Menu
Les leçons d’une obsession amoureuse

Les leçons d’une obsession amoureuse

Il y a quelques jours, vous avez lu sur le site l’énième remake de suis moi je te fuis. Et devinez quoi, nous n’en sortons pas vraiment non plus aujourd’hui. A croire qu’il s’agit d’une saga des temps.

Parmi les pistes d’atterrissage sur ce site, il y a la recherche d’une nouvelle tenue, une façon pour aborder une fille dans la rue, la recherche d’un coach en séduction, une envie de savoir ce qu’est le lifestyle, mais aussi comment sortir avec une fille dont on est amoureux. Et ça, ce n’est pas gagné, surtout lorsque l’on est amoureux d’une fille et que l’on est en train de devenir totalement fou. Vous l’avez deviné, cet article est consacré à l’obsession amoureuse, et aux moyens de s’en sortir. Mais d’abord, y a t-il une différence entre aimer et être amoureux ?

L’amour et l’amoureux.

J’espère ne rien vous apprendre en disant que l’amour et être amoureux sont deux choses différentes. Les histoires d’amour que l’on peut s’imaginer ou celles que l’on voit dans les films sont le plus souvent des histoires d’être amoureux (être, le verbe) ou d’être amoureux (être, la personne).

L’amour

C’est le plus beau sentiment du monde, mais aussi le plus méconnu. L’Amour avec une majuscule n’étant qu’une façon de dire que ce que l’on ressent est très fort, au même titre que la Haine, la Colère, la Joie, le Désir. Contrairement à ce que pensent les adultes qui ont laissé tomber leurs rêves d’enfant, le grand amour existe (True Love dans la langue de Shakespeare). Ce n’est certes pas le chevalier blanc sur son beau destrier ou la princesse dans sa tour d’ivoire, mais il existe. Sur les milliards de personnes qui vous entourent, il y a une personne qui mérite tout votre amour. Cette personne c’est vous, vous êtes votre plus grand amour.

Il existe un seul amour, mais plusieurs façons d’aimer. Aimer ses enfants, ses parents, ses frères et sœurs, ses amis, son patron (vous-avez bien lu), ses collègues, ses copains, ses camardes de sortie… (Dans aimer le camembert, aimer à un autre sens, « Like » en anglais, et pas « Love »). L’amour est un mélange de joie, de respect, d’admiration, de tendresse… une alliance de tout ce qui peut vous faire du bien et contribue à vous élever. L’amour ne se ressent pas seulement pour des personnes, mais aussi pour un grand nombre d’élément. On peut aimer la république, la démocratie, la culture, le sport… ce sentiment, ou plutôt cet état de conscience renvoie à ce que l’on est, aux valeurs que l’on défend, à notre propre perception du monde qui nous entoure, à notre personnalité. L’amour est explicable et rationnel, mais fait aussi appel à l’affect de chacun ainsi qu’à son vécu. Plus quelqu’un a vécu, plus il est capable d’aimer. L’expérience révèle ces différentes facettes. L’amour mériterait – au moins ! – un article à part entière, j’y reviendrai donc plus tard.

Etre amoureux

On pense toujours que c’est magique, unique, que c’est la plus belle chose du monde, et que les autres ne peuvent rien y comprendre… quand c’est la première fois que l’on est amoureux. C’est une histoire vieille comme le monde pourtant. C’est nouveau pour celui dont c’est la première fois, ensuite on apprend, et on relativise. La première fois que l’on est amoureux, on doit apprendre à être amoureux, à ressentir ses émotions, à les apprivoiser. Quand on n’a pas été préparé pour ça, à cause d’une carence relationnelle ou liée à l’éducation, la première expérience amoureuse peut être dévastatrice. Au lieu de commencer à apprendre par la manière douce, au calme assis dans un fauteuil avec un bon livre pour avoir un aperçu de ce dont on parle, en étant à l’écoute du monde qui nous entoure, on commence par la manière forte.

Sans aucune arme, on est lancé dans l’arène, et on doit se défendre tant bien que mal. Plus la première expérience amoureuse arrive tard, plus le sujet oublie comment faire pour être amoureux. Quand on est petit, on a cette insouciance, cette légèreté qui nous permet de ne pas réfléchir à ce que l’on ressent. Non pas que les enfants ne ressentent pas autant que les adultes, mais ils ont encore cette part d’imagination, d’irréel, d’immaturité intellectuelle (ce n’est pas un défaut) qui leur permet d’être amoureux facilement, sainement. Etre amoureux ne s’explique pas car c’est un sentiment irrationnel, qui ne fait pas appel à la raison. Il n’est pas compréhensible pour nos esprits cartésiens d’homme (être masculin), à fortiori, si on a une formation scientifique, ou pire d’ingénieur. Être amoureux, c’est comme pouvoir apprécier la musique (instrumental), la peinture, la sculpture…On ne sait pas vraiment pourquoi, mais on aime.

Dans un couple, il faut être 2…

… sur la même longueur d’onde. Et dans ce cas, vous êtes tout seul à vous faire votre film de science fiction. Si vous êtes deux dans ce cas, c’est une passion amoureuse, et c’est un autre problème. Il faut savoir détecter les signes d’intérêt mais aussi les signes de non-intérêt, et les signes de désintérêt. Chez l’obsédé (le mot est juste) tout est amplifié et distordu. Un simple regard sera vu comme une victoire sur le monde, un refus comme une défaite cataclysmique.

La majeure partie du problème, vient de vous, pas de la personne en face de vous. Certes, elle peut avoir des torts, mais le fait est qu’elle n’est pas armée pour affronter correctement un problème de cette taille, surtout qu’elle n’a rien demandé. La personne sur qui vous avez jeté votre dévolu n’a rien demandé, et elle va se défendre avec les armes qui sont à sa disposition. Vous aurez beau vous dire qu’elle est en partie responsable de ce qui vous arrive, qu’elle a ses torts, qu’elle en rajoute, qu’elle en fait exprès, qu’au fond elle l’a voulu, que c’est une manipulatrice, que c’est une garce… vous êtes obsédé, vous êtes malade !

Bien heureusement (ou malheureusement, tout dépend de si vous êtes du genre à tirer les leçons de vos erreurs), l’obsession amoureuse vient d’un problème plus profond. Un grand manque de confiance en soit, couplé à une grande inexpérience, des conceptions erronées de la réalité, et/ou des problèmes psychiques plus profonds peuvent transformer une simple affection pour quelqu’un en cette maladie, l’obsession amoureuse. Suivant les degrés de votre souffrance, un tour sur le forum et la lecture des différents articles peut suffire à vous aider. Dans les cas les plus graves, l’aide d’un psy peut être requis.

L’ennui est aussi un très bon terreau pour que l’obsession se développe. En effet, la découverte de vos premiers sentiments, ou de sentiments de cette intensité vont vous faire sentir en vie, comme une drogue le ferait. Dans votre vie terne de métro/boulot/dodo, la naissance d’une petite flamme vient éclairer vos journées mais elle peut se transformer un brasier ardent si elle n’est pas maitrisée. Au début, c’est beau, c’est bien, ça sent le sable chaud, puis vous ne pouvez plus vous passer de votre nouveau fantasme qui commence à vous dévorer.

La création et l’entretien de votre propre torture.

Le 23 Août 1973, il y a eu une prise d’otage à Stockholm. A l’arrivée des forces d’intervention, une des otages, prise de sympathie pour son ravisseur, s’est interposée pour prendre sa défense. Vous êtes l’otage de votre propre phantasme (phantasme, pas fantasme), et vous l’autoalimentez même si cela vous est néfaste. Le principe des drogues est le même.

Les obsessions amoureuses sont le plus généralement pour des personnes que l’on croise fréquemment (à l’école, au boulot, à l’arrêt du bus…). Si vous êtes obsédé par quelqu’un que vous avez croisé une fois dans la rue, allez voir un psy, on ne peut rien pour vous. Le fait de croiser cette personne tous les jours n’est évidement pas une bonne chose. Sans mettre un terme au problème, supprimer la possibilité de la croiser tous les jours peut aider grandement. A défaut d’éteindre le feu, vous éviterez au moins de jeter de l’huile dessus. Par contre ne tombez pas dans le piège du « faut-surtout-pas-que-je-la-croise ». Changer de trajet pour l’éviter, ne pas aller prendre de café pour ne pas la croiser… vous fera régler votre vie en fonction de la sienne, l’obsession est donc toujours présente. Dans les cas les plus graves, un changement radical peut être la meilleure solution. Démissionnez, déménagez, changez de lieux de vie. Pour les personnes qui sont à bout de force, fuir un combat que l’on sait perdu d’avance est mieux qu’une défaite irrémédiable. Je ne viens pas de vous dire de fuir à l’autre bout de la terre au moindre signe d’obsession amoureuse, dans les cas les plus graves, c’est une étape nécessaire.

Pour tous les autres cas, du soutien de la part de ses amis, une vie riche et votre force morale suffisent pour surmonter cette épreuve. On ne vous en voudra pas de vous planter (même lourdement) une fois. On vous en voudra par contre de ne pas tirer les leçons de vos erreurs.

Le sevrage est dur à court terme, bénéfique à long terme.

Sur ce site vous trouverez des bons conseils. Bons, mais pas antidouleurs. Le site ne vous fournira pas de méthadone, au contraire. Comme tout sevrage, le temps que vous allez prendre pour vous en défaire est variable. Mais dans tous les cas, ça vous fera mal. La douleur est relative à votre passé, et à la façon dont vous avez exploré vos émotions. Se cogner le petit doigt de pied dans le coin du meuble fait mal, se faire arracher le bras par une grenade à fragmentation aussi. Vos amis vous donneront de bons conseils comme « Il y a pire dans le monde, ce n’est pas grave ce que tu traverses » et Cie. Si vous ne connaissez rien d’autre vous aurez mal. Ici on pourra vous dire que faire, mais vous ne le ferez pas, car vous êtes fou, fou amoureux. Les conseils prodigués ici sont bons, lorsque vous avez la tête froide. A chaud, dans l’effervescence des émotions, vous ne serez pas à même de comprendre ce que l’on peut vous dire. Vous ne commencerez à remonter la pente qu’une fois le fond du trou atteint… et on peut aller très loin.

En arrivant ici, vous pensiez surement trouver un remède miracle pour que la personne tant convoitée tombe dans vos bras, mais ça n’arrivera pas. La personne qui a besoin d’un remède, c’est vous. Vous êtes atteint de la maladie d’amour, mais comme vous êtes le seul dans ce cas (la personne désirée ne l’est pas), la frustration se crée, ou s’amplifie.

Faites ce que vous aimez

Les conseils de vos amis et de vos entourages peuvent être dépourvus de tout bon sens « dis lui tout ce que tu ressens, c’est une fille compréhensive », mais pas leur présence. Passer du temps avec ses amis, à faire ce que l’on aime, s’amuser, que ce soit seul (un bon jeu vidéo n’a jamais tué personne) ou en groupe. Lorsque l’on est obsédé par une personne, on ne cesse d’y penser. Pour oublier, certains se plongent corps et âme dans les bras de leur maîtresse le travail, mais ça ne change pas le problème. D’autres enchaînent les rencontres faciles et sans lendemain, ce qui a au moins le mérite de se changer les idées.

Mais faire ce que l’on aime permet de se rendre compte, du point de vue des émotions, qu’il y a autre chose dans la vie que les relations amoureuses. Apprendre à aimer ce que l’on aime faire permet d’acquérir de l’expérience pour vos expériences futures d’être amoureux. Vous pourrez aborder cette question avec plus de décontraction, plus de légèreté. La lourdeur qui nous pousse vers l’obsession amoureuse est alors écartée, car l’on sait que l’on a d’autres choses à vivre à coté. Vous aimez faire quoi de vos journées ? Qu’est-ce qui vous fait vraiment du bien ?

Gentleman

Ps : ça ne vous servira à rien pour le moment, mais c’est très utile pour plus tard. L’obsession amoureuse est un vrai calvaire quand on est plongé dedans, mais comme toute expérience, il dépend de chacun d’en tirer ses propres leçons. Je ne me pose pas la question du « Et si c’était à refaire ? ». C’est fait, et je ne peux pas revenir dessus. Si j’ai un dernier conseil à vous donner, ce serait de vivre pleinement, de garder l’esprit ouvert à toute expérience, les bonnes comme les mauvaises, mais ça, je vous l’accorde, est beaucoup plus facile à dire à postériori.

Cet article vous a plu ?

Suivez notre flux RSS ou inscrivez-vous à notre newsletter

Le contenu de nos articles est réservé à nos membres.
Vous pouvez en faire partie gratuitement en indiquant votre email ci-dessous.
Vous commencerez la lecture de l'article immédiatement après avoir validé.

Nous n'envoyons jamais de spam. jamais.


SEMINAIRE SUR CE THEME
Commandez le séminaire "relations longues II : reconnaître les filles qu'il vous faut"
  1. Oser aller vers ceux/celles qui nous plaisent et les aborder
  2. Consolider la relation et s'y épanouir
  3. Comprendre la psychologie et les femmes
SEMINAIRE SUR CE THEME
Commandez le séminaire : "casser une friend-zone"
  1. Changer d'image
  2. Comprendre la psychologie et les femmes
  3. Obtenir ce qu'on mérite
  4. Développer sa masculinité, être sexué

119 commentaires

  • Bravo pour ce bel article, qui m’a fait prendre conscience de ma propre obsession. Je pensais aimer un ami depuis 6 ans, sans espoir de retour de sa part. Mais je me rends compte depuis peu que c’est effectivement une obsession. Je vois toute l’étendue du travail sur moi même qu’il me reste à faire, mais les changements ne se font jamais sans effort.
    Bon courage à tous ceux qui vivent la même chose que moi.

  • Mimi j’ai vécu exactement ce que tu as vécu…
    Il a fini par me quitter j’en ai été malade pendant 3 mois (j’etais avec depuis 5 ans )
    Et franchement c’est le plus grand service qu’il ne m’aie jamais rendu , jamais j’aurais oser le quitter j’etais trop amoureuse .
    Mais maitenant je me sens mieux , tout va beaucoup mieux pour moi la je peux dire que je suis heureuse !

