ameliorer sa voix

Les leçons d’une obsession amoureuse

Accueil > Fondamentaux > Les leçons d’une obsession amoureuse

sortir d'une obsession amoureuseIl y a quelques jours, vous avez lu sur le site l’énième remake de suis moi je te fuis. Et devinez quoi, nous n’en sortons pas vraiment non plus aujourd’hui. A croire qu’il s’agit d’une saga des temps.

Parmi les pistes d’atterrissage sur ce site, il y a la recherche d’une nouvelle tenue, une façon pour aborder une fille dans la rue, la recherche d’un coach en séduction, une envie de savoir ce qu’est le lifestyle, mais aussi comment sortir avec une fille dont on est amoureux. Et ça, ce n’est pas gagné, surtout lorsque l’on est amoureux d’une fille et que l’on est en train de devenir totalement fou. Vous l’avez deviné, cet article est consacré à l’obsession amoureuse, et aux moyens de s’en sortir. Mais d’abord, y a t-il une différence entre aimer et être amoureux ?

L’amour et l’amoureux.

J’espère ne rien vous apprendre en disant que l’amour et être amoureux sont deux choses différentes. Les histoires d’amour que l’on peut s’imaginer ou celles que l’on voit dans les films sont le plus souvent des histoires d’être amoureux (être, le verbe) ou d’être amoureux (être, la personne).

L’amour

C’est le plus beau sentiment du monde, mais aussi le plus méconnu. L’Amour avec une majuscule n’étant qu’une façon de dire que ce que l’on ressent est très fort, au même titre que la Haine, la Colère, la Joie, le Désir. Contrairement à ce que pensent les adultes qui ont laissé tomber leurs rêves d’enfant, le grand amour existe (True Love dans la langue de Shakespeare). Ce n’est certes pas le chevalier blanc sur son beau destrier ou la princesse dans sa tour d’ivoire, mais il existe. Sur les milliards de personnes qui vous entourent, il y a une personne qui mérite tout votre amour. Cette personne c’est vous, vous êtes votre plus grand amour.

Il existe un seul amour, mais plusieurs façons d’aimer. Aimer ses enfants, ses parents, ses frères et sœurs, ses amis, son patron (vous-avez bien lu), ses collègues, ses copains, ses camardes de sortie… (Dans aimer le camembert, aimer à un autre sens, « Like » en anglais, et pas « Love »). L’amour est un mélange de joie, de respect, d’admiration, de tendresse… une alliance de tout ce qui peut vous faire du bien et contribue à vous élever. L’amour ne se ressent pas seulement pour des personnes, mais aussi pour un grand nombre d’élément. On peut aimer la république, la démocratie, la culture, le sport… ce sentiment, ou plutôt cet état de conscience renvoie à ce que l’on est, aux valeurs que l’on défend, à notre propre perception du monde qui nous entoure, à notre personnalité. L’amour est explicable et rationnel, mais fait aussi appel à l’affect de chacun ainsi qu’à son vécu. Plus quelqu’un a vécu, plus il est capable d’aimer. L’expérience révèle ces différentes facettes. L’amour mériterait – au moins ! – un article à part entière, j’y reviendrai donc plus tard.

Etre amoureux

On pense toujours que c’est magique, unique, que c’est la plus belle chose du monde, et que les autres ne peuvent rien y comprendre… quand c’est la première fois que l’on est amoureux. C’est une histoire vieille comme le monde pourtant. C’est nouveau pour celui dont c’est la première fois, ensuite on apprend, et on relativise. La première fois que l’on est amoureux, on doit apprendre à être amoureux, à ressentir ses émotions, à les apprivoiser. Quand on n’a pas été préparé pour ça, à cause d’une carence relationnelle ou liée à l’éducation, la première expérience amoureuse peut être dévastatrice. Au lieu de commencer à apprendre par la manière douce, au calme assis dans un fauteuil avec un bon livre pour avoir un aperçu de ce dont on parle, en étant à l’écoute du monde qui nous entoure, on commence par la manière forte.

Sans aucune arme, on est lancé dans l’arène, et on doit se défendre tant bien que mal. Plus la première expérience amoureuse arrive tard, plus le sujet oublie comment faire pour être amoureux. Quand on est petit, on a cette insouciance, cette légèreté qui nous permet de ne pas réfléchir à ce que l’on ressent. Non pas que les enfants ne ressentent pas autant que les adultes, mais ils ont encore cette part d’imagination, d’irréel, d’immaturité intellectuelle (ce n’est pas un défaut) qui leur permet d’être amoureux facilement, sainement. Etre amoureux ne s’explique pas car c’est un sentiment irrationnel, qui ne fait pas appel à la raison. Il n’est pas compréhensible pour nos esprits cartésiens d’homme (être masculin), à fortiori, si on a une formation scientifique, ou pire d’ingénieur. Être amoureux, c’est comme pouvoir apprécier la musique (instrumental), la peinture, la sculpture…On ne sait pas vraiment pourquoi, mais on aime.

