ameliorer sa voix

Les incontournables, 1, par Alexandre : Le Cave se Rebiffe

Accueil > Fondamentaux > Les incontournables, 1, par Alexandre : Le Cave se Rebiffe

cave-rebiffe

  • Année de Sortie: 1961
  • Réalisé par : Gilles Grangier
  • Dialogue : Michel Audiard
  • Avec : Jean Gabin, Bernard Blier, Martine Carol, Frank Villard, Maurice Biraud

Je vais aujourd’hui essayer de vous faire découvrir un film délicieux de 1961 avec jean Gabin, Bernard Blier sur des dialogues de Michel Audiard : Le Cave se rebiffe. Ce film parle de tout sauf de séduction pure, alors pourquoi l’aborder ?

Pour plusieurs raisons : d’abord c’est un grand classique du cinéma français, donc a avoir vu pour votre culture, ensuite parce que c’est un chef d’œuvre rempli de répliques cultissimes :

Charles Lepicard : Entre nous, Dabe ! Une supposition, hein ! Je dis bien une supposition. Que j’aie un graveur, du papier et que j’imprime pour un milliard de biffetons. En admettant, c’est toujours une supposition, hein ! En admettant qu’on soit cinq sur l’affaire. Cela rapporterait net combien à chacun ?
Le Dabe : Vingt ans de placard ! Les bénéfices ça se divise, la réclusion ça s’additionne !

Et Jean Gabin malgré son âge avancé dans ce film reste un modèle de masculinité, d’aplomb et de prestance… à déguster sans modération. Allons-y…

1/ Désireux de se lancer dans la fabrication de fausse monnaie, Eric Masson, un petit truand, Charles Lepicard, un ancien tenancier de maison close, et Lucas Malvoisin, un homme d’affaires véreux, font appel au talent de graveur de Robert Mideau, dont la femme, Solange, est la maîtresse d’Eric. Mais la petite bande comprend très rapidement qu’elle ne peut faire l’économie d’un homme d’expérience’ et contacte bientôt pour superviser l’opération Ferdinand Maréchal, dit le Dab’, un caïd rangé des voitures, qui s’est établi éleveur de chevaux à Caracas. D’abord réticent, celui-ci finit par accepter et retrouve Paris après quinze années d’absence.

– Ah évidemment je n’en suis pas encore aux toiles de maître, mais enfin c’est un début!
- Oh… c’est un début qui promet. Mais tu vois si j’étais chez moi comme tu le disais si gentiment, bah j’mettrai ça ailleurs.
- Qu’est-ce que je disais, y s’rait mieux près de la fenêtre. Tu le verrais où toi ?

- À la cave.

2/ Filé par deux policiers, il les sème à l’hippodrome de Vincennes et se rend chez Lepicard, à qui il expose ses exigences…

« Le faux talbin, Messieurs, est un travail qui se fait dans le feutré. »

3/ Le Dabe, où l’art de la négociation du papier à billet… il rend visite à une ancienne connaissance pour récupérer le papier laissé par mendares avant son interpellation…

Observez les attitudes de Gabin, ses silences… MAGIQUE !

- J’t’enverrai un gonze dans la semaine. Un beau brun avec des petites bacchantes. Grand. L’air con

- Ca court les rues les grands cons.
- Oui mais celui là, c’est un gabarit exceptionnel! Si la connerie se mesurait, il servirait de mètre étalon! Y serait à Sèvres!

Les deux associés essayeront avec l’aide d’Eric de récupérer le double de papier pour doubler le Dabe, mais face au refus de la vielle dame, se rabattront sur du papier de piètre qualité…

4/Les travaux de gravure étant terminés, l’impression devrait commencé, mais le lendemain c’est dimanche.

A méditer :

« Je connais ton honnêteté, mais je connais aussi mes classiques. Depuis Adam se laissant enlever une côte jusqu’à Napoléon attendant Grouchy, toutes les grandes affaires qui ont foiré étaient basées sur la confiance… »

« Faire confiance aux honnêtes gens est le seul vrai risque des professions aventureuses. »

5/ Le Dabe et Robert le graveur se donne rendez-vous sur une péniche pour régler les derniers détails et le timing avant l’impression des billets le lendemain…

– c’est peut être une idée, mais j’ai l’impression que vous ne l’aimez pas beaucoup Solange ? Vous ne voulez pas me répondre ?
- je voudrais surtout pas te couper l’appétit !

« le bon dieu t’a donné une main exceptionnelle, il aurait pu te créer honnête, il t’a même épargné ça »

6/ C’est le grand jour celui de l’impression, les 4 associés vont rendre visite au graveur pour récupérer leur magot :

« … c’est bien la seule chose qu’on ne puisse pas lui reprocher ! »
« … avec votre papelard à dix sacs la rame, vous pourrez toujours vous établir marchand de papier, ou vous en servir à ce que je pense, comme ça vous liquiderez votre stock ! »

7/ Le Graveur de mèche avec le Dabe va le rejoindre dans l’avion au départ pour les Amériques…

« Il va sans dire que les protagonistes de cette vilaine histoire furent arrêtés la semaine suivante et condamnés aux peines prévues par l’article 139 du Code Pénal. »

La prochaine fois que je vous ferai découvrir un Gabin, ce sera Touchez pas au grisbi de Jacques Becker (1954).

Adresse Email * Prénom *


3 COMMENTAIRES pour cet article.

  1. lecteur assidu dit :

    Archimède le clochard :)
    grandiose

  2. Olivier dit :

    C’est pour ce genre d’articles à la fois ponctuels et indispensables que je fréquente ce site
    Merci à Stéphane et Alexandre !

    Olivier

  3. Pliskin dit :

    Merci! le genre de films que j’affectionne où on est séduit par l’esprit qui y prévaut. Tiens ça me donne une de ces envies de vous parlez du fameux Diable boiteux de Sacha Guitry, sublime!

Qu'en pensez-vous ?

 (Ne sera pas publiée)

Archives par mois