  • Mon histoire debute à mes 14 ans coup de foudre pour lui j’ai laissé cette amour caché en moi on traîné ensemble vu qu’on n’était un groupe d’amis bien sûr l attirance était forte on n’a du s’embrasser quelques fois mais sans plus je savais que pour lui c’était rien je précise que c’est un homme à femme très beau très charismatique très charmeur il veut toute les filles à ses pieds…j’avais pas confiance en moi puis jme disais qu’il voulait juste coucher avec moi et pour ma premiere fois jvoulais pas un coup sans amour de sa part donc j’ai arrêté de l’embrasser en soirée pour le rendre jaloux je suis sortie avec son pote l’erreur de ma vie une histoire qui devait durer 3 j et qui a durer 6 ans au début on se voyais toujours autant jetait en couple avc son pote mais dès que je le voyais cette attirance moi comme lui était toujours aussi présente la vie separe les gens et je les pas revu pondant 5 ans j’étais en couple mais je pensé toujours à lui je rêvais de lui…ya un peu plus de 1 ans je le revois est mon coeur s’arrête sa fesait un bon moment qu’avec mon mec sa n’allait plus du tout je voulais le quitté et je les fait le mec que j’aime la apris dès qu on c’est vu on savait qu’on n attendait que sa coucher ensemble et une nuit parfaite c’était tellement fort et les problèmes commence j’étais devenu son plan q je l’aime et il le sais il joue avc sa des insulte à répétition et gros manque de respect il m’en n’a fait voir de toute les couleurs et pourtant je continue à coucher avc lui je comprends je suis une fille forte d habitude jamais j’aurai pensé tomber aussi ba sa fait 2 mois que je tien a pas le voir mais je pleure tout les jours je l’aime tellement c’est plus fort que mois alors qu’il est tous se que je veux pas c’est un gros connard il maportera rien de bon mais mon amour pour lui devient obsessionnel chaque jour j’ai maintenant 22 ans et rien n’a changé je souffre tellement

  • JE sors avec un mec depuis 2 ans , j ai 21 ans ! au début , pendant les 4 premiers mois je n’avais pas des sentiments pour lui ,lui au contraire il commençait a m’aimer … bref au fil du temps mon amour envers lui ne fait que grandir , je l’aime tellement fort , c’est mon premier et vrai amour , je l’aime tellement ! je suis tellement attachée a lui , je ne vois pas comment faire sans lui tellement je suis habituée a lui , a nos journées , a nos coups de fils , a nos sorties , nos nuits passés emsenbles .. mon amour envers lui était si fort que je suis entrain de le perdre a cause de cet amour fou , maintenant il me prend comme quelque choses d’acquis , quoi qu’il fera je reviendrai, quoi qu’il fasse , malgré qu’il m’a bléssé , qu’il m ‘a fait pleurer …ect ect .. ! je sais que quelque part en lui il m’aime vraiment . mais je ne sais plus quoi faire , je ne suis pas heureuse sans lui , et je ne suis pas heureuse avec lui ! c’est l ‘enfer ! help

  • Je m’appelle hiba j’ai bientôt 15ans
    Alors mon histoire j’ai aimer et j’ai vraiment regretter j’avais le courage de lui dire je t’aime mais il m’a répondu ok ça m’as vraiment blessé un jour il m’a parle sur facebook et il m’a dit qu’il m’aime, moi bien sur j’ai pas cru j’ai lui répondu ouais c’est ça après il a commencé à m’insulter
    J’ai mal au cœur j’en peux plus aidez moi svp j’ai trop patienté mais j’en peux plus

  • Bonjour,

    Je vie actuellement avec quelqu’un depuis 5 ans que j’ai connu à l’age de 12 ans et j’ai 24 ans, Je suis bien un peu de routine…etc Mais il faut bien ce MAIS !
    Je vous explique, Quand j’était en 5éme au collége j’ai rencontré une fille je suis sortir avec elle pendant quelque mois  » ado  » je suis resorti avec…etc vu que j’était assez loin de ma maison  » j’était a l’interna  » Donc je suis resté 1 année dans ce collége la et j’ai perdu de vu cette fille  » elle est à 300km de chez moi  » Je les revenu quelque année après 2-3 ans j’avait 15-16 ans. Maintenant je vous explique depuis que  » rompu  » avec elle à l’age de 15 ans je pense souvent à elle même a cette heure la sa fait casiment 10 ans que cette histoire c’est passer depuis je ne les jamais oublier je les contacté via Facebook il y a pas longtemps de ça que j’avait regrétter de l’avoir connu parce qu’elle me torture je les toujours dans ma tête  » pas h24  » Mais elle revient souvent dans mais penser.

    Voila

  • Merci pour l’article. Pas du tout ce que je cherchais à la base, mais pour être déjà tombée là-dedans aussi, ça ouvre 2-3 pistes de réflexion intéressantes. Avec le recul, certaines évidences sautent plus facilement aux yeux. Bref, c’est bien construit.
    Bien envie de répondre aussi à la première page de commentaires, ce sera pour une autre fois.

  • Aujourd’hui j’ai décide de faire tout mon possible pour oublier un homme que j’aime mais je sais qu’il n’epouve pas le même sentiment que moi,depuis 8 ans je ne cese pas de pense a lui , et on a tjrs eu de bonne contacte et une bonne relation , on a fait l’amour plusieur fois , et ne l’aime de tt mon coeur , mais mainténant j’en ss convecu que notre relation ne va pas changé en une relation de couple , parcequil m’a dit qu’il ne pas amoureux de moi ! Je ss triste et je ne veux plus soufrire avec une chose qui ne va pas d’évoluer. Alors si vous pouver m’aider a l’oublir sa m’aide bcp,j’ai déjà tt fait mais je ss tjrs au debut ! Merci de me repondre

  • Bonjour,
    Je ne sais pas si il s’agit d’obsession amoureuse, ni même si j’arriverais à m’en défaire.
    Je suis consciente qu’il y a en moi beaucoup de blessures et de manques liés à mon enfance et je n’en veux à personne, si ce n’est peut-être à moi-même.
    Cela fait quelques années que je me rend compte que je tombe systématiquement dans le même shéma amoureux. Pourtant je n’ai eu que de longues relations…Je vais sur mes 33 ans. D’un côté, je ne veux plus me précipiter, de l’autre l’horloge biologique tourne et je rêve de rencontrer celui qui partagera ma vie et avec qui je pourrais avoir des enfants.
    Après deux longues relations et beaucoup de souffrances, de trahison et de déception liées à ces relations, je prends un peu plus de temps pour moi, je rencontre quelqu’un avec qui le feeling passe bien, mêmes valeurs, même désir de construire, d’avancer ensemble. Il me plait. Nous passons des heures au téléphone chaque jour, nous rigolons, nous refaisons le monde…mais nous habitons loin l’un de l’autre. Après un mois de discussions enflammées, nous décidons de nous rencontrer.
    Un week-end merveilleux s’ensuit et nous ne voulons plus nous quitter.
    Il me présente sa famille ainsi que sa petite fille de deux ans et demi.
    Mais voila, la première ombre au tableau, lui qui désire tellement de choses avec moi et moi qui les désire autant que lui. Après seulement un mois de relation, nous sommes déjà à la recherche d’une maison, nous voulons vivre ensemble, ne plus être éloigné de la distance entre nos deux maisons qui fait que nous ne puissions nous voir que le week-end, voir un week-end sur deux.
    A deux doigts de trouver notre bonheur, il se met à douter, il fait marche arrière, il n’est plus sûre, il ne sait pas si c’est de l’amour ou de l’amitié…Et là, tout s’effondre, il a un passé lourd, il n’est pas prêt à se remettre avec quelqu’un, il a des sentiments pour moi, mais il reste bloqué et son ex copine (juste avant moi) refait surface. Il est encore plus perdu.
    Ici, il m’a quitté par jalousie, par manque de confiance en lui. Je ne veux plus rentrer dans cette souffrance d’attente, qu’il revienne, que tout soit comme avant….je sais que cela ne sera pas le cas…et pourtant, je le vois partout en ce moment, sur les photos que je n’arrive pas à mettre de côté, dans la rue même si ce n’est pas lui, dans mes rêves…je me souviens de son odeur, de ses bras et de ses baisers et il me manque terriblement. Je n’arrive pas à l’oublier.

  • Une obsession en chasserait une autre : je suis amoureux d’une folle maintenant. Il doit me rester un sacré paquet de karma résiduel. Étais-je un bourreau des cœurs dans ma vie précédente ?

  • Bonjours a tous alors voilà je suis plus avec mon copain depuis 2 mois c est très dur car je suis enceinte de lui j ai 4 mois maintenant, j ai tous fait pour l oublier mais j arrive pas je penses sens cesse a lui sa me tue j ai plus de force je mange plus je sors plus rien …. S’il vous plait avez vous des conseils a me donner

  • Salut alors y a deux ans j ai quitte le pere de ma fille pour cause qu il m a tappe j en voulai plus de relation l annee derniere par contre j ai connu un homme agee de 18 an de plus que moi et on a commence une relation sexuelle ni lui ni moi on voulai rien de plus mai je suis tombe amoureuse de cet homme apres des mois de discussions on s est mis ensemble on vivait ensemble pendant 6 mois mais la ca fait deux mois qu il m a quitte qu il se sent pas fait pour la vie de couple je suis pas bien du tout car la relation qu on avait avant de s y mettre ensemble c etai trop bien et la maintenant c est tout casse j arrive pas l oublier je desire que lui j arrive pas me faire toucher par personne d autre que lui j ai l impression d etre dans un trou enfermer et je ne trouve pas de solution pour m en sortir…..

  • Bonjour je m’appelle Cindy et je vis actuellement un amour impossible, j’aime un homme marié je suis moi aussi en couple, mais je prévois de me séparer sous peu car je n’ai plus de sentiments pour mon conjoint. L’homme que j’aime était au départ un ami, nous le fréquentions lui et sa femme puis je suis tombée amoureuse de lui. En mars de cette année je lui ai avouer mes sentiments pour lui, il m’a dis que je lui plaisais aussi mais que ce serais impossible car nous étions en couple réciproquement puis il s’est laisser tenter nous avons eu des relations intimes ensembles mais à chaque fois il culpabiliser et me disais qu’il voulait qu’on arrêt te de se voir. Bref la dernière fois c’était en août je sentais pourtant qu’il était amoureux de moi ( regards, sourires, comportements…) mais depuis le 1er août pas de nouvelles il y’a eu entre temps 3 semaines de vacances donc impossible de se contacter par rapport à sa femme qui surveille tout… Mais maintenant qu’il a repris le travail j’ai très peur qu’il ne reprenne pas le contact comme il me l’avais dit, j’ai essayer de me dire qu’il fallait que je l’oublie mais je n’y arrive pas ça me fais très mal, je l’aime à la folie comment faire je meurs à petit feu aider s’il vous plait.

  • Bonjour.
    Si je tiens à écrire c’est parce que je veux vous raconter mon histoire, comme vous l’avez fait à travers vos messages.
    Mais d’abord je tiens à parler de l’article.
    Honnêtement, c’est à peine si j’ai lu un paragraphe, mais sans vouloir être grossière, j’ai trouvé ça ennuyeux.
    De toute façon je connais déjà mon problème alors pourquoi le relire ?

    Maintenant mon histoire :
    Récemment, j’ai participé à un club musical de vacances en compagnie de ma meilleure amie.
    C’est un stage qui accueille tous le monde, quel que soit l’âge (et j’ai 14 ans).
    Le premier jour, je me suis rapidement faite des amies, je m’entendais avec tout le monde, l’ambiance était très agréable… Sauf qu’un ado de 17 ans, qui avait un lien familial au directeur du stage m’a fait des « avances » – il était aimé de toutes les filles du stage.
    Beau, jeune, charmant, il avait tout. Et au début je ne l’aimais pas trop car j’avais remarqué qu’il était très tactile avec les filles, un coureur de jupons quoi !
    Et ce qu’il m’a fait, c’est qu’il s’est approché très près de mon visage et m’a frôlé le menton, j’ai cru qu’il allait m’embrasser.
    SAUF QUE, je suis très pudique et j’ai tendance à craquer pour un garçon rien qu’avec ça, et son geste m’a rappelé une de mes agressions (on m’a approché comme il l’avait fait pour me piquer mon portable et me frapper).
    J’ai commencé à le détester, 5 minutes après, il s’apprêtait à me faire un câlin pour s’excuser, alors j’ai commencé à instaurer quelques règles de sécurités :
    – il doit y avoir au moins deux mètres entres nous
    – on ne s’adresse pas la parole
    – on ne se regarde MÊME pas

    Les premiers jours, ça le faisait rire, mais au fil du temps c’est devenu pour lui ennuyeux. Malgré les conditions que je lui avais imposé, il n’en respectait aucune à part la distance. Et surtout : il cherchait à attirer mon attention. Mais je savais qu’il ne m’aimait pas, j’étais juste la rebelle parmi son harem de filles.

    Le troisième jour du stage, des animatrices avaient organisés une veillée, ça consistait à faire un sketch comique en petit groupe et avec un temps d’une minute. Et je m’étais retrouvée avec lui. Pendant la préparation de nos sketch, il m’a parlé et je me suis dite que j’avais peut être été un peu trop dure avec lui, mais je refusais toujours qu’il me touche, et pendant nos shows c’était assez handicapant. Mais j’avais hésité à lui reparler (il a quand même soulevé son T-shirt devant moi sur scène…).

    Le lendemain, c’était mon tour de servir les stagiaires à la cantine, mais lui s’est carrément déplacé pour que je lui serve en main propre. J’en ai profité pour m’excuser et tout lui raconter. Ça lui a fait plaisir, et à moi aussi.
    Le 5ème jour de stage il s’est absenté et il est revenu l’après-midi. Il a fait la bise à tout le monde à part moi, parce qu’il sentait que je ne voudrais pas. Et ça m’a blessé.
    Là je me suis rendue compte que je l’aimais et j’ai tout repris à zéro. Plus JAMAIS il ne m’approcherait.

    Et puis, vers les derniers jours du stage j’ai réussi. C’était l’ignorance totale. J’ai trouvé que c’était mieux, je ne fais que blesser les gens, ma famille, mes amies. Mais j’étais triste.

    Le dernier jour du stage, on s’est parlé. Comme on avait spectacle, j’étais bien habillée, maquillée, je me sentais jolie… J’ai parlé à une fille devant lui et il s’est mis dans la conversation. Malheureusement j’ai appris qu’il était en couple et qu’il n’avait aucun intérêt à sortir avec des gamines comme moi. Là je savais que c’était foutu.

    Quand je suis partie, j’ai demandé à un de ses potes de lui dire par SMS que je ne le détestais pas et que j’étais désolée de mon attitude. Là je ne le vois plus, je ne lui parle plus mais il me manque. J’ai galéré une journée pour trouver une photo de lui sur internet, (je sais je suis vraiment bizarre) et je suis tombée sur son Facebook. J’ai pas été déçu. Il a des photos de lui bourré …
    J’ai du mal à l’oublier, et je me demande si j’aurais du tenter ma chance ou pas. On a trois ans d’écarts mais bon.

    Merci d’avoir lu mon histoire, ça m’enlève un poids.

  • Moi j’ai ce soucis avec un garçon dans mon lycée.
    En février 2013, il était amoireux de moi jusqu’en novembre 2013. Et janvier 2014 il a eu une copine et fin fevrirer je me suis rendu compte que je l’aimais. Je l’aime plus que tout au monde.
    Je lui ai dis et le soir il m’a dit je t’aime et ma embrassé. Puis le le,demain ma dit : « oublis tout ça ». Comment veut il que j’oublie qu’il m’a embrasse?! Comment veut il que j’oublie qu’il m’a dit je t’aime?! Ces deux mots qui font chavirer un cœur pire qu’amoureux…
    Je sais plus quoi fait écart en plus maintenant une de mes meilleures amie à pour meilleur ami….ce garçon. Du coup je suis très jalouse d’elle car elle lui fais tout le temps des câlin en face de moi. Elle sait que ça me fait mal de les voir comme ça car je lui ai dis mais je ne vais tout de même pas la forcer a ne plus être amie avec lui. Chatte relation me détruit. En février, je suis allé Chea lui et j’ai vu un porte clé. Celui qu’il devait m’offrir quand il m’aimait. Je lui avais dis de le garder s’il m’aimait vraiment et je sais qu’il tenait énormément à ce porte clé. Je le demande s’il la toujours. Il dis que je suis une bonne amie mais à chaque fois que je lui pareil me refoule. Je ne sais pas si je fais une obsession amoureuse…..

  • slut slut ;jai conu une fille ke jai passé preske 3ans avec ell et ell ma trouver dans une situation de solitude cest a dire une position de deception ke jai vecu raison pou la kel elle est tombée amoureuse de moi ;elle a kité son copain pour moi ;nous avion fait preske 3ans ensemble mais dun seul cou elle ma remis dans la meme situation donc elle a mi fin a notre relation ;et je lai bien aidé lammener a la reussite .mais elle ma kiter et sa me fai tellement mal ;la je ne sais pa si je peux suporter je demande laide avc des conseils si possible ;aider moi a me retrouver pour oublier tou;et refair une nouvelle vie

  • Bravo à l auteur de cet article. Chapeau l’artiste.
    J’ai qu’une hâte : que cette obsession et que cette maladie d’amour disparaissent définitivement

  • Bonjour,

    En ce qui me concerne je dois faire face au comportement obsessionnel d’un collègue… A son arrivée, nous avions sympathisé, étions devenus copains. Nous nous voyions de temps en temps en dehors du boulot avec d’autres amis et parfois à deux pour des sorties, concerts, etc… Mais nous n’attendions pas la même chose visiblement. Il espérait plus et pour moi il n’était qu’un pote. Apprenant cela j’ai mis rapidement mes distances. Il a réagi très brutalement, se mettant dans des états pas possibles à plusieurs reprises. Ses réactions étaient totalement disproportionnées et empruntes d’une jalousie et d’une paranoïa incroyables. Avec le temps, il a changé son discours en plaçant sa déception sur une amitié perdue qu’il aimerait retrouver. Je lui ai dit qu’on ne pouvait pas être amis, qu’il y avait une distance nécessaire après la déception qu’il a eu. Et surtout pas tant qu’il a les mains qui tremblent quand il me parle, qu’il est mal à l’aise en ma présence. Cette comédie dure depuis 2 ans et le problème c’est que nous nous croisons tous les jours au boulot. Et malgré ce que je lui ai dit, j’ai l’impression qu’il ne s’en sort pas. C’est pénible pour moi mais ce n’est certainement comparable à ce qu’il endure. Il a vraisemblablement du mal à gérer le rejet, aussi clair soit il… Bref, je viens m’enquérir d’un conseil même si je crois bien que je ne peux rien faire pour lui.