Dans un couple, il faut être 2…

… sur la même longueur d’onde. Et dans ce cas, vous êtes tout seul à vous faire votre film de science fiction. Si vous êtes deux dans ce cas, c’est une passion amoureuse, et c’est un autre problème. Il faut savoir détecter les signes d’intérêt mais aussi les signes de non-intérêt, et les signes de désintérêt. Chez l’obsédé (le mot est juste) tout est amplifié et distordu. Un simple regard sera vu comme une victoire sur le monde, un refus comme une défaite cataclysmique.

La majeure partie du problème, vient de vous, pas de la personne en face de vous. Certes, elle peut avoir des torts, mais le fait est qu’elle n’est pas armée pour affronter correctement un problème de cette taille, surtout qu’elle n’a rien demandé. La personne sur qui vous avez jeté votre dévolu n’a rien demandé, et elle va se défendre avec les armes qui sont à sa disposition. Vous aurez beau vous dire qu’elle est en partie responsable de ce qui vous arrive, qu’elle a ses torts, qu’elle en rajoute, qu’elle en fait exprès, qu’au fond elle l’a voulu, que c’est une manipulatrice, que c’est une garce… vous êtes obsédé, vous êtes malade !

Bien heureusement (ou malheureusement, tout dépend de si vous êtes du genre à tirer les leçons de vos erreurs), l’obsession amoureuse vient d’un problème plus profond. Un grand manque de confiance en soit, couplé à une grande inexpérience, des conceptions erronées de la réalité, et/ou des problèmes psychiques plus profonds peuvent transformer une simple affection pour quelqu’un en cette maladie, l’obsession amoureuse. Suivant les degrés de votre souffrance, un tour sur le forum et la lecture des différents articles peut suffire à vous aider. Dans les cas les plus graves, l’aide d’un psy peut être requis.

L’ennui est aussi un très bon terreau pour que l’obsession se développe. En effet, la découverte de vos premiers sentiments, ou de sentiments de cette intensité vont vous faire sentir en vie, comme une drogue le ferait. Dans votre vie terne de métro/boulot/dodo, la naissance d’une petite flamme vient éclairer vos journées mais elle peut se transformer un brasier ardent si elle n’est pas maitrisée. Au début, c’est beau, c’est bien, ça sent le sable chaud, puis vous ne pouvez plus vous passer de votre nouveau fantasme qui commence à vous dévorer.

La création et l’entretien de votre propre torture.

Le 23 Août 1973, il y a eu une prise d’otage à Stockholm. A l’arrivée des forces d’intervention, une des otages, prise de sympathie pour son ravisseur, s’est interposée pour prendre sa défense. Vous êtes l’otage de votre propre phantasme (phantasme, pas fantasme), et vous l’autoalimentez même si cela vous est néfaste. Le principe des drogues est le même.

Les obsessions amoureuses sont le plus généralement pour des personnes que l’on croise fréquemment (à l’école, au boulot, à l’arrêt du bus…). Si vous êtes obsédé par quelqu’un que vous avez croisé une fois dans la rue, allez voir un psy, on ne peut rien pour vous. Le fait de croiser cette personne tous les jours n’est évidement pas une bonne chose. Sans mettre un terme au problème, supprimer la possibilité de la croiser tous les jours peut aider grandement. A défaut d’éteindre le feu, vous éviterez au moins de jeter de l’huile dessus. Par contre ne tombez pas dans le piège du « faut-surtout-pas-que-je-la-croise ». Changer de trajet pour l’éviter, ne pas aller prendre de café pour ne pas la croiser… vous fera régler votre vie en fonction de la sienne, l’obsession est donc toujours présente. Dans les cas les plus graves, un changement radical peut être la meilleure solution. Démissionnez, déménagez, changez de lieux de vie. Pour les personnes qui sont à bout de force, fuir un combat que l’on sait perdu d’avance est mieux qu’une défaite irrémédiable. Je ne viens pas de vous dire de fuir à l’autre bout de la terre au moindre signe d’obsession amoureuse, dans les cas les plus graves, c’est une étape nécessaire.

Pour tous les autres cas, du soutien de la part de ses amis, une vie riche et votre force morale suffisent pour surmonter cette épreuve. On ne vous en voudra pas de vous planter (même lourdement) une fois. On vous en voudra par contre de ne pas tirer les leçons de vos erreurs.

