. Yohann dit :

    J’ai aussi fini le bouquin, j’avais été enthousiasmé par le début, mais ce bouquin me laisse un goût d’inachevé (par rapport à ce que j’attendais). Je m’attendais à voir un long et difficile processus de changement d’un AFC, avec la description d’étapes initiatiques plus nombreuses et complètes que ce que raconte le bouquin en réalité, et je n’ai eu que qques reflexions (intéressantes cela dit et que je me charge de mettre en pratique depuis).
    Et puis tout le passage d’enquête m’a paru un peu chiant.

    Cela dit, un bouquin qui se lit facilement et qui en vaut la peine, que je mettrai quand même un peu dans l’utile.

  6. Benjamin dit :

    Et si tu le lisais sans attendre de validation extérieure pour te faire ton propre avis ?

  7. itjustbegun dit :

    J’ai du mal à distinguer si c’est un encouragement à lire le bouquin, une vengeance timide, ou un clin d’oeil à d’ex élèves…?
    Pourtant Stephane est toujours très clair d’habitude.

  8. Benjamin dit :

    Je viens de terminer ce livre et je dois dire que je suis mitigé. Certe, ce n’est pas de la grande littérature, le scénario est quelque peu prévisible (cf. « …c’est ton père! ») et les dynamiques sociales ont toujours quelque chose de « logique », ce qui est rarement le cas dans la vie de tous les jours.
    Mais malgré cela, j’ai passé un bon moment, ce qui est somme toute l’objectif d’un livre, et j’en ai retiré quelques principes de bon sens, déjà lus, relus et re-relus ici: sortir de sa zone de confort, faire preuve d’empathie, se faire respecter…
    Finalement, comme l’a dit Stéphane dans un récent séminaire, je ne classerai ce livre ni dans la pile de l’utile, ni dans celle du beau mais plutôt dans celle de la distraction.

  9. Yohann dit :

    J’ai commencé la lecture du bouquin, et c’est hallucinant à quel point on a l’impression de lire l’enseignement SpikeSeduction ! Et même d’avoir sous les yeux le programme « Terrassez votre timidité » (que je ne connais bien-sûr pas encore) !

  10. Timothée dit :

    Bob : merci, mais ma question s’adressait à Stéphane, l’auteur de ce texte.

  11. wu-weï dit :

    Le Démon – Harry Selby Jr

  12. Yohann dit :

    Je lis plusieurs messages subliminaux derrière cet article… et je vais en profiter pour lire ce livre.

  13. Bob dit :

    à Timothée : Je n’avais pas de but précis, je désirais juste d’abord rendre à César la citation sur laquelle donnant le titre du bouquin. C’est l’occasion de reparler d’une des plus grosses idées maîtresses du site Spike Séd, à savoir provoquer le hasard.
    J’ai fait la rencontre d’une fille des plus intéressantes il y a 3 semaines et c’était justement un hasard provoqué : je viens rendre visite à un ami, on fait une soirée en ville et je rencontre l’amie de sa copine… Bon ok ça va pas chercher loin mais où commence le hasard provoqué ?

  14. Hamza dit :

    Merci !

  15. The Good Sheperd dit :

    L’histoire du timide romantique devenu tombeur, c’est presque aussi vieux que le monde. On a un exemple concret en France (Bonaparte).

  16. Timothée dit :

    Où veux-tu en venir?

  17. Bob dit :

    Intéressante confrontation avec la célèbre phrase « Le hasard, c’est Dieu qui voyage incognito » d’Albert Einstein.

    Pourquoi Dieu voyagerait-il toujours incognito d’abord ? N’y a-t-il que du hasard dans nos vies comme cela le laisserait comprendre ? Ou bien Laurent Gounelle veut-il par le livre nous apprendre à devenir un Dieu pour maîtriser le hasard nous même ? C’est bien-sûr la deuxième supposition qui est vraie, mais, somme toute, un peu présomptueuse !

Qu'en pensez-vous ?

 (Ne sera pas publiée)

Archives par mois