  • je suis amoureuse d’un garçon qui est dans ma classe depuis la maternelle jusqu’à aujourd’hui au lycée, cela faisait des années que je me disputais avec lui pour un rien , il m’agaçait et on était tous le temps en compétitions pour les notes, on se lançait des défis dès qu’il ouvrait la bouche ça m’énervait. Au fil du temps ça s’est transformée en amour à mon plus grand désespoir car j’ai eu le malheur à cause de ma timidité à lui dire que je l’aimais par sms il ne m’a pas répondu … IL n’a rien de romantique et préfère  »kiffer » plutôt qu’aimer.UN de ses potes lui a piquer son portable a vu le message et l’a dit à tous le monde dans ma classe. Deux jours plus tard j’apprend qu’il sort avec une fille de ma classe. Maintenant il me regarde comme si il s’attendait à ce que je fonde en larmes. Résultat tous les jours je le vois et ça me blesse, je lui en veux de ne pas au moins m’avoir répondu. Je suis complètement dingue de lui mais j’étouffe à force de les voir tous les deux j’essaye de l’oublier mais comment faire lorsque je le vois tous les jours en cours en plus quand j’ai presque réussi à l’oublier il me parle et là je repars à zéro … C’est le genre de mec à être aimer des filles du coup ta la moitié des filles de ma classe qui me regarde mal et je sais vraiment pas pk !!! Que faire ?
    * La dernière fois je parlais avec un autre garçon avec qui je m’entend super bien et il vient , il dit au mec qu’il a une touche et me dis que je perd pas mon temps je trouve qu’il est vraiment gonfler de me dire ça !?

  • bonsoir, je crois que seul le temps suffira, parce que moi je ne sais plus quoi faire j’ai vécu 1 an et demi avec un jeune homme , je l’ai mis dehors pour la 3 eme fois car manque de maturité et il ne changer pas vraiment toujours les copains le week end donc cela à était un ultimtum il n’est jamais revenue cela fait 6 mois qu’on n’ai plus ensemble mais on c’est revue entre temps mais je lui forcer la main car je voulais qu’on répare car je l’aime lui je pense que son amour est partie du jour au lendemain, je n’arrive pas à comprendre je m’en mord les doigts lui qui paraissait si amoureux au debut et moi qui douter de mes sentiments maintenant que j’en suis sur lui ne reviens pas, je fait que pleurer il m’ignore total rpd plus aux textos rien

  • bonjour , je suis la car j’ai juste envie de déballer mon sac . je suis avec une fille depuis 3 ans mais sa fait longtemps que je l’aime plus mais elle est tellement atacher a moi que j’ais peur de la quitter car je n’est pas envie de lui faire du mal . Je suis malheureux car je suis obsédè par une fille je n’arrete pas de penser a elle tout le temps au boulot , chez moi etc … tout le temps quoi . mais impossible d’essayer quoi que soit avec elle tant que suis avec l’autre mais le temp passe vite et je sais quelle ne restera pas celib toute sa vie . Enfaite pour moi c’est la fille parfaite ses cheveux , ces yeux magnifique la facon dont elle parle elle me fait rire . Fin bref je sais pas quoi faire et cette FILLE qui me hante tout les jours ! je n’en peux plus ptn sa me soule d’etre triste comme sa alors que j’ais tous . fin bref bonne soirer et si vous avez des conseils dite le moi

  • Bonjour , j ‘ai lu avec interré sur l obsession amoureuse . Je suis en plein de dedans jamais j ai ressentie une chose pareil vu mon âge (43 ans) marié . Dans vos textes je me suis reconnue gravement atteind , merci pouf les conseils mais j avoue que ça va être super dur vu que mon obsession c une collègue de travaille je suis mal barrer lol .

  • bonjour à tous je ne sais pas si je devrais en parler là, mais voilà je n’arrive pas à controler mes émotions , qd je suis énervée j’en ai presque envie de pleurer , qd je suis triste c la depression , qd je suis heureuse c la folie, et le pire c’est de tomber amoureuse tout le temps, j’ai pourtant un copain mais un coup je l’aime comme une folle et un coup je ne sais plus , et dans tout ca dès que je croise un autre homme sympatique je tombe amoureuse , certe je ne trompe pas mon copain mais cela me traumatise , j’ai la maladie du » on me parle je suis amoureuse » et j’arrive pas a me les enlever de la tête : Un conseil svp

  • Cupidon est un petit con qui ne sait pas bien viser! On devrait lui confisquer son arc. Serieusement l’Amour ca craint et ca n’existe pas. Ou alors je ne suis pas encore au parfum. Priez pour moi, svp, pour que j’arrive a me faire une raison, merci.

  • Slt et merci pour cet article qui me rassure. Mon histoire: je suis sortie avec un collègue (en 2009 durant un peu moins d’un an) et je suis tombée amoureuse de lui. Moi, je suis mariée (1 enfant), lui était fiancé au moment. Lui était toujours, depuis que je l’ai connu, un bad boy (coureur). On s’est accordé de ne pas aller trop loin dans les sentiments mais je suis quand même tombée amoureuse. Ses sentiments à lui, je ne les connais pas du tout … je me suis même dit que je me suis fais avoir (bah oui !!!). Maintenant, on ne sort plus ensemble mais un an est passé(Il s’est marié entre temps et ça m’a fait mal, tiens ! mais entre temps, j’ai eu un second bébé), 2 ans, 3 ans … et maintenant cela fait 5 ans, moi j’ai encore des sentiments !!! Le comble c’est qu’on a un même cercle d’ami, on se dit qu’on est ami d’ailleurs, on côtoie quelques mêmes personnes, etc. Dès que je le vois, mes sentiments doublent d’ampleur … On a essayé de mettre un frein (lui précisément car il s’est un peu retiré). Mais entre temps aussi, il a divorcé de sa femme… On s’est parlé « comme des amis »…. des conversations qui ne sont pas souvent innocentes. Maintenant, depuis quelques jours, je pense qu’il refait sa vie et souhaite tourner la page … il s’est retiré de ma vie, en faisant même semblant de mettre la discorde entre nous … ça me fait vraiment mal !!! Alors, voilà, je sens qu’il m’obsède depuis des années … et je veux en guérir car j’ai l’impression que ma vie ne s’équilibre pas tant que je ne le sens pas avec moi …. Qu’est-ce que je dois vraiment faire car je veux le laisser et car moi aussi je souffre ?? Merci à vous !

  • Slt,tout d’abord merci pour c explications,je vous raconte mon histoire,je vie un calvaire depuis un an je fais une obsession sur mon collegue de travail, on est tout les deux maries on a eu tout les 2 d problemes dans nos couples, et avant tout on etait amis,mais ca c declenche quand il a su que je devais quitter mon travail et ma ville il a commence a me dire que j’etais son amour …etc, il voulait se rapprocher de moi mais j’ai fait celle qui ne comprenais pas, entre temps j’ai decouvert que j’avais des sentiments pour lui depuis longtemps.et l’obsession a fait son apparition kon j’ai arrete le boulot et depuis jusqu’a ce jour je pense a lui sans arret et je n’arrive pas a l’oublie ni a m’ensortir,je suis toujours en contact avec lui mais pas comme avant car il ne veut plus me voir, mais dans ma tete sa tourne en boucle,et je ne sais plus quoi faire .

  • Magali, je vous comprends. J’espère que vous y arriverez. Pour la plupart, le temps aide. J’espère que vous serez de ceux-là ! Bon courage, et bonne lutte.

  • caroline (qui a écrit le 10mai), je n’ai pas retrouvé votre message d’il y a un an, sur ce forum…mais il me bouleverse un peu…
    je suis mariée, 3adorables enfants… mais obsédée par un homme que je ne parviens pas à oublier… pourtant je ne veux pas quitter cette vie actuelle, faire souffrir mes enfants… j’aimerais juste être heureuse; me contenter de ce que j’ai et revivre le bonheur que j’ai connu avant de rencontrer cet homme…

  • Bonjour , je viens écrire sur ce site pour soulager ma peine . Alors je vous raconte depuis le début , je suis un jeune ado (18 ans tout juste) en terminal , il y avait cette fille dans ma classe que je n’aimais pas vraiment , je la trouvais beaucoup trop renfermé , en fait je lui ai adressé la parole qu’une seule ou deux fois durant toute l’année. Mais notre relation a évolué radicalement lorsqu’on a appris à mieux se connaitre , on s’est trouvé beaucoup de point commun et il faut dire que je suis tombé amoureux d’elle petit à petit , son comportement envers moi m’a laissé m’imaginer des histoires farfelues , je croyais qu’elle m’aimais jusqu’au jour ou une de ces copines m’a abordé et m’a dis de la laisser tranquille car elle avait d’yeux que pour un ami à moi ( un ami très cher même) mais sans pour autant me certifier qu’il y avait quelquechose entre eux , je me suis sentis détruits , anéanti , à bout de force , je lui ai parlé mais je ne lui ai pas dis que je l’aimais mais je devrais me confronter à mon destin un jour ou l’autre car il n’y a plus rien à attendre de sa part je veux l’oublier mais j’y arrive pas à chaque fois que je les vois ensemble j’ai qu’une seule envie c’est de partir au plus vite

  • Cela fait juste un an que j’ai écrit sur ce forum.
    J’ai fini par quitter mon mari car j’avais l’impression de le trahir en pensant jour et nuit à mon grand amour.
    Rien n’a changé encore, je pense à lui sans cesse. On a repris contact mais je sais qu’il ne reviendra jamais. Je me dis que je devrais cesser de le voir ou lui parler mais j’ai déjà essayé ça durant 20 ans et cela n’a rien changé. Pourquoi cela m’aiderait maintenant ? Il me manque et me manquera toujours.

  • Bonsoir,
    Landy 18, je me permets de citer une partie de ta phrase :
     » il y a une chose ki est sure on oublie tout avec le temps »
    Quand on est vraiment amoureux le temps n’y changera rien, dans mon cas je sais que je serai amoureux toute ma vie de cette femme qui pourtant ne veut pas de moi, elle me dit être mon amie mais même ça j’en doute fort et pourtant chaque jour passé me rend encore plus amoureux d’elle.

  • L’amour c’est comme une force qui unit deux personnes,lorsqu’on est amoureux vraiment quelqu’un c’est comme une sorte d’imprisonnement,une chaine ki nous lie a cette personne,parfois l’amour decide a nos place,il contrôle tout,il gere tout on arrive a un moment ou on peut faire rien parce qu’on souffre,on est faible,impuissant,mepriser,humilier par la faute de l’amour kon ressens,mais il y a une chose ki est sure on oublie tout avec le temps,il est toujours facile de faire un choix mais le plus difficile c’est comment on va faire pour vivre avec ce choix kon a fait!!!

  • Une mauvaise frappe et j’ai envoyé mon message non terminé…
    Quand je fais quelque chose pour elle, j’y déploie toute mon ardeur et dès que j’ai terminé je replonge dans mes pensées obsédantes. Comment se sortir de cette situation, j’ai pourtant essayé tellement de choses diverses et rien ne m’enlève toutes mes pensées amoureuses, le sport, l’acupuncture, la marche, le bricolage qui est pourtant une de mes passions favorites, rien n’y fait, je n’ai pas la volonté, le courage de l’oublier, je l’aime trop pour ça. Je pense à elle entre 22 et 24 heures par jour, les 2 heures ou quelques fois je ne pense pas à elle c’est que j’ai réussi à m’endormir et même là je rêve souvent à elle, se qui me réveille et impossible de me rendormir. La seule solution pour ne plus penser à mon Amour serait la fin de ma vie, même si j’y pense, je ne veux pas en arriver là, pour la bonne raison que je ne pourrai plus la voir, me laisser m’envouter par son parfum, rien que le plaisir de pouvoir la regarder me rend heureux et pourtant j’essaie de détourner mon regard de ma beauté et regrette aussitôt de l’avoir fait, dès que je ne la vois plus je cherche une excuse pour venir l’admirer à nouveau, je ne me lasserai jamais de la contempler en rêvant qu’un jour peut être elle voudrait bien de moi. Bien que ce jour n’arrivera jamais…

  • Bonsoir tout le monde,
    Comment faire pour se sortir d’un amour fou ??? Je ne sais pas si il y a vraiment un remède, une solution pour fuir un tel amour. Pour ma part je suis amoureux fou d’une femme qui ne veut pas de moi, on est juste amis. Je n’arrive pas à m’en sortir, ça fait maintenant 2 ans que je l’aime éperdument, on se voit quasiment tous les jours et chaque jour passé renforce encore plus mon amour pour cette femme qui ne sera jamais mienne.Je pense qu’à être avec elle, je ne me sors pas de cette obsession. Depuis quelques temps j’essaie de m’éloigner d’elle, de prendre le large mais rien y fait, jours et nuits toutes mes pensées sont pour elle, je ne dors quasiment plus, mange très peu et n’ai rien envie de faire si elle n’est pas la raison de ce que je dois faire. Qu

  • C’est bien jolis mais ça ne m’aide pas beaucoup cette page .
    Je m’explique, je suis éperdument amoureux d’un garçons qui est assez connus dans le monde du cinéma . Mais en vu de sa popularité il refuse de sortir avec moi pour soi-disant « me protéger  » des médias et autres tarés . Bref je suis hyper-frustré, n’arrive pas à arrêter d’y penser et ça me rend continuellement triste, dès que j’y réfléchi je déprime or j’y pense les 2/3 du temps.Je ne sais plus quoi faire j’aimerais vraiment qu’on sorte ensemble. Ça me pourris la vie, je suis continuellement frustré .
    De plus je suis son genre de garçon, donc ça revient toujours dans nos discutions, et j’essuis toujours un refus a contre-coeur (il me l’a confirmé) .
    Que faire ?