Le sevrage est dur à court terme, bénéfique à long terme.

Sur ce site vous trouverez des bons conseils. Bons, mais pas antidouleurs. Le site ne vous fournira pas de méthadone, au contraire. Comme tout sevrage, le temps que vous allez prendre pour vous en défaire est variable. Mais dans tous les cas, ça vous fera mal. La douleur est relative à votre passé, et à la façon dont vous avez exploré vos émotions. Se cogner le petit doigt de pied dans le coin du meuble fait mal, se faire arracher le bras par une grenade à fragmentation aussi. Vos amis vous donneront de bons conseils comme « Il y a pire dans le monde, ce n’est pas grave ce que tu traverses » et Cie. Si vous ne connaissez rien d’autre vous aurez mal. Ici on pourra vous dire que faire, mais vous ne le ferez pas, car vous êtes fou, fou amoureux. Les conseils prodigués ici sont bons, lorsque vous avez la tête froide. A chaud, dans l’effervescence des émotions, vous ne serez pas à même de comprendre ce que l’on peut vous dire. Vous ne commencerez à remonter la pente qu’une fois le fond du trou atteint… et on peut aller très loin.

En arrivant ici, vous pensiez surement trouver un remède miracle pour que la personne tant convoitée tombe dans vos bras, mais ça n’arrivera pas. La personne qui a besoin d’un remède, c’est vous. Vous êtes atteint de la maladie d’amour, mais comme vous êtes le seul dans ce cas (la personne désirée ne l’est pas), la frustration se crée, ou s’amplifie.

Faites ce que vous aimez

Les conseils de vos amis et de vos entourages peuvent être dépourvus de tout bon sens « dis lui tout ce que tu ressens, c’est une fille compréhensive », mais pas leur présence. Passer du temps avec ses amis, à faire ce que l’on aime, s’amuser, que ce soit seul (un bon jeu vidéo n’a jamais tué personne) ou en groupe. Lorsque l’on est obsédé par une personne, on ne cesse d’y penser. Pour oublier, certains se plongent corps et âme dans les bras de leur maîtresse le travail, mais ça ne change pas le problème. D’autres enchaînent les rencontres faciles et sans lendemain, ce qui a au moins le mérite de se changer les idées.

Mais faire ce que l’on aime permet de se rendre compte, du point de vue des émotions, qu’il y a autre chose dans la vie que les relations amoureuses. Apprendre à aimer ce que l’on aime faire permet d’acquérir de l’expérience pour vos expériences futures d’être amoureux. Vous pourrez aborder cette question avec plus de décontraction, plus de légèreté. La lourdeur qui nous pousse vers l’obsession amoureuse est alors écartée, car l’on sait que l’on a d’autres choses à vivre à coté. Vous aimez faire quoi de vos journées ? Qu’est-ce qui vous fait vraiment du bien ?

Gentleman

Ps : ça ne vous servira à rien pour le moment, mais c’est très utile pour plus tard. L’obsession amoureuse est un vrai calvaire quand on est plongé dedans, mais comme toute expérience, il dépend de chacun d’en tirer ses propres leçons. Je ne me pose pas la question du « Et si c’était à refaire ? ». C’est fait, et je ne peux pas revenir dessus. Si j’ai un dernier conseil à vous donner, ce serait de vivre pleinement, de garder l’esprit ouvert à toute expérience, les bonnes comme les mauvaises, mais ça, je vous l’accorde, est beaucoup plus facile à dire à postériori.

Cet article vous a plu ?

Suivez notre flux RSS ou inscrivez-vous à notre newsletter

Adresse Email * Prénom *


106 COMMENTAIRES pour cet article.

  1. Tsundere dit :

    Bonjour.
    Si je tiens à écrire c’est parce que je veux vous raconter mon histoire, comme vous l’avez fait à travers vos messages.
    Mais d’abord je tiens à parler de l’article.
    Honnêtement, c’est à peine si j’ai lu un paragraphe, mais sans vouloir être grossière, j’ai trouvé ça ennuyeux.
    De toute façon je connais déjà mon problème alors pourquoi le relire ?