  • Bonsoir,
    Je sais pas trop ou me placer car je suis avec mon ami depuis 6 ans mais aussi en colocation avec un ami. Je suis perdue car j’aime toujours mon petit ami même si j’en peux plus de son immaturité et autres et pourtant j’ai tout fait pour que ça change. J’ai tout quitter pour lui et fais des efforts chaque jours au point parfois de penser que je suis plus celle que j’étais avant. Petit à petit mon colocataire s’est rapproché de moi et depuis je pense qu’à lui. Je me sens bien et en sécurité qu’avec lui. Pourtant j’aime toujours mon ami peut être un peu moins j’en conviens. Je perd du poids à une vitesse hallucinante je mange presque plus, je dors de moins en moins. Je garde tout pour moi car tout mes amis sont des amis à eux deux. Je suis perdue et je sais plus trop quoi faire. Car mon colocataire me cours après puis quand il vois que je « cède » à un câlin(rien de sexuelle!!) il me rejette et me parle mal. Je suis perdue, je suppose que tout est de ma faute, que je suis indigne et autres. J’ai même penser à partir voir pire me sentant si mal…

  • J’aimerai juste dire qu’il faut arreter d’essayer de definir l’amour. Comment peut-on expliquer quelque chose d’autant abstrait avec une assurance si déconcertante. Je pense que tout depend de la situation. Quitter ces sites web idiots qui tentent de vous expliquer l’inconnu avec des arguments bidons. Apprenez a ressentir par vous-même et a detectez les raison de ces vertiges saisissants provoqué par une chimie loin d’être absolu. Aimez aimez aimez et arreter seulement quand cela commence a faire mal, atrocement difficile, mais nécessaire. L’amour obssessionel est un amour veritable mais malsain. Je ne veux pas faire la morale, juste aider. Bonne vie sentimentale, soyez heureux

  • Je vous remercie pour cet article fort intéressant. Je suis moi-même en pleine tourmente amoureuse, ma première vraie obsession amoureuse et je suis complètement à la ramasse. Le fait est que j’aime (si le mot est approprié) un ami qui lui ne ressent pas les mêmes choses (ou ne veut pas ressentir les mêmes choses). Mon problème est encore plus compliqué parce que je suis suis un homme qui préfère les hommes. Je n’ai jamais vraiment été amoureux de qui que ce soit jusqu’à mes 26 ans aujourd’hui. J’ai failli couper les ponts avec lui mais derrière mon/notre histoire il y a 4 ans d’amitié que je ne pouvais pas balayer comme ça. On entretient une relation « amicale » assez fusionnelle (du moins je la ressens comme ça), on a énormément de points en commun, on ne s’ennuie jamais ensemble, on fait le même métier, on a presque le même parcours professionnel, le même humour, bref, je me dis parfois que c’est mon double en plus âgé et en plus accompli. Malheureusement, après 4 ans d’amitié, mes sentiments ont évolué et je cherche plus que ce qu’on se donne déjà mutuellement. Je lui en ai parlé et bam, il ne ressent pas les mêmes choses, je suis passé du côté de ses meilleurs amis. Catastrophe, j’en ai pleuré pendant une semaine au moins. J’ai décidé de m’éloigner et il a compris. Mais finalement je n’ai pas pu, je suis revenu et j’ai accepté de le cotoyer en tant qu’ami proche. Je sais je n’ai pas suivi le chemin le plus agréable. J’espère vraiment trouver quelqu’un qui m’aime pour ce que je suis et commencer à faire le deuil de cet amour impossible. Impossible ? Pour être honnête, j’espère toujours qu’il ressentira tôt ou tard des choses pour moi, vu qu’il est assez ambigu par fois? Mais bon, le temps m’en dira un peu plus… Que me conseillez-vous ?

  • J’ai lu attentivement tout les messages, que je trouve très touchant et aussi très douloureux.
    Si je lis tout ces messages c’est pour également ne pas retomber dans l’obsession et la confusion des sentiments.
    Ayant vécu une première expérience amouseuse passionnelle très destructrice, je m’étais promis de ne plus jamais m’infliger ce genre de relation. Je me suis fait la promesse de m’aimer et de ne laisser personne me torturer sous aucun prétexte.
    Voila que je vis un amour paisible, et j’aime sincèrement mon mari. Comme dans chaque vie de couple, il y a des brèches et malheureusement pour moi j’ai croisé un homme à ce moment de fragilité. Mon regard s’est attardé sur lui et tout s’est arrêté autour de moi pendant quelques instants, à la limite d’y voir floue.. puis, je l’ai revu de manière très cordiale et voila que je me sens troublée et qu’après m’avoir caresser la main, ma tension sexuelle a été multipliée et depuis il m’obsède. Le côté positif est que ma libido a décuplé et que j’ai essayé quand bien que mal de transformer cette obsession en fantasme pour mon couple.
    Je crois que cette fragilité nait d’un grand manque affectif et de vieilles blessures qui remontent à l’enfance.
    Je ne suis pas fière de moi et espère que de nouveaux évènements m’éloigneront de mes pensées folles.

  • Ces lignes me reconfortent un peu…il semblerait que je ne soit pas seule a etre en boucle sur un sujet.
    voici mon histoire : j etais mariee, un mariage atone et sans amour. j ai rencontre un autre homme, engage egalement de son cote. un jeu de seduction s est instaure entre nous, par messages interposes… j etais deja sous le charme…Puis des lors qu il m a embrasse, j ai sucombe pour en etre totalement eperdue par la suite. les choses se sont tres vite enflammees de part et d autre. Je revivais, lui aussi. je me sentais solaire et rayonnante comme jamais. Nous nous attirions comme des aimants. Chaque rencontre etait d une intensite rare. nous echangions des propos forts. Mon mariage a bien evidement fait naufrage. Malheureusement, si j assumais parfaitement la situation, j etais face a un etre sombre et torture. Nos rencontres passionnees etaient suivies de tragedies grecques « je voudrais te dire..mais je ne peux pas…, j aurais pu tout planter pour toi, je n arrive plus a bosser etc… » Le sentant tellement torture, j ai pris la décision, non sans douleur, de rompre, me pensant nefaste pour lui. Cette première periode alternant chaud et froid en permanence avait eu pour effet de me rendre folle amoureuse de cet homme qui correspondait en tous points a celui que j avais longtemps cherche…
    Apres la rupture, s en est suivie une periode de flottement, puis nous nous sommes revus…. Afin d eviter (je le croyais) tout dommages collateraux, je proposais des règles : (fallait il etre amoureuse pour cela) pas ou peu de communication, juste des rencontres en fonction des envies…
    Je me suis vite retrouvee dans une situation impossible a gerer, etant dans l attente d un signe qui venait de plus en plus difficilement a arriver, et nos derniers rdv furent assez pitoyables, même si je m en contentais.
    Ne supportant plus d etre meprisee a ce point, je decidais a nouveau de rompre…tout en le regrettant instantanement !
    Depuis, je l ai souvent croise (son bureau etant a toute proximite du mien), il ne m a plus jamais regardee, ni saluée. Ni meme contactée, ne serait ce qu une fois.
    Je suis alors tombée dans une spirale obessionnelle : etant impossible pour moi d imaginer que tout cela n etait qu illusion (sa facon de me regarder, l intensite de nos rapports….), je suis hantee par le souvenirs de ces moments voles passes en sa compagnie, ou j avais enfin atteint le bonheur longtemps espere, hantee par un sentiment d inacheve. Par le sentiment de passer a cote de quelque chose que j avais longtemps cherche. Depuis, je lui transmets un message, tantot cinglant, tantôt léger et drôle (j accepte toutes les conditions quelqu elles soient…) tous les deux mois environ. Il ne répond pas, jamais. Malgré tout, je continue sous l effet d une pulsion irrepressible, semblable a un shoot : febrilite lors de la redaction, euphorie lorsqu il est transmis, mauvaise descente (quasi immédiate) car aucune reponse. je me sens alors idiote et miserable, sans dignité aucune. je me jure qu on ne m y reprendra plus…cela ne dure que jusqu a la fois suivante….
    Mes amis me conjurent d arreter car je dépéris. Il m obsede. C est abominable. J aimerai pouvoir passer a autre chose… J ai tente de l oublier dans d autres bras, des types bien, certainement bien plus respectueux que lui, mais tout cela ne faisait que me ramener a lui…(je trouvais cela sans âme, vide de la passion que j avais vecue avec cet homme). Bref je me dis qu il serait temps que je me libere de ce fantome qui me hante. Difficile neanmoins de faire son deuil quand il croise votre chemin de temps a autre…
    un peu d espoir ne me ferait pas de mal, ayant le sentiment d avoir bascule dans une certaine forme de folie…
    Merci pour votre aide…

  • On vit tous des trucs à peu près similaires. Une drogue, personnifié, nous ronge l’esprit et nous vampirise. Je crois qu’après avoir lu tous ces témoignages, la conclusion suivante s’impose, si vous avez essayé et ressayé et peut être même ressayé encore. et bien il faut passer à autre chose! J’aimerai qu’on me dise le contraire mais c’est la réalité! Mais il faut peut être toucher le fond pour apprécier de nouveau les bons moments!

  • En lisant tous ces témoignages, je m’aperçois que je suis atteint de ce syndrome d’obsession amoureuse. J’ai rencontré il y a 2 ans une femme très belle, danseuse professionnelle, elle était en plein divorce. Nous avons eu une belle complicité, j’ai essayé d’aller plus loin mais elle m’a repoussé 2 fois me disant « pas pour le moment ». Et depuis mon obsession n’arrête pas de grandir, je n’arrête pas de penser à elle. Nous nous voyons de temps en temps mais ça ne va pas plus loin. Je sens une espèce d’amitié se développer entre nous mais je n’en veux pas. Je sais qu’il faut qu’il ne faut plus la voir mais au bout d’une semaine ou deux, elle me manque terriblement comme une drogue. Je ne sais plus quoi faire, quoi penser….

  • Bonsoir,
    Voilà mon histoire, je vais essayer de faire court mais c’est pas évident et vous allez comprendre pourquoi.
    J’ai rencontré cette fille, il y a 4 ans. Sur un site internet de rencontre. Le hasard à voulu que je tombe sur elle, alors que je la côtoyais avant sans savoir qu’elle cherchait quelqu’un. c’était pas le coup de foudre mais on était heureux. On ne vivait pas ensemble et elle voulait que ça aille vite. Elle trouvait qu’on se voyait pas assez alors elle m’a quitter au bout de 6 mois. Bref au bout d’un mois elle est revenu. Elle m’a fait le coup plusieurs fois. En ce qui me concerne mon amour pour elle, il n’a jamais changé. Pourtant elle m’aimait éperdument. Bref il y a un an, elle m’a quitté et dans la foulé, elle a rencontré un autre homme avec qui elle a passé un 6 mois.Mais le pire de tout c’est qu’elle a déménagé et elle est venue habité à 150m de chez moi. Durant cette période je suis tombé en dépression. J’ai rencontré une autre fille mais j’étais toujours amoureux d’elle. Je gardais le contact avec elle pour la soutenir car cet homme la manipulait et avait une double vie. Elle l’a quitté, nous nous sommes revu et j’ai quitté la femme avec qui j’étais. Il y avait beaucoup de complicité entre nous mais ça l’empêchait pas d’aller voir ailleurs. Elle a voulu renouer plus sérieusement avec moi. Nous avions prévu un week end en amoureux mais le vendredi soir, j’ai voulu mettre au clair des choses avec elle. Je ne voulais plus qu’elle me quitte à répétition et je voulais prendre mon temps pour ne plus se précipiter comme avant. Elle l’a très mal prit. elle m’a quitté avant même de recommencer. Une semaine plus tard, elle sortait avec un de mes meilleurs copains. A qui elle a dit que ça faisait plus d’un an qu’il n’y avait plus rien entre nous.Bref maintenant je suis très malheureux de cette situation car dans ces messages, elle me dit que tous les deux c’est trop passionné et qu’elle n’en veut plus. Qu’elle préfère une histoire simple même si c’est moins fort au niveau des sentiments. Je suis toujours accro d’elle mais je veux m’en sortir. En plus avec l’histoire avec mon pote, je me sens trahi. Est ce que je dois la détester? Aidez moi, je suis à bout de force. Merci

  • Fais comme moi, passe à autre chose ! J’ai trouvé la perle rare, douce et attentionnée. On travail dans la même boîte, je vais l’inviter à diner. Cette fois-ci, je ne ferais plus la même erreur et qui c’est, c’est peut-elle ma futur épouse. Je peux dormir en paix.

  • J’en viens à un point à vouloir la détester, même si ce n’est pas de sa faute. Ma situation est similaire à ce que j’ai pu lire.

    Mais pour moi quand il y a obsession, quand on est amoureux d’une fille c’est qu’il y a une lueur d’espoir que cela puisse ce faire… C’est pour cela je me demandais que de se jeter a l’eau de se prendre une bonne « veste » ne serait pas un remède aussi ?

    Voilà merci bien =) Bon courage à tous pour « guérir »

  • salut a tous..jai vecu une vraie calvaire. Je suis fou amoureux d’une personne et on est sorti ensemble pendant 6 mois et c’etait , pour tut dire, une conte de fee malgre les diverses problemes. J’en ete toujours la cause car je prenais tout trop au serieux… je m’enervais tres vite et je ne le faisais pas entierement confiance…. et cela a entraine a ma propore perte. Je l’ai perdu. Recemment on a repris contacte et je trouve qu’il sort avec une de mes amies dont il n’est pas amoureux. Quand je lui parle il me dis qu’il n’a pas vraiment tourne la page sur notre histoire d’amour et si je continuais mes manieres chiantes je ne l’aurai jamais :( et jai recmmence a le bombardait de messages et c’etait l’obsession totale… pourtant il ressent toujours quelque chose pour moi.. Que faire svp pour etre plus serein.. ? pour que tout redevienne comme avant

    P.s on vient de se disputer encore :( a cause de mes manieres

  • J’ai laissé échapper une femme merveilleuse tant par sa beauté intérieur, qu’extérieur. Je n’aurais jamais penser qu’une demoiselle pouvait s’intéresser à un homme comme moi, je ne suis pas un beau gosse, ni moche non plus enfin bref. Au commencement, je ne lui prêtais aucune attention, c’était juste cordiale, puis je ne sais pas pourquoi, un jour je me suis mise à l’observer et voilà qu’elle avait repéré mon regard que je qualifierais de chien battu ( un regard qui fait pitié, c’est de père en fils lol ). J’ai décelé dans son regard, un mélange d’étonnement et de choc. Par la suite, elle avait des attentions particulière à mon égard, je me fais peut être des films, mais à l’intérieur de moi, une voix de l’intérieur me disait vas y !!! Je n’ai jamais eu le courage de demander par crainte de se faire se faire sagement refouler dans la case d’ami sans plus. Au fond de moi, je savais qu’elle voulait tenter quelque chose, mais je ne sais pas pourquoi je me suis braqué et renfermé :(. Je pense que pour elle, je suis devenu du passé et qu’elle a du passé à autre chose.

  • Salut Mouliné,

    Je crois que tu es sur la bonne voie. Penser à etre libre, ca revient à vivre pour soi. C’est un peu dur à se dire, car c’est très agréable de partager avec quelqu un qu on aime. Mais en meme temps, toutes les choses que tu accompliras, feras à l’avenir tu les feras pour toi. Tu auras des doutes, des échecs et surtout des succès. Et ce seront les tiens, à toi!

  • Comment sait-on que l’on aime?Je suis lasse. pourquoi dois-je ressentir un sentiment de frustration si fort , dérengeant,opressant. Quand je pense à lui je me demande pourquoi? Pourquoi a t-il fallu que je l’aime,son regard . Pourquoi me regarder ainsi, puis m’ignorer sans aucune forme de procès. L’amour doit-il être si douloureux,je ne veux plus souffrir,je veux être libre.

  • Bonjour,
    Le fondement d’un couple c’est le respect mutuel, c’est primordial. Ton histoire me touche, cette jeune fille donne l’impression de ne pas prendre votre couple au sérieux. Tu as surpris une conversatioin qui ne devait pas être en ta faveur je suppose c’est peut-être la réponse à ta question . Si cette fille ne te respecte pas c’est qu’elle ne t’aime pas et voilà tout . Pardonne moi si mes propos te choque mais c’est ce que je pense

  • SVP LISEZ MON MESSAGE JE VOUS EN PRIE !!!hmmm!!! j’ai l’impression que ces une puissance divine qui m’a guider sur ce forum , je vis un vrai calvaire , je suis fou alors la , FOU amoureux d’une fille , elle n’est pas de la même nationalité que moi , ni de la même religion , c’est vraiment compliqué ! mais je l’aime vraiment , elle me repet qu’elle m’aime , mais quand vient leur des action , RIEN , même les etites choses que je trouve NORMALE , je ne vois rien !! le probleme c’est qu’on se voit toujours , on vit pratiquement ensemble , elle a sa maison tous comme moi , mais on passe tous le temps ensemble , chez moi comme chez elle , quand je parle de nos probleme elle trouve que j’en fait trop, et aprés une dispute aussi futile soit elle ,elle peut me dire sans gêne  » c’est bon arretons tous » et a ce moment je la supplie je me plie en quate , je me met même a genou , vous l’aurez compris j’ai perdu ma dignité a voulor la retenir auprés de moi ,mais si moi je me pliasn et lui demande de faire un peu plus d’effort alors la c’est la totale elle me dit  » si tu n’es pas heureux mieux vaut qu’on arrete » , je vous jure j’ai vraiment tout perdu, mon honneur en premier , j’fai des choses que vous n’imaginerez m^me pas juste pour qu’elle reste encore avec moi , quand je lui demande elle me dit qu’elle m’aime !!!! mais j’ai supris une conversation avec son amie !! si vous etes pret a m’aider je vous expliquerez a suite , au faite je saisplus quoi faire , la laisser s’en aller ou continuer a m’humiler comme ca !!! et si je devais la laisser aller comment supporter ca !!! ???????????????????????????????????????????????????

  • je suis ravie de voir que je ne suis pas seul au monde à ressentir ce genre de choses …Pour ma part, l’obsession est encore présente, elle me ronge et m’accable à chaque instant. Je le rencontre dans les couloirs de ma fac et son regard me fuit, il mévite et je ne sais pourquoi. Il parle à tout le monde sauf à moi et préfère me fuire comme la peste.Si j’écris c’est pour me soulager, en écrivant cela ira mieux. Ce sentiment que je ressens est un fardeau trop lourd à porter, j’aimerais qu’il disparaisse.
    Tous vos conseils seront les bienvenus
    :)

  • je suis ravie de voir que je ne suis pas seul au monde à ressentir ce genre de choses …Pour ma part, l’obsession est encore présente, elle me ronge et m’accable à chaque instant. Je le rencontre dans les couloirs de ma fac et son regard me fuit, il mévite et je ne sais pourquoi. Il parle à tout le monde sauf à moi et préfère me fuire comme la peste.Si j’écris c’est pour me soulager, en écrivant cela ira mieux. Ce sentiment que je ressens est un fardeau trop lourd à porter, j’aimerais qu’il disparaisse.

  • Bonsoir gentil yogi ; à vous aussi merci, de vos réponses. Intelligentes, intéressantes.
    Je vous tire mon chapeau (et croyez-moi, c’est une capeline IMMENSE :-) de réussir à sentir et ressentir même, autant de belles sensations. Sans pratiquer votre yoga, je sens et ressens, bien sûr. Des sensations, des sentiments… Cependant, toute la difficulté réside dans le fait de les maîtriser. Vous parliez de feu, il y a peu. Alors oui, je brûle, mais d’un feu tout ce qu’il y a de plus sacré (non pas que le feu que vous évoquiez, sexuel celui-là, n’en soit pas un !… mais en définitive, je pense que nous brûlons de plusieurs feux à la fois…).
    Un être cher, qui ne l’était pas encore pour moi alors et que j’apprenais donc à connaître, m’a dit un jour : « Vous, on ne vous mettra pas sous cloche… ».
    Une des plus jolies phrases que l’on m’ait dite.
    Je me souviens l’avoir dévisagé, l’air ahuri, sûrement. En voilà un qui l’avait « vu », ce feu !
    Ce petit blabla, limite hors sujet du reste, pour vous dire que la sérénité dont vous parlez et que vous tirez de la pratique du yoga me laisse rêveuse. La sérénité, mais aussi la satisfaction manifeste que cela vous procure.
    Maîtriser le feu un jour, à défaut de l’apaiser (une nature est une nature…), me plairait assez.
    Belle nuit à vous.

  • « Une profonde intériorisation de la conscience » ? Je ne sais. Je remarque à mon niveau que les exercices de respiration (pranayama) me mettent dans un état d’écoute et de présence qui me permettent de régler des problèmes, apaiser des frictions sans même avoir à y penser. Ça pourrait s’apparenter à de l’auto hypnose avec cette sensation – nouvelle pour moi – de gratitude : quel incroyable privilège de prendre 45 mn juste pour s’écouter et s’entendre respirer et se reposer d’avoir respirer. Pour les postures (asanas), elles me demandent un tel effort de concentration, de puissance, de résistance, et de longanimité avant le petit déjeuner que je n’ai plus d’alternative que la non-violence. Shiva serait le dieu de l’ashtanga qu’il pratiquerait pour calmer son côté destructeur. J’épargnerai donc l’objet de mon obsession d’un discours de commandeur : trop fatiguant et retournerai à Mysore en décembre pratiquer avec Jaiprakash. Merci chère Klondike Kate de votre réponse rapide. J’apprécie vos messages, nouvelle obsession tout à fait agréable et en direct sur le site, en ce qui me concerne. À vous lire…

  • Ouah ! Dites, je suis très impressionnée, vraiment : le yoga Ashtanga (et ses 8 membres… eh ouais, voyez, je me suis renseignée) promet d’offrir à ses plus adeptes les plus motivés et disciplinés une « profonde intériorisation de la conscience », un « corps léger et fort », un « esprit calme et en paix » (oh oui !), il promet enfin d’apporter la « souplesse, l’équilibre et la résistance » (bon, sur le premier point de ce dernier point, n’est-ce pas, je ne suis pas trop mauvaise, dans la mesure où j’arrive encore à toucher ma joue avec mon pied alors que je n’ai plus trois mois).
    Sérieusement : très joli programme.

  • Ahahaha ! Et même : uhuhuh !
    J’ADORE vos messages (nonnon, rassurez-vous, Bouboule, je ne reporte absolument aucune obsession sur vous).
    Et pour vous reprendre, c’est vous qui shootez toujours bien, dites.
    Quant au « feu sexuel », bof… Je parlerais plutôt de feu, tout court, me concernant (ce garçon m’a fait bouillir, oui, mais principalement d’énervement, parce qu’il faut bien se rendre à l’évidence : il n’est malheureusement pas recommandé, pour son avenir social en général, de dire tout ce que l’on voudrait dire et de faire tout ce que l’on voudrait faire… Ou les difficultés de se conduire comme un mec quand on est déguisée en fille.) (Et qu’on aime bien, d’ailleurs, être déguisée en fille.) (Tout en se conduisant comme un mec).
    Ce qu’il m’a dit ? En résumé : je suis très à son goût (BOUM ! ça, c’est le bruit que j’ai fait en tombant de ma chaise, en l’écoutant prononcer ses premiers mots, suite à mon monologue d’1/4 d’heure digne d’un commandeur impérial, harranguant ses armées. Naan, j’rigole… Inutile de retraduire ici ce que j’ai entendu, vous avez, je le pressens, Bouboule, une imagination fertile). Jusqu’à cet instant, donc, je me trouvais super forte, super culottée, bref super tout, d’avoir osé arrêter ce type, finalement inconnu, pour lui parler franchement de ce qui me déplaisait et m’échappait, après tous ces mois surréalistes, pensant réellement briser son jeu de tordu.
    Alors oui, je me suis peut-être un petit peu fourvoyée.
    Rien qu’un petit peu.
    Surtout quand on apprend que, des semaines plus tard, il parle encore à notre amie et collègue commune de mon fameux discours de commandeur impérial (doit pas avoir l’habitude).
    Notez quand même que cela m’a fait un bien fou (de lui parler, je précise, pas de me fourvoyer, hein…).
    Pour Chicago : plus besoin d’apprendre le tir. Ville apaisée, belle, lumineuse.
    Bien à vous, cher Bouboule !

  • Vous nous frustrez de sa réponse… N’est-elle pas publiable publiquement ?
    Le tir tout court peut s’avérer utile pour Chicago, non, préférez le yoga ashtanga, c’est très proche de l’art martial, ça apprend à respirer donc, ça shoote bien. C’est aussi connu pour apaiser le feu sexuel mais peut-être qu’à votre stade, votre collègue s’en charge finalement (?) Arg, vous entretenez le suspens. US effect between episodes?

  • Bouboule-Amars, un grand merci de ces nouvelles, plutôt bonnes me semble t-il (ou plutôt pas mauvaises, c’est selon).
    Votre billet, comme tous les autres, m’inspire, et aussi, m’aura fait sourire ! Le yoga, bonne idée…
    De mon côté, j’hésite entre le tir à l’arc et le tir tout court, ahah :-)
    De mon côté, je ne suis pas partie en Inde, non, mais à Chicago, en février. Beau voyage, peut-être moins spirituel à tous points de vue que le vôtre, mais en tout cas étourdissant, pile ce qu’il me fallait à ce moment-là.
    Quant à LUI : pas évident de passer en mode souvenir, dans la mesure où le « lien » est entretenu par une amie et accessoirement collègue, qui travaille à ses côtés et qui du coup, me rapporte ce qu’il dit -encore- de moi.
    La veille du jour de mon changement de poste et donc, de bureau, j’ai fait un truc un peu fou et inconscient, voire stupide : je l’ai « coincé » dans mon bureau (Maman, pardonne-moi) et je lui ai dit, entre deux battements de coeur désordonnés, tout ce que j’avais sur ce coeur, justement. Tout, ou presque, afin de tenter de rationnaliser à mort cette drôle d’histoire -mon côté control freak, sans doute-, cet épisode de ma vie qui m’a échappé dès son commencement : je lui ai dit mon incompréhension (pourquoi cette attitude ?), mon questionnement (pourquoi moi ?), ma crainte d’avoir dit ou fait quelque chose de « mal », au départ… Bref, tout. Pas été déçue de la réponse, autant flatteuse que déstabilisante. Cet homme est fort, vraiment très fort.
    Bon, peut-être suis-je tordue. Mais clairement, je ne suis pas la seule et pour vous dire vrai, ça me rassure.
    Depuis, donc, je le trouve encore régulièrement sur mon chemin.
    Votre dernière phrase : faire la paix avec soi. Pour peut-être ensuite pouvoir la faire avec les autres. Cela me plaît bien…

  • Klondike Kate, heureux de vous lire aussi ! Me suis mis au yoga Ashtanga, suis parti en Inde, à Mysore, un mois, en décembre : je n’arrivais à rien avec une guitare : celle-ci aussi se refusait à moi mais j’en ai pas fait une obsession. En ce qui concerne la personne qui occupe toujours mes pensées, son souvenir est devenu un aiguillon pour me pousser dans mon quotidien. L’obsession aurait des avantages, je suis devenu plus souple et j’ai perdu du ventre. Mais pour être apaisé il me faut des réponses et tant qu’il me manquera des pièces du puzzle (qui m’intéresse encore) ça continuera de m’exciter, méditation ou non. En espérant lire de vos nouvelles je vous souhaite ce que je me souhaite, de comprendre les autres afin de pouvoir faire la paix avec soi.

  • Bouboule-Amars, heureuse de vous lire !
    Comment allez-vous ?
    Je vous espère heureux, ou à tout le moins, apaisé…
    Avec mon meilleur souvenir, celui de m’être sentie comprise à la lecture de vos messages touchants, pleins d’humour et d’esprit de surcroît.

  • J’ai vécu cette situation des deux côtés. D’abord moi faisant souffrir. Elle était vraiment accroc de moi, et moi j’en avais rien à faire. Pire, je la fuyais. Cà a duré des mois comme cela. J’aurai pu profiter de la situation, étant moi-même célibataire, mais on n’aime pas faire souffrir les autres inutilement, n’est-ce pas ? Dans ce cas on fuit, pour ne pas faire souffrir – et aussi parce que ce genre d’amour obsessionnel en face est vraiment gonflant.

    A présent c’est moi qui suis fou amoureux d’une fille et qui en paie les frais à mon tour : juste retour de médaille. Je pense à cette fille matin, midi et soir, jour et nuit, à chaque minute, à chaque instant. Je la vois partout dans la rue. Elle évidemment me fuit. Je subis tous les affres expliqués plus haut. Cà fait presque 2 mois que çà dure.

    J’essaie dans la mesure du possible de le lui cacher – mais elle sait très bien que je suis amoureux d’elle.

    Elle veut qu’on soit AMI pourtant, elle exprime énormément d’affection pour moi les rares fois où je suis avec elle au téléphone (une fois par semaine) ou en direct (une fois toutes les 3 semaines).

    Cà m’empêche d’être moi-même et c’est une véritable torture. Or la SEULE façon de lui plaire c’est justement d’être moi-même et d’arrêter ma fixette.

    J’ai PEUR de ne jamais l’avoir, j’ai peur de la perdre, j’ai peur de passer à côté de l’occasion de ma vie, j’ai surtout peur que quelqu’un d’autre me la pique.

    L’ENFER est sur Terre et s’appelle amour obsessionnel.

    Merci pour cet article.

  • Je te comprends tout à fait Mina, moi aussi je vis la même situation que toi avec un homme à qui j’ai à peine parlé, je ne sais même pas s’il connait mon prénom. Comme toi je me suis interessé à lui après qu’il m’est montré des signes d’intêrets, mais je n’ai jamais osé l’aborder, juste des salutations quand je le croise.
    Je me suis déclaré, il y a peu, avec l’aide d’une amie qui lui a donné mon adresse mail en main propre (j’en pouvais plus de rester dans le doute).
    Mais il n’y a jamais répondu et m’a évité pendant un long moment donc j’en déduis qu’il a su que c’était moi et que mes sentiments n’étaient pas partagés.
    Je me suis faite une raison et je me suis mis à l’éviter moi aussi par honte et gène mais aussi par colère car j’ai vraiment été blessé par son ignorance à mon égard, ne ditons pas que l’ignorance est le meilleur des mépris?
    Mais depuis peu, il recommence à me regarder fixement dans les yeux ou à me jeter des regards discrets lorsque j’essaie de l’éviter.
    Du coup, je me remets à me poser des questions et à douter. Je pense que le mieux serait d’éviter de croiser son chemin, j’ai pas envie qu’il pense que je l’harcèle ou le colle. Et puis je souffre beaucoup de cette situation.
    Bon courage à toi!

  • Bonjour tout le monde,

    Je viens de lire cet article avec grand intérêt et une partie de moi-même s’y retrouve un peu, ce qui est rassurant et agréable. Mais l’autre partie ne s’y retrouve pas car quand je lis la plupart des témoignages, il s’agit (presque) toujours de personnes qui expriment leur obsession suite à une relation amoureuse.
    Or, je n’ai connu aucune relation intime avec la personne qui hante encore aujourd’hui mes pensées et c’est de là que part l’essentiel de ma réflexion. Des mois et des mois après, je suis aux prises avec moi-même en me disant que je dois passer à autre chose tandis qu’une petite voix me souffle encore: « Attends, on ne sait jamais, il se passera peut-être quelque chose un jour… ».

    Je suis tombée profondément amoureuse d’un homme dont je croyais sincèrement que les sentiments, ou du moins l’attirance et l’intérêt, étaient réciproques. Regards appuyés, beaux sourires, manière calme et timide de vous parler, etc… Du jour au lendemain, il m’a totalement ignorée, purement et simplement. Je me suis sentie complètement brisée dans un processus qui se dessinait peu à peu et je n’ai pas osé me lancer vers lui par peur du rejet et de la honte. Trop fragilisée à ce moment-là pour encaisser un échec, je me suis tout simplement effacée et il ne s’est jamais rien passé. J’ai eu le coeur brisé et aujourd’hui encore je ne comprends pas comment ni pourquoi ça a pu me faire aussi mal. Je me suis sentie humiliée à cause de tout ce que j’avais ressenti pour lui, ce qui a eu un impact assez lourd sur mon estime de soi et ma confiance en moi, qui ne sont déjà pas bien grandes à la base. L’une de mes erreurs, sans doute la plus fréquente, a été de nourrir une rêverie sentimentale sans bornes où je pouvais laisser libre cours à des projets, des envies, des rêves. Je pensais à lui sans arrêt au point d’en rêver la nuit et même en étant consciente de mon obsession, je m’obstinais et je continuais à alimenter cet idéal à qui j’avais enfin trouvé un visage.

    Car c’est le jour où je l’ai surpris les yeux fixés sur moi que tout a basculé. Avant cela, je ne me posais pas de questions et si je le voyais, je ne le remarquais pas. Je n’ai pas ressenti de « coup de foudre » mais ce qui s’est produit en moi quand je l’ai regardé m’a prondément touchée et ébranlée, au delà de l’attirance physique que j’ai commencé à éprouver par la suite.