    Maintenant mon histoire :
    Récemment, j’ai participé à un club musical de vacances en compagnie de ma meilleure amie.
    C’est un stage qui accueille tous le monde, quel que soit l’âge (et j’ai 14 ans).
    Le premier jour, je me suis rapidement faite des amies, je m’entendais avec tout le monde, l’ambiance était très agréable… Sauf qu’un ado de 17 ans, qui avait un lien familial au directeur du stage m’a fait des « avances » – il était aimé de toutes les filles du stage.
    Beau, jeune, charmant, il avait tout. Et au début je ne l’aimais pas trop car j’avais remarqué qu’il était très tactile avec les filles, un coureur de jupons quoi !
    Et ce qu’il m’a fait, c’est qu’il s’est approché très près de mon visage et m’a frôlé le menton, j’ai cru qu’il allait m’embrasser.
    SAUF QUE, je suis très pudique et j’ai tendance à craquer pour un garçon rien qu’avec ça, et son geste m’a rappelé une de mes agressions (on m’a approché comme il l’avait fait pour me piquer mon portable et me frapper).
    J’ai commencé à le détester, 5 minutes après, il s’apprêtait à me faire un câlin pour s’excuser, alors j’ai commencé à instaurer quelques règles de sécurités :
    - il doit y avoir au moins deux mètres entres nous
    - on ne s’adresse pas la parole
    - on ne se regarde MÊME pas

    Les premiers jours, ça le faisait rire, mais au fil du temps c’est devenu pour lui ennuyeux. Malgré les conditions que je lui avais imposé, il n’en respectait aucune à part la distance. Et surtout : il cherchait à attirer mon attention. Mais je savais qu’il ne m’aimait pas, j’étais juste la rebelle parmi son harem de filles.

    Le troisième jour du stage, des animatrices avaient organisés une veillée, ça consistait à faire un sketch comique en petit groupe et avec un temps d’une minute. Et je m’étais retrouvée avec lui. Pendant la préparation de nos sketch, il m’a parlé et je me suis dite que j’avais peut être été un peu trop dure avec lui, mais je refusais toujours qu’il me touche, et pendant nos shows c’était assez handicapant. Mais j’avais hésité à lui reparler (il a quand même soulevé son T-shirt devant moi sur scène…).

    Le lendemain, c’était mon tour de servir les stagiaires à la cantine, mais lui s’est carrément déplacé pour que je lui serve en main propre. J’en ai profité pour m’excuser et tout lui raconter. Ça lui a fait plaisir, et à moi aussi.
    Le 5ème jour de stage il s’est absenté et il est revenu l’après-midi. Il a fait la bise à tout le monde à part moi, parce qu’il sentait que je ne voudrais pas. Et ça m’a blessé.
    Là je me suis rendue compte que je l’aimais et j’ai tout repris à zéro. Plus JAMAIS il ne m’approcherait.

    Et puis, vers les derniers jours du stage j’ai réussi. C’était l’ignorance totale. J’ai trouvé que c’était mieux, je ne fais que blesser les gens, ma famille, mes amies. Mais j’étais triste.

    Le dernier jour du stage, on s’est parlé. Comme on avait spectacle, j’étais bien habillée, maquillée, je me sentais jolie… J’ai parlé à une fille devant lui et il s’est mis dans la conversation. Malheureusement j’ai appris qu’il était en couple et qu’il n’avait aucun intérêt à sortir avec des gamines comme moi. Là je savais que c’était foutu.

    Quand je suis partie, j’ai demandé à un de ses potes de lui dire par SMS que je ne le détestais pas et que j’étais désolée de mon attitude. Là je ne le vois plus, je ne lui parle plus mais il me manque. J’ai galéré une journée pour trouver une photo de lui sur internet, (je sais je suis vraiment bizarre) et je suis tombée sur son Facebook. J’ai pas été déçu. Il a des photos de lui bourré …
    J’ai du mal à l’oublier, et je me demande si j’aurais du tenter ma chance ou pas. On a trois ans d’écarts mais bon.

    Merci d’avoir lu mon histoire, ça m’enlève un poids.

  2. Juliette dit :

    Moi j’ai ce soucis avec un garçon dans mon lycée.
    En février 2013, il était amoireux de moi jusqu’en novembre 2013. Et janvier 2014 il a eu une copine et fin fevrirer je me suis rendu compte que je l’aimais. Je l’aime plus que tout au monde.
    Je lui ai dis et le soir il m’a dit je t’aime et ma embrassé. Puis le le,demain ma dit : « oublis tout ça ». Comment veut il que j’oublie qu’il m’a embrasse?! Comment veut il que j’oublie qu’il m’a dit je t’aime?! Ces deux mots qui font chavirer un cœur pire qu’amoureux…
    Je sais plus quoi fait écart en plus maintenant une de mes meilleures amie à pour meilleur ami….ce garçon. Du coup je suis très jalouse d’elle car elle lui fais tout le temps des câlin en face de moi. Elle sait que ça me fait mal de les voir comme ça car je lui ai dis mais je ne vais tout de même pas la forcer a ne plus être amie avec lui. Chatte relation me détruit. En février, je suis allé Chea lui et j’ai vu un porte clé. Celui qu’il devait m’offrir quand il m’aimait. Je lui avais dis de le garder s’il m’aimait vraiment et je sais qu’il tenait énormément à ce porte clé. Je le demande s’il la toujours. Il dis que je suis une bonne amie mais à chaque fois que je lui pareil me refoule. Je ne sais pas si je fais une obsession amoureuse…..