    Bref, je voulais juste partager un aperçu de cette expérience difficile, pas dans le but de me plaindre ou de me faire prendre en pitié mais parce que je crois au contraire, comme il est écrit plus haut dans l’article, que cette expérience cherche à me révéler des aspects psychiques de ma personnalité, révélateurs de malaises et de « failles » qui remontent sûrement bien loin dans mon cheminement personnel et sur lesquels je souhaite travailler.

    Peut-être que quelqu’un se reconnaîtra un peu dans ce que je viens d’écrire, pour ma part j’essaye sincèrement de me poser les bonnes questions pour me sortir de ces relents d’obsession. Car comme je l’ai dit au début de mon témoignage, ce n’est pas tant de savoir pourquoi il a décidé de m’ignorer du jour au lendemain que j’essaye de comprendre mais surtout pourquoi cette expérience a été aussi douloureuse et marquante.

    Voilà, merci d’avance à ceux et celles qui m’auront lue!

  • Bonsoir.
    Je sais que cela parait étrange de dire cela mais mon compagnon m’aime trop et ça le rend hyper malheureux.
    Nous nous voyons le week end. Et apparemment je lui manque bcp. Au point qu’il agit souvent, trop souvent de manière obsessionnelle. Il me regarde regarder la tv, dormir, il se vexe qd je suis seule a faire qqch, m’envois 30-40 sms par jour pr me dire au combien j’illumine sa vie et je suis al femme de sa vie et… des poêmes sur la toiles, Je précise nous avons 30 ans pr lui 27 pr moi, pas 15. Il prend tout ce que je dis de travers si ce n’est pas dit avec la plus grande délicatesse, il pleure svt, alors que ds la vie c qqn de plutot dur, il est tjs a la recherche d’affection, d’attention, … Il pleure vite qd il croit que je reproche quoi que ce soit de son comportement vis a vis de mon fils, alors qu’il est super avec lui! mais la moindre remarque est vécues comme un coup de poignard. Et au jour d’aujourd’hui, je n’en peux plus. De me justifier, de le rassurer, de devoir répéter sans cesse que oui je l’aime mais que g pas besoin de tout ce qu’il fait pr le montrer ni mm pr le ressentir. Je suis à bout. Il a promis de changer, que qd nous vivrons ensemble il se calmera car il sera plus seul. Y croyez – vous? comment puis je l’aider?

  • mon histoire , celle d’avoir connu l’amour et d’être réellement tombé amoureuse d’un homme
    meme si aujourdhui j’ai les yeux ouvert, apres six ans de rupture de disputes de re-retour ensemble, d’eloignement,
    je ne sais plus si c vraiment de l’amour ou une façon de croire que seul lui peut me rendre heureuse, ou que je ne suis rien sans lui.
    ma vie n’est vrai qu’en sa présence, je suis apaisé que quand il est là.
    sans lui je respire je souris, aussi, mais c comme si c’étais faux,
    je suis prise au piège et je m’inflige moi même une punition qui ne finira jamais, celle de l’aimer quoi qu’il m’encoute .
    c’est une souffrance au quotidien,

  • 20 ans. 20 ans qu’il m’a quittée pour la seconde fois, sans un mot. Et régulièrement j’ai des phases où je passe mes jours et mes nuits à me faire des films sur son retour.
    Pourtant je suis mariée et heureuse dans mon couple depuis 10 ans, mais rien n’y fait. Il n’y a jamais eu de réel point final à notre histoire et ça me tourmente.
    J’ai déjà essayé d’obtenir ce point final en lui écrivant, mais aucune réponse.
    Vivement une phase où je pense moins à lui…

  • Bonjour ,
    Oh que oui c’est un excellent article ! De mon côté je suis la « fille qui n’est pas armée pour ça »
    Un ancien ami (ami et jamais rien de plus , ayant plusieurs fois clarifié la situation et pourtant…) me suit , se gare devant chez moi et m’espionne avec des jumelles . Hier je suis allée le voir , lui demandant pourquoi il était là. Il a d’abord menti puis s’est excusé par message.Aujourd’hui il a juré de ne plus recommencer à m’espionner … Dois-je le croire ? Je suis en couple et il ne me lache pas depuis 3ans si je le revois je lui ai dit que je porterai plainte je lui ai aussi dit que j’avais très peur de lui je ne sais pas de quoi il est capable …

  • Bonjour Klondike Kate et Fred au féminin et merci de votre feedback.
    Il est étonnant comme l’ambivalence de comportement nous inquiète, je ne me sens plus seul, merci Kate.
    Notre obsession doit naître d’une incapacité à comprendre les motivations de l’autre en sentant confusément que, bien que nous soyons un élément révélateur de leur désarroi nous ne saurions jamais en être la solution.
    Nous avons pressenti, Kate et moi, le fiasco d’aller voir plus loin, de demander des comptes.
    Mon billet que nous aurions été renvoyés misérablement dans le doute le plus avilissant.
    Et pourtant, nous cherchons toujours à comprendre.
    Serait-ce parce que nous nous croyons au centre de la préoccupation d’un individu ?
    Le sommes-nous vraiment, au centre de leur préoccupation ?
    Non, nous ne le croyons pas vraiment, d’où le sentiment du fiasco à venir.
    Je vous dis les filles, lorsqu’il a une ouverture, un homme désirant ne jouent pas les vierges effarouchées, il fonce, qu’il soit pacsé, marié, plusieurs fois marié…
    Et j’ai été dragué par suffisamment de femmes pour savoir qu’elles peuvent être directes dans leur désirs.
    Pour répondre à Fred, la personne m’a écrit deux fois. J’ai répondu sans chaleur avec plusieurs jours de délai (bien que la réponse ait été rédigée quarante-deux mille fois dès la réception de son email).
    Elle a fini par décrocher.
    Le froid ne lui siérait-il pas ?
    Moi, je pense à elle, toujours à chercher à savoir ce qui a pu pousser cette personne contre moi sans vouloir se laisser prendre.
    Si un psy pouvait expliquer ce genre de comportement et le rôle que nous jouons dans cette non-relation, je crois que la compréhension du phénomène me permettrait de décrocher, à moi aussi.
    Il y a-t-il un psy dans les environs ?

  • Bonjour Klondike Kate et Fred au féminin et merci de votre feedback.
    Il est étonnant comme l’ambivalence de comportement nous inquiète, je ne me sens plus seul, merci Kate.
    Notre obsession doit naître d’une incapacité à comprendre les motivations de l’autre en sentant confusément que, bien que nous soyons un élément révélateur de leur désarroi nous ne saurions jamais en être la solution tout en ayant pressenti le fiasco d’aller voir plus loin, de demander des comptes.
    Mon billet que nous aurions été Kate et moi renvoyés misérablement dans le doute le plus avilissant.
    Et pourtant, nous cherchons toujours à comprendre.
    Serait-ce parce que nous nous croyons au centre de la préoccupation d’un individu ?
    Le sommes-nous vraiment, au centre de sa préoccupation ?
    Non, d’où le sentiment du fiasco à venir.
    Je vous dis les filles, lorsqu’il a une ouverture, un homme désirant ne jouent pas les vierges effarouchées, il fonce, qu’il soit pacsé, plusieurs fois marié…
    Et j’ai été dragué par suffisamment de femmes pour savoir qu’elles peuvent être directes dans leur désirs.
    Pour répondre à Fred, la personne m’a écrit deux fois. J’ai répondu sans chaleur avec plusieurs jours de délai (bien que la réponse ait été rédigée quarante-deux mille fois dès la réception de son email).
    Elle a fini par décrocher.
    Le froid ne lui siérait-il pas ?
    Moi, je pense à elle, toujours à chercher à savoir ce qui a pu pousser cette personne contre moi sans vouloir se laisser prendre.
    Si un psy pouvait expliquer ce genre de comportement et le rôle que nous jouons dans cette non-relation, je crois que la compréhension du phénomène me permettrait de décrocher, à moi aussi.
    Il y a-t-il un psy dans les environs ?

  • Bonjour à tous ! Je me reconnais à la perfection dans cet article et dans certains témoignages ! Mais ce qui me fait le plus peur, c’est que je crois que je réitère ce comportement d’obsession amoureuse depuis que je suis petite! Je suis en train de faire le point sur ma vie amoureuse, suite à un récent échec, et je réalise (même si je le savais déjà au fond de moi) que ce schéma s’est répété beaucoup de fois dans ma vie, et pas seulement avec une seule personne..J’espère que mon témoignage sera clair et merci d’avance à ceux qui prendront le temps de le lire..Avant de vous parler de mes expériences, je pense qu’il est important de me décrire : Je suis une femme, j’ai 28 ans, une vie relativement heureuse, pas de gros drames familiaux, j’ai l’impression d’être équilibrée (faut croire que non), j’ai une famille aimante, des amis aimants, et de manière générale, les gens autour de moi, et les preuves d’amitié et d’amour reçues dans ma vie ne devraient pas remettre en doute l’estime que j’ai de moi (mais selon ce que je lis dans les analyses psychologique j’ai un problème de ce côté là).Mon seul vrai problème, (celui que je connais et que j’assume) ce sont les hommes, ou plutôt, l’amour que j’attends d’eux, leur dévotion, cette grande attente boulimique que j’ai de les entendre dire qu’ils m’aiment plus que tout, qu’il n’y a que moi qui compte, que je suis celle qu’ils attendaient (j’ai bien conscience que l’égo est un problème majeur dans mon cas)..

    Je ne sais pas si mon problème s’appelle « Obsession amoureuse », « dépendance affective », ou même si je suis dans la catégorie des « abandonniques » (n’ayant pas eu de père présent..)..J’ai du mal à définir ma situation, peut être est ce un mélange des trois..J’ai besoin que quelqu’un m’éclaire s’il vous plait, j’ai une réelle envie de changer car je sais que c’est malsain..
    Pour reprendre, j’ai fait des « fixettes », des «  »obsessions », sur beaucoup de garçons dans ma vie, (pas tous, j’ai aussi eu des relations relativement simples et réciproques), mais les obsessions que j’ai eu sont généralement arrivées après qu’un garçon qui me plaisait se soit intéressé à moi, puis se soit désintéressé (pour une raison quelconque)..Il suffisait qu’un garçon qui me plait ai de l’intérêt pour moi, pour que je devienne la fille la plus heureuse du monde, et si il avait le malheur de changer d’avis et de me quitter pour une autre,ou qu’il n’avait pas envie d’aller plus loin dans la relation ou pour toute autre raison, là ma vie devenait presque un cauchemar et je mettais à penser à cette personne jour et nuit, blessée dans ma fierté, dans mon égo et ressassant toujours les mêmes phrases « Si il m’aimait bien au début alors pourquoi maintenant il est complètement indifférent? » « Pourquoi il n’est pas fou amoureux comme moi je le suis ? », « pourquoi je ne suis pas assez bien a ses yeux ? » « qu’est ce qui l’a fait changé d’avis? » et au lieu de me dire, c’est la vie, ça m’est déjà arrivé à moi aussi d’aimer et de ne plus aimer, et bien non, le fait d’avoir été rejetée, me rendait bien plus malheureuse que de perdre la personne elle même..Cela est arrivé plusieurs fois dans ma vie, la première fois vers 10 ans, ou je suis restée dans état obsessionnel avec un garçon de mon école, ensuite cela s’est reproduit au lycée, puis vers 20 ans avec un autre garçon qui m’avait montré de l’intérêt, qui m’aimait bien, mais qui n’avait pas vraiment envie d’une relation sérieuse, mais qui restait tout de même en contact avec moi, car il m’estimait beaucoup.. Et bien tous ces cas (liste non exhaustive) m’ont mis dans des états d’obsessions, je voulais a tout prix revenir à la période innocente et pleine d’espoir ou le garçon en question m’aimait bien, j’en faisais des fantasmes, l’idéalisais, j’étais persuadée que je l’aimais vraiment et que jamais je ne retrouverai quelqu’un pour qui j’éprouve des sentiments aussi fort, tous les autres garçons me semblaient fades, je ne voulais que lui, et je voulais qu’il m’aime!! Biensur, tout ça se passait en secret, cette obsession était secrète, j’avais trop peur du ridicule, alors je faisais en général la fille forte…Puis le temps aidant (beaucoup de temps à chaque fois), je les oubliais, pour en général trouver une autre proie à mon obsession..J’ai eu bien sur entre chaque cas d’obsessions, quelques relations jolies et sincères, ou je sentais que la personne m’aimait comme je l’aimais, mais elles se sont toutes terminées de la même manière : Moi, lassée, envie d’autre chose, je ne les aimais plus..Et la c’est moi qui ai brisé des coeurs..
    Je n’arrive pas à mettre le doigt sur le problème, masochisme? obsessions amoureuse du a des carences affectives venant du manque d’un père? Manque d’estime de soi ou au contraire égo surdimensionné?
    Syndrome de la petite fille qui rêve du prince charmant?
    Ce masochisme m’a conduit à rester presque 2 ans, (relation terminée il y a 1 an et demi) avec un homme qui était psychlogiquement destructeur, qui m’humiliait, ne m’apportait rien sauf une dégradation de l’image que j’avais de moi, ne me donnais presque jamais d’affection, et pourtant, je restais, j’encaissais, je ne voulais pas le quitter, je voulais qu’il change, je voulais qu’il m’aime !!!! je ne voulais pas le quitter sans entendre qu’il m’aimait et qu’il regrettait son comportement!! j’ai supporté l’insupportable, pour obtenir des preuves d’amour, je me suis oubliée moi même, je me suis dévouée pour quelqu’un qui me détruisait, et j’en avais vraiment conscience mais je ne partais pas ! pourquoi?
    Et me voilà aujourd hui à reproduire le même schéma d’obsession amoureuse avec un autre garçon, à 28 ans !
    Il ya 10 mois, donc quelques temps après ma rupture, j’ai rencontré un autre garçon, doux, calme, gentil, on s’est attiré et apprécié tout de suite, je sentais vraiment la réciprocité des sentiments, et j’étais sur un nuage, aucune fausse note, c’était tellement parfait que je ne me posais aucune question, c’était évident, qu’il m’aimait bien, et que je lui plaisait, donc j’étais confiante..Malheureusement, après 2 mois de relation, j’ai du partir à l’étranger pour 8 mois, nous nous somme séparé physiquement mais nous avons décidé d’essayer de faire fonctionner notre relation a distance, ca a duré 4 mois, il est même venu me voir, c’était bon, c’était beau, mais la distance a fait que nous avons décidé de mettre en suspens la relation, on s’est dit qu’il était préférable de passer à autre chose pour le moment car la distance devenait compliquée, et que peut être un jour, à mon retour…… !!! Quelle idée d’avoir mis cette graine dans ma tête? Vous pensez que j’ai fait quoi pendant les 4 mois qui me restaient à passer à l’étranger? Je les ai passé à penser à lui !!! A imaginer mon retour ! A imaginer a quel point ça sera beau quand on se retrouvera !! A l’imaginer m’attendre patiemment, moi, sa bien aimée, celle qu’il est venu voir à 10 000 km de paris, moi qu’il connaissait seulement depuis quelques mois !! A IDEALISER !!!c’était certain, il ne pouvait passer du tout au rien ! Et bien figurez vous que je suis rentrée il y a quelques semaines, que nous nous sommes revus, et que les choses ne sont pas aussi roses, il m’aime beaucoup, il veut que l’on continu à se revoir, mais pour l’instant ne se projette pas, prend son temps, n’est sur de rien, ne sais pas…. Moi qui l’imaginait presque m’attendre avec un bouquet de fleur et une bague de fiancailles (gag) !! enfin j’exagère, mais bon c’est le chemin qu’a du prendre mon subconscient ! et Me revoilà, triste, morose, décue, pourquoi c’était si beau avant? et pourquoi il n’est plus aussi emballé qu’avant? et pourquoi ceci? pourquoi cela? me revoilà à ruminer le passé, imaginer le futur, ne supportant pas la vérité du présent ! Me revoilà à recommencer une sorte d’obsession sur sa personne, sur notre histoire etc etc etc etc ! c’est l’histoire de ma vie, je fais des fixettes sur ce que je n’ai pas, sur ce que j’ai failli avoir, à chaque fois, c’est comme si je goutai au bonheur absolu et qu’on me le retirait brusquement, et que je passai mon temps à espérer que ce bonheur revienne..
    J’aimerai savoir exactement si ce qui m’arrive est un cas isolé ou non, un cas léger ou un cas grave, si d’autres personnes mieux informés savent mettre un mot sur mon cas..
    Je ne suis pas quelqu’un de timide, je suis assez à l’aise avec les gens, et je n’ai pourtant pas l’impression d’être en manque d’amour ou d’attention, alors je voudrai comprendre pour mieux me soigner..
    Merci infiniment à ceux qui auront pris le temps de me lire..

  • Bonjour, j’ai besoin d’un conseil s’il vous plait!!!!

    Je suis obsédée par un mec qui sort avec une fille depuis 2 ans déjà. Je passe mes journées à la fac avec lui. Je n’arrive pas à savoir ce qu’il pense au fond de moi mais je pense que je suis pour lui simplement une bonne ‘camarade de classe’. De mon côté, j’ai de vrais sentiments pour lui et du coup je me pose souvent des questions, et je me fait beaucoup de mal. J’ai tenté de m’éloigner de lui, pour que l’obsession s’arrête. Seulement je suis la seule amie avec une autre de ce mec à la fac. En effet, il ne cherche pas à se faire d’autres amis car il s’en fou et prèfère être avec sa copine et d’autres potes hors fac. Du coup quand j’ai pris mes distances, il s’est retrouvé seul. Il n’a pas tenu deux jours et m’a bombardé de textos afin que je revienne vers lui. Et voilà mon obsession a resurgi de plus belle… il arrive à me faire imaginer que peut-être un jour on sera ensemble alors même qu’il a une relation très sérieuse avec sa copine. Parfois même je me dis qu’il doit m’aimer un peu alors qu’au fond je dois être pour lui un « bouche-trou » à la fac.
    Ca m’énerve de ne pas réussir à me dire que c’est un ami point barre.
    J’ai l’impression que le seul moyen de me libérer de cette obsession serait de lui dire ce que je ressens pour lui. J’aimerais qu’il me dise en face que je ne serai jamais plus qu’une camarade ou amie pour lui. Au moins je serai fixer et mon obsession partira non?
    Mais je me dis que je vais tout casser et que qu’il faudrait que je prenne sur moi d’autant plus que lui n’y est pour rien.

    Qu’en pensez-vous????

  • Pour ma part, c’est fait enfin on y arrive peu a peu. Je me sort de cet état passif, de victimise (?). C’est une vraie réflexion objective sur sois, sur ce que l’on fait et comment on le perçoit par rapport a cet obsession qui nous aliène.
    Je prenais avant cet « obsession » très a cœur, a cause peut être, des épreuves physiques et mentales qu’elle ma infligée, la douleur était profonde (…) C’est un état qui me semble transitoire et obligatoire pour s’en libérer, je m’explique : Accepter de poser le genoux a terre c’est accepter la douleur et l’état névrotique qu’elle implique, c’est regarder le mal en face et naturellement y faire face. Que faire ? continuer a souffrir, a se laisser aliéner et guider par une émotion qu’on ne contrôle pas et qui de surcroit nous fait clairement du mal? deux chemins se dessinent : l’auto destruction pure et dure ou la reconstruction, une renaissance (?). Pour ça j’ai du être claire avec moi-même « Ok, ma ptite tu te prend en mains et t’arrête de cultiver cet état maso ». Après cette superbe prise de conscience, c’était et c’est encore, un travail de relativisation sur sois même déjà : Qui je suis et a quoi j’aspire ? Je reconnais ma sensibilité comme fessant partie intégrante de moi même et donc maintenant j’en prend soins, je la reconnais et l’assume.J’ai appris aussi a prendre du temps pour moi de me reconstruire doucement, réapprendre les choses simple et surtout j’ai appris a m’occuper l’esprit avec des choses constructives !!!! tantann en gros être acteur de sa vie, faire les choses pour sois et non pas par ce fil conducteur de l’émotion, de cet état passionnel. Relativiser sur le fait que la vie est belle qu’il faut juste s’en donner la peine de regarder ça sous un autre angle mais surtout ne garder aucune rancunes, qui sais ce qu’il se passe dans la tête de l’autre (vus ce qu’il se passe dans la notre ???), qui sais peu etre qu’en ouvrant grand les yeux sur la réalité : l’autre n’a rien demandé parce qu’il n’a pas la connexion wifi branchée a notre cerveau et ni même a nos émotions et tant bien même il l’avait ! Personne et obligée de partager ce ressentis (mis a part par pitié => non merci, jsuis descendue bien bas, mais quand même un minimum de fierté s’impose…) Bref une bonne dose de relativisation, un beau travail interieur, une réouverture sur la vie de manière générale, une nouvelle force et puis réapprendre les bonheurs simples de la vie. Voila grosso modo comme je m’efforce de faire, pour mon bien, pour ma sauvegarde et pour en sortir grandie.

  • J ai lu les témoignages; pour ma part , j ai aimé un homme , je l aime toujours … Pourquoi ne pas dire à la personne combien elle nous est chère et lui demander à son tour de nous situer sans duperie , cela ne veut pas dire que les choses sont figées Moi, j ai dit que je l aimais , que c était comme inconditionnel . Je sais que c est un mystère mais il sait , il sait que je souhaitais vivre avec lui, partager une relation charnelle et psychique dans la confiance et la sincérité avec ttes les faiblesse qu il avait et vqui sont aussi les miennes.Je lui ai expliquer ma souffrance de ne pas me situer , qu il me libère de cette espérance. Alors , il m a dit  » pour me libérer » qu il ne m aimait pas assez. Je lui ai dit adieu .Il m a dit qu il savait combien je l aimais .Pour moi, Ce n est pas une obssession, ce n est pas un phantasme , c est juste le mystère de l amour et la souffrance de ne pas être aimée en retour . Je n ai eu que 2 fois des relations charnelles à mon initiative car il m avait dit m aimer . Je suis tombé enceinte malgré la pillule ce qui est rare. Quel bonheur d avoir partager ces moments car c est l homme que j aime.
    Il faut vraiment situer les personnes avec qui on partage une intimité qu elle soit passagère ou renouvelée, lui dire si c est juste pour l affection sexuelle , une amitié « sexuéee », ou si on tombe amooureux ou si on ne ressent plus grand chose car ous sommes inconstants; on sait très bien toutça assez rapidement et je n ai aucun jugement de valeur ; la peur de l engagement est un faux débat puisque naturellement on s engage pour le temps ou on veut être engager ; preuve en sont les divorces. Voilà , je ne peux qu engager les obsédé amoureux à demander à l autre de les situer . C est une démarche de communication et de libération. L autre ne nous tuera pas, vous ne risuez rien que de vous confronter à la vérité.

  • Bonsoir;
    ca m’aurait plus de lire la suite de Bouboule 1 an plus tard
    ..comment se termine ces obsessions de relations du cours après moi que je ne t’attrapes pas??
    merci

  • Je viens de lire l’article, frappant et vrais.
    J’ai rencontrée cet homme il y a longtemps, on se tournais autour sans rien chercher. Il s’est avérée qu’un soir c’est allé plus loin, c’est devenu avec les mois une jolie compagnie de nuits alcoolisée (…) rien de plus, c’est ce que je me forçais a penser, c’était un jeux : fuis moi je te suis, suis moi je te fuis qui a première vue semble sans conséquence, sauf qu’au fond j’espérais avoir un peu plus d’importance a ses yeux, peu être .. Il y a de ca 3 mois maintenant, j’ai appris que j’étais enceinte de ce cher garçon, et moi dans ma fierté j’ai crus être plus forte que ca, que ca ne m’importais peu qu’il soit la ou pas, je ne voulais pas me dévoiler montrer que ca m’atteignais vrmt. il a été la ( un peu ) charmant et distant, affectueux et silencieux mais jetais juste très complexée de mes ressentis envers lui et tres frustrée de ne pouvoir exprimer cette sensation de solitude qu’on ressent apres un ivg. J’éprouvais et éprouve encore une une forme de méfiance instinctive et pourtant je n’arrive pas a me le sortir de la tête, j’en pleure la nuit de ne pouvoir lui dire que je suis blessée, j’en pleure de le voir si froid et qu’il soit incapable de comprendre cette douleur que je vis, je fantasme, j’en deviens toquée, froide et je me déteste a la fois de ne pas contrôler mes émotions. Après je ne sais pas si je dois mettre ca sur le compte de l’avortement, ou simplement du fait que ce soit un désir de lui que je considère malsain vus qu’il a peur de l’engament ou pu être des deux ???
    Du coup, suite a la lecture de cet article, j’ai effacé numéro et contact Facebook, sans lui donner d’explication preuve que que je clairement atteinte (…)

  • Lecture édifiante.
    Le message de Gedeyon me touche, ceux de Bouboule aussi ( notamment celui daté du 17.11.2010…).
    J’ai croisé le chemin, il y a bientôt 3 ans, d’un homme de mon âge, collègue de travail. Nos chemins d’ailleurs, se croisent souvent, puisque nos bureaux sont situés non loin l’un de l’autre.
    Bien que je ne sois pas une oie blanche, je suis d’une nature assez « naïve » : j’entends par là que la signification cachée d’un regard froid mais insistant, la véritable nature d’un air apparemment glacial mais pénétrant, etc… tous ces signes, envoyés par cet homme, me sont pendant longtemps apparus hostiles, alors qu’ils étaient interprétés différemment et fort justement par des collègues féminines et autres amies, témoins de ces instants. Bref. J’ai fini par comprendre à retardement, un beau matin, que ce monsieur avait manifestement l’air d’en pincer pour moi. J’ai eu tout le loisir ensuite de bien le constater. Petits exemples, en vrac : il m’a « suivi » un jour, dans la rue, passe et repasse devant mon bureau, puis ne passe plus et semble d’un seul coup me fuir comme si j’étais pestiférée, dit à l’un de ses collègues que je le « rends dingue », ou, variante, qu’il me trouve « canon », demande aussi si je suis « prise » (je suis mariée et lui, concubin…), et plein d’autres choses, encore… Il s’agit là d’un homme plutôt séduisant, qui aime les femmes et ne s’en cache pas. Soit. J’aurais apprécié être une femme qu’il regarde, plutôt qu’être celle qui le « rend dingue » et à qui il « regrette de ne pas avoir parlé plus tôt ». Car je précise qu’en trois ans, c’est à peine s’il a aligné 20 mots. Et encore, les bons jours. Combien de saluts de ma part, restés sans réponse, hormis celui de mon écho, dans les couloirs (grands moments de solitude, d’ailleurs). Combien de sourires engageants (eh oui ! éduquée, mais conne) écrasés par son expression parfaitement glaciale, pfou ! je ne compte plus… J’aurais mille fois préféré qu’il m’approche, me parle, m’invite, se dévoile, car j’aurais alors pu comprendre, cibler, bref, mieux contrôler un « truc » qui m’échappe aujourd’hui complètement. Comment qualifier cette situation ? D’une espèce de relation, qui n’en est pas vraiment une ? D’un harcèlement, qui n’en est pas vraiment un et qui, je l’avoue, est consenti (ma faute, sa pression, la proximité, le quotidien, la durée) ? Je change de poste dans 10 jours. Bizarrement, je suis presque nostalgique, à l’idée de ne plus croiser autant son chemin. Manifestement, pour écrire ce genre d’ânerie, moi aussi, je deviens dingue. Je ne sors pas indemne de cette histoire (et de toute manière, je n’en suis pas encore sortie) ; sans trop m’avancer, je pense pouvoir dire que lui non plus.

  • Bonjour, j’ai lu votre article, vraiment super. Parmis tous ce que j’ai lu sur la question, c’est ce qu’il y avait de plus interessant. Par contre ça ne résoud pas tellement mon problème.. Je suis dans un cas où je suis absolument obsédé par une fille avec qui je suis sorti il y à bientôt 7 mois, je n’arrive pas à l’oublier, c’est impossible…

  • J’ai lu l’article, tous les commentaires Pour moi, le commentaire de diega es le plus juste et relatif !  » Admettre ce qui es absurde sans formaliser  » résume bien l’attitude a avoir dans une telle situation.  »D’être a la hauteur du problème  » sous entend d’être capable d’exercer un certain contrôle malgré l’état obsessionnel vécue. Bien sur il ne faut pas sublimé les émotions-sentiments ressenties mais se responsabiliser face a eux … le problème ne se situe pas au coeur de l’obsession mais plutôt de l’ incapacité a dompter de dragon. D’etre submergé par elle , que la racine es si profonde quelle vous retiennent, impotent. Ces états  »obsessionnels » sont de beaux tremplins pour évoluer, se libéré, comprendre ect… Ils sont instigateurs d’émotions puissante qui lorsque canalisés apportent calme … il doit y avoir intrinsèquement un certain détachement de soi pour observer la situation comme si elle était vécue par quelqu’un d’autre … je ne parle pas ici de fuir mais permettre au corps et a l’esprit un  » break » de cette état infernal … volcanique … profond … puissant … déroutant … Si l’être humain reste dans un état infantile, victime … c’est état se prolonge s’intensifie et contribue a la destruction et l’aliénation de la personnalité de l’individu … c’est qui je crois es le cas de bien de gens … je ne dis pas que c’est facile du tout … au contraire … cela demandes de l’amour de soi, de l’humilité, de la force et un fort désir de devenir maître de sa vie ! Voila Ma compréhension.

    merci :-)

  • Bonsoir,

    J’écris ici comme c’est le seul lieu où exprimer cette obsession que j’ai trouvé jusqu’ici, discuter ou ne pas discuter de mon obsession amoureuse avec mes proches n’a tendance qu’a m’y conforter.. J’écris ici donc pour admettre qu’il ne s’agit plus d’une histoire en laquelle je crois et qui donne a coup d’espérance sa vigueur a ma vie, mais bien d’une obsession maladive, un désordre intérieur qui commence a sérieusement m’interroger sur mes ressources réelles.. C’est simple, pour le moment cette personne régie ma vie de A a Z, et j’y perd tout libre arbitre. Je suis donc entièrement distraite de ma propre vie, avec la sensation constante que cette relation n’est finalement qu’un puissant monologue..!
    C’est en effet beaucoup de lacunes – faut il dire faiblesses ?- mais contrairement a cet article je pense qu’au contraire c’est une grande partie de notre caractère, de notre égo, de notre libido, de notre intranquillité de vivre qui se jouent là, et ça ne demande qu’un peu mieux d’aplomb, de cohérence ou de régulation, mais surtout pas de refoulement.. J’assume entièrement cette obsession, je ne veux pas l’expédier ou l’extraire, simplement reprendre le dessus, dompter cette partie de moi même. Pour ne pas transformer un bien en un mal, ne pas me conforter en un repli plus grand encore sur soit. Et surtout je crois qu’il faut en rire, avec un regard juste,qui ne cherche de compte a personne, admettre ce qui est absurde sans s’en formaliser, comme on s’attendrirait du caprice d’un gosse – puisque finalement il s’agit bien de ça. On associe obsession et souffrance, mais pour ma part c’est une partie essentielle de moi même qui est à l’origine de ce phénomène obsessionnel, il n’y a donc pas grand mal de fait, du moment que je propose d’en être à la hauteur, de ne jamais devenir mauvaise joueuse, mauvaise perdante. Décristaliser sans rancune..