  3. diara dit :

    slut slut ;jai conu une fille ke jai passé preske 3ans avec ell et ell ma trouver dans une situation de solitude cest a dire une position de deception ke jai vecu raison pou la kel elle est tombée amoureuse de moi ;elle a kité son copain pour moi ;nous avion fait preske 3ans ensemble mais dun seul cou elle ma remis dans la meme situation donc elle a mi fin a notre relation ;et je lai bien aidé lammener a la reussite .mais elle ma kiter et sa me fai tellement mal ;la je ne sais pa si je peux suporter je demande laide avc des conseils si possible ;aider moi a me retrouver pour oublier tou;et refair une nouvelle vie

  4. MehdiW dit :

    Bravo à l auteur de cet article. Chapeau l’artiste.
    J’ai qu’une hâte : que cette obsession et que cette maladie d’amour disparaissent définitivement

  5. lune dit :

    Bonjour,

    En ce qui me concerne je dois faire face au comportement obsessionnel d’un collègue… A son arrivée, nous avions sympathisé, étions devenus copains. Nous nous voyions de temps en temps en dehors du boulot avec d’autres amis et parfois à deux pour des sorties, concerts, etc… Mais nous n’attendions pas la même chose visiblement. Il espérait plus et pour moi il n’était qu’un pote. Apprenant cela j’ai mis rapidement mes distances. Il a réagi très brutalement, se mettant dans des états pas possibles à plusieurs reprises. Ses réactions étaient totalement disproportionnées et empruntes d’une jalousie et d’une paranoïa incroyables. Avec le temps, il a changé son discours en plaçant sa déception sur une amitié perdue qu’il aimerait retrouver. Je lui ai dit qu’on ne pouvait pas être amis, qu’il y avait une distance nécessaire après la déception qu’il a eu. Et surtout pas tant qu’il a les mains qui tremblent quand il me parle, qu’il est mal à l’aise en ma présence. Cette comédie dure depuis 2 ans et le problème c’est que nous nous croisons tous les jours au boulot. Et malgré ce que je lui ai dit, j’ai l’impression qu’il ne s’en sort pas. C’est pénible pour moi mais ce n’est certainement comparable à ce qu’il endure. Il a vraisemblablement du mal à gérer le rejet, aussi clair soit il… Bref, je viens m’enquérir d’un conseil même si je crois bien que je ne peux rien faire pour lui.

  6. Chexane dit :

    je suis amoureuse d’un garçon qui est dans ma classe depuis la maternelle jusqu’à aujourd’hui au lycée, cela faisait des années que je me disputais avec lui pour un rien , il m’agaçait et on était tous le temps en compétitions pour les notes, on se lançait des défis dès qu’il ouvrait la bouche ça m’énervait. Au fil du temps ça s’est transformée en amour à mon plus grand désespoir car j’ai eu le malheur à cause de ma timidité à lui dire que je l’aimais par sms il ne m’a pas répondu … IL n’a rien de romantique et préfère  »kiffer » plutôt qu’aimer.UN de ses potes lui a piquer son portable a vu le message et l’a dit à tous le monde dans ma classe. Deux jours plus tard j’apprend qu’il sort avec une fille de ma classe. Maintenant il me regarde comme si il s’attendait à ce que je fonde en larmes. Résultat tous les jours je le vois et ça me blesse, je lui en veux de ne pas au moins m’avoir répondu. Je suis complètement dingue de lui mais j’étouffe à force de les voir tous les deux j’essaye de l’oublier mais comment faire lorsque je le vois tous les jours en cours en plus quand j’ai presque réussi à l’oublier il me parle et là je repars à zéro … C’est le genre de mec à être aimer des filles du coup ta la moitié des filles de ma classe qui me regarde mal et je sais vraiment pas pk !!! Que faire ?
    * La dernière fois je parlais avec un autre garçon avec qui je m’entend super bien et il vient , il dit au mec qu’il a une touche et me dis que je perd pas mon temps je trouve qu’il est vraiment gonfler de me dire ça !?

Qu'en pensez-vous ?

 (Ne sera pas publiée)

Archives par mois