  • Bonjour. En lisant tout cela je vous livre ma réflexion qui n’est pas forcément une vérité mais qui m’a l’air intelligente. L’amour égoïste est lié à un manque de confiance en soi et d’estime de soi , se caracterisant par le besoin d’etre aimer pour pouvoir s’aimer soi même .Je m’explique, je prend l’exemple d’une femme. Cette femme est mal dans sa peau, la société lui induit des peurs de ne pas etre dans la norme pour lui vendre des produits et lui induire des peurs, peur des differences, peur du manque , peur du jugement d’autrui,d’etre rejeté et desociabilisé.On lui dit d’etre maigre mais pas trop,avoir de gros seins mais pas trop, elle consommera donc pour se sentir mieux, mais ne s’aimera jamais puisque la société lui renvoie une image déformée de ce que c’est que d’être une femme alors que la diversité est maginifique.La societe lui ordonne d’etre « parfaite » « normale » avec SES normes ridicules ! Cette femme rencontre un homme qui l’aime, lui ne voit pas ses défauts et l’aime telle qu’elle est et la désire telle qu’elle est.Elle n’accepte pas que cette homme puisse l’aimer puisqu’elle ne s’accepte pas et ne s’aime pas du fait qu’elle soit influencée par les normes (a la con) esthétiques ou autres… Elle essaie même de le convaincre qu’elle est moins bien que cet homme le trouve.L’homme du coup rentre dans une crainte « dois je lui dire qu’elle est belle comme moi je la vois ? Ou qu’elle a effectivement un kilo en deux ou trop mais que ce n’est pas grave ? » L’homme rentre dans une peur de cette femme par le simple fait que la peur se transmette et se communique. Et le couple bat vite de l’aile. Si on ne se sent pas bien avec soi même il est très difficile de mettre quelqu’un a l’aise. N’attendez pas que quelqu’un vous aime comme vous devriez vous aimer. Regardez autour de vous, sachez que les gens vous aimes pour des raisons que vous ignorez. Et vous les aimez pour des raisons qu’ils ignorent. Vos differences sont de vrais atouts en fait c’est ce qui peut faire vos atouts !!! Sachez voir en vous même ce que les autres voient en vous même. Aimez vous comme l’autre vous aime. La vraie clé est de se sortir de ce système normatif pour se liberer ,par exemple par l’art ,dessiner des nues ,faire de la sculpture peuvent être de bonnes solutions pour vous rendre compte que la nature humaine ne répond pas à des critères esthétiques normatif mais à la viabilité, autrement dit si la nature vous a donné la vie acceptez vous tel que vous êtes ,car tel que vous etes esthetiquement les gens et la vie vous aimes.La societe de consommation et les modes ne vous aides pas a etre plus Heureux et a vous respecter, elles induisent en vous la peur, pour vous pousser a consommer .Respectez vous et aimez vous tel que vous êtes n’attendez pas qu’on le fasse pour vous. Pour recentrer le truc ,quand vous êtes obsédé par quelqu’un vous cherchez à combler cette peur d’être imparfait ce manque de confiance en vous. Que veut il ,que pense t’il de moi etc… La question est VOUS que pensez vous de vous ? Est ce que vous vous aimez assez pour qu’on puisse vous aimer? Est ce que votre existence ne devrait pas tourner d’abord autour de vous et de votre personne plutôt qu’autour de l’existence d’une autre! Pour finir je vais vous donner une citation sur le bonheur que j’ai écrite « nous cherchons perpétuellement en dehors de nous même ,les réponses qui se trouvent déjà à l’intérieur de nous » allé bisou … Moi je vous aimes ^^ (désolé il y’a sûrement des fautes mais vous ne m’en tiendrez pas rigueur j’en suis certain)

  • Bonjour Vanessa,

    A te lire je me retrouvé totalement au même point que toi , sauf que moi ça ne fait pas un an que je ne suis plus avec ‘l’amoureux de ma vie’ : mais plus d’un an .

    J’ai énormément de mal à me reconstruire ,

    Car notre rencontre s’est faite à la fin de ma formation dans un métier qui me passionnait ( et lui faisait justement ce métier ) : au moment où j’aurais dut signer , en quelque sorte , un contrat
    en CDI :

    J’ai tout sacrifié pour lui : mon contrat : le fruit d’un an de formation à temps plein , que je n’avais pas vu ma famille depuis 1 an pour me concret à ma passion : qui était la même que lui !! Je suis tombée dans le piège:

    je me suis faire s spectatrice : le suivre dans son travail : être sa spectatrice : ‘oh comme ce que tu fais est bien, moi aussi j’aimerais pouvoir faire ça !! etc… et il m’a relégué à des taches ingrates , entourant ma profession, que je faisais bénévolement biensur, alors que lui était payé.

    Et nous étions tout le temps en déplacement : selon ses contrats .

    Donc j’étais isolée totalement à sa merci :
    je ne pouvais plus cuisiner, profiter de mon bel appartement , me faire belle …ni rien, je devenais de plus en plus nulle : à le suivre cognement … Au lieu de garder les rennes de ma vie comme avant , à notre rencontre , et signer mon super contrat!!

    !!

    C’est de la dépendance mais pas à l’affection (car en fait il y en a très peu ) mais à un rêve de relation idéale qui ne se réalise pas car : de mon côté j’avais cessé d’avoir mes activités, mes repères, ma passion (qui est la même que lui)

    Le manque d’argent qui en découle …

    Les reproches qui en découlent…

    Le stress qui en découle…

    La perte de confiance en soi…

    Le fait de s’être dévalorisée …

    D’avoir plaqué ma vie pour l’accompagner dans la sienne .

    Il m’a fait perdre mon appart’ aussi : me poussant à déménager, moi, toute seule, pour quelque chose de plus grand avec jardin pour ses chiens: mais sans y habiter…

    Perdre mon travail, mes amis, ma joie de vivre, ma vie de rêve, mes bonnes relations avec mes parents …

    Il m’a fait tout perdre en me disant juste ‘je t’aime’ , sans rien donner de plus, sans s’intéresser à mon passé : tous les trucs supra que je faisais, que j’avais fait dans ma vie, mes valeurs , mes réussites :

    Il ne m’a pas demander de parler de moi alors je n’en ai pas parlé …

    Voilà où est le piège.

    je ne me suis pas dévoilée à lui dans tout ce qui fait mes qualités, en fait je ne l’ai pas séduit assez : été à sa merci trop vite , sans se laisser désirer assez longtemps…

    Trop longtemps que j’attendais l’amour peut-être et la reconnaissance : j’étais hyper – active de base, passionnée par un métier canon et gratifiant , très entourée … J’avais envie de faire une rencontre :

    Mais c’est très dangereux de faire une rencontre sur un territoire qui n’est pas le notre : en effet : l’autre ne sait pas qui on est vraiment ; il n’ai amoureux que du dessus de l’iceberg…

    Si il n’y a pas une longue amorce d’intérêt mutuel , de communication , etc… Il y a des non-dits , des quiproquo qui s’installent , des reproches infondés, et des déceptions…

    Je rêvais trop , j’ ai tout abandonné pour le vide, le néant d’être avec lui ; un individu , soit avec le même métier , ou presque que moi, mais sur lequel on n’a jamais communiqué .

    Vu qu’il me laissait les tâches ingrates alors que lui faisait la partie passionnante du boulot…

    Enfin : Vanessa,

    je vis ce que tu vis :

    Tu as tout plaqué pour quelqu’un : travail, appart’, amis , famille … Donc il était tout ton univers , et du coup tu le collais trop : le piège .

    Tu n’es plus épanouie comme avant , sure de toi et rayonnante comme avant.

    Biensur il se dit qu’i s’est trompé, qu’il a fait un mauvais choix..;
    En fait non, tu étais la personne de ses rêves , mais tu as changé , tu as cessé d’exister en personne propre. A être autonome, donc digne de respect…

    C’est un cercle vicieux.

    car si tu ne retrouves pas ton aplomb très vite,
    alors tu rencontres des personnes brisées aussi et qui vont te tirer vers le bas,
    Ou alors tu fais fuir tes amis,
    Tu t’isoles,
    Tu te laisses aller
    Tu vis dans le passé jour et nuit
    dans les regrets
    la culpabilité

    Quand on néglige sa propre vie pour quelqu’un d’autre: arrive un moment où l’on n’a plus rien à donner , à partager . C’est le piège de ‘l’amour’ inéquilibré , qui devient peu à peu à sens unique :

    L’un qui sacrifie tout et rampe à la moindre marque d’attention .

    L’autre qui se relève, se sent de mieux en mieux, soutenu , admiré, valorisé, bien traité , trouve du travail , construit son réseau social :

    Toi pendant ce temps qui avait tout : tu perds tout ce que tu avais construit avant votre rencontre…

    Quand tu n’as plus rien et est à bout : tu provoques toi même la rupture !

    Que tu regrettes, mais tu n’as plus d’atout ensuite pour le re-séduire à nouveau.

    Il faut repartir à zéro .

    retrouver tes valeurs, ta joie de vivre, la confiance des autres, aller vers ceux qui te poussent vers le haut…

    Bon courage , vis pour toi et la vie que tu rêves ; realise – la et attire quelqu’un à partager ta vie: ne la quitte plus jamais pour quelqu’un d’autre.

  • Bonsoir

    Dans mon cas , j ai 33 ans et un enfant d une première union qui était totalement équilibrée , j ai apres ma séparation
    Retrouvée mon amour d enfance , j ai tout plaquer du jour au lendemain en buvant ses belles paroles , pensant enfin que le grand amour était la devant moi , il n avait de cesse de me dire qu il m avait toujours aime , qu il avait beaucoup souffert de notre première séparation , que sa vie affective a été un champ de bataille depuis nous etc. … Il faut dire que des le départ la relation a été intense , fusionnelle , passionnelle , et plus de sa part que de la mienne , puis sont arrives les premières disputes , humiliation , abandon , des vas et viens que j avais beaucoup de mal a gérer , c était une personne très colérique avec laquelle on ne peut pas s exprimer , il a toujours raison et vous toujours tord , et toute problématique a souvent été ramene a la psychanalyse ( tu as un pb avec ton pere , ta mère ) tu as fait un enfant sans réfléchir puis tu te sépare !! Oui sauf que je l ai fait pour toi connard !! Cette relation m a désemparée et j ai passe 4 années de ma vie a essayée de sauver cette belle histoire pensant que c était réciproque , malgré tout il m aimait mais ne savait l exprimer , j ai tout perdu par amour , mon Appart , ma personne , mon travail , il était devenu le centre de ma vie . Aujourd’hui , après tant d espoir , il m a quitter , mais il suit une thérapie qui lui apporte beaucoup depuis 1 an , moi je suis que le carreaux , je souffre de son absence , j ai penser qu avec mon amour si fort , j arriverai a construire qqchose de magnifique . Je me suis fait énormément de film . je n arrive pas a admettre la fin cela fait presque 3 mois et je ne pense qu a lui . Ma question est . Du l on est fragile et que l on tombe sur un manipulateur , est il possible qu une obsession amoureuse en découle inévitablement ?
    Merci

  • Je pense que je vais bientôt devenir dingue avec toutes les questions que je me pose sans cesse! Toujours le même sénar! Une rencontre, une belle rencontre, une rencontre qui me semble interessante, donc un mec qui me plait. Ensuite une certaine réjouissance à l’idée de faire tomber ce mec à mes pied le temps de quelques secondes ou de quelques heures. puis réveil brutal! Coup de tête traumatisant avec une certaine réalité et là, tous un tas de peurs, de questions, d’images, de films même! parce que oui là je vis carrément des fims avec lesquels mon corps vit des émotions distinctes à des instants T. Et de toutes sortes selon les contextes dans lesquels mon esprit se retrouve perdu!!!! j’en ai marre d’être aussi complexe. amoureuse ou pas? accro ou pas? cinglée ou QUOI? Et maintenant non contente de me détruire petit à petit, à chaque pas que je fais, je me dirige tranquillement, divinement vers des histoires, des relations qui comme on dit sont vouées dès le départ à des échecs cuisants!! hommes mariés, hommes pacsés, hommes qui sont juste le temps d’un instant obsédés par leurs démons SEX comme je veux les nommer. J’ai beau me dire que je suis de marbre, qu’il n’y a aucun moyen que je m’attache, mais je reste, je poursuis, je n’en dors plus, je n’en vis plus, je deviens la définition même de la faiblesse. Comme si ces différentes émotions que je peux vivre à travers toutes ces relations n’étaient tout simplement que ma raison de vivre. Et pourtant, je continue autrement, ou plutot je subis mon quotidien que je trouve terne car sans trop de passion. la vrai. celle qui ne peut être réelle.. et voilà je raconte des bêtises.

  • je viens de lire cette article tres interressant et rassurant…etre en face de quelqu un qui soit disant vous aimes mais qui en faites obseder maladivement ce deux choses differente..l amour c est un partage ,l obsede ne partage rien d autre que sont mal etre interne…c est personnes la n ont pas confiance en eux et donc ne peuvent pas avoir confiance en les autres..un couple ne pas vivre dans une situation normale si la confiance n existe pas…il ne fera que reporte la rupture a plus tard…le manque de confiance en sois va discribilite la personne en face.une personne qui as confiance en sois devra toujours se justifie de tout envers l autre ..construire des bases solides et saines des le depart et apprendre a bien connaitre autrui c est important aussi…vivre dans le denis le plus complet c est vivre en se mentant a sois meme…il existe des therapies et je croit que de voir un medecin pour en parler ca ne peut etre que positif..et aimer la personne en face aussi qui subit cette maladie …qui n en aucune armes de defense a part se defendre,..

  • Salut Situr,
    Et bienvenu au club !
    Avec le temps, une obsession s’amenuise. Mais qu’est-ce que c’est long ! Il y a bien des choses qu’on peut faire en attendant : apprendre à jouer de la guitare, parler une autre langue… Elle ne sait pas ce qu’elle loupe et le seul risque que nous encourons est de remplacer cette obsession par une autre. Nous sommes programmer pour ça, non ?

  • Bonjour,

    je me retrouve dans le témoignage de bouboule…

    La curiosité et l’envie de « vivre à 300% » qui m’empêchent de me protéger. La personne en face de moi qui ne sait pas ce qu’elle veut, qui est plus « perdue » (sortie d’un divorce prématuré) que manipulatrice je pense….mais le résultat dans les faits et sur ma vie est le même…

    J’ai réussi à couper les ponts car j’ai senti ma souffrance venir, j’ai commencé à voir qu’au lieux de moments légers, agréables et simples comme ils devraient être elle m’enfonçait dans ses doutes, ses peurs, etc. et je devenais la personne demandeuse alors que c’est elle qui était venue, plusieurs fois, avec insistance, vers moi, pour m’embrasser, me voir, m’écrire, etc. Le retournement de situation m’a sonné l’alerte, je me sentais humiliée et manipulée.

    Mais en peu de temps elle avait mis tellement de magie et de promesses dans nos rendez-vous que je ne m’en sors pas, ajouté au fait que je ne connais pas son monde alors qu’elle connaît le mien, je n’ai qu’une envie, que je puisse mieux la connaître, et qu’elle ait envie de m’aimer comme j’ai envie de l’aimer. J’ai coupé les ponts et comme elle a vu ma souffrance elle a respecté cela, mais j’ai perdu du poids car je m’épuise au travail pour me divertir la tête…je vois des amis tout le temps même si le coeur n’y est pas, mais dès que je suis seul je pense à elle et ça me fait mal, finalement je passe mon temps à essayer de l’oublier, je suis si triste de ne plus partager ce que je vis avec elle, de me dire qu’elle est moins torturée par moi que je le suis par elle.

    Comment peut-on revenir aux petits plaisirs simples que j’avais avant elle alors qu’elle a agité sous mon nez des tonnes de tendresse, d’échanges et de passion promises. Tout semble si terne, plat, médiocre…

    Jusqu’ici l’article me parle aussi un peu….

    Mais surtout, je suis mort de trouille à l’idée de son prochain contact, je ne sais pas quand, mais c’est forcé elle me recontactera, elle est comme ça, et j’ai peur de me retrouver à nouveau en mille morceaux devant elle pour les mêmes raisons que la première fois. Comme je ne sais pas quand ça tombera, je suis à moitié pétrifié, et en même temps je réfléchis tout le temps à « comment je pourrais réagir si », « si elle m’écrit ça je dis quoi », etc…

    Je ne sais pas quoi faire, quoi penser, comment m’en sortir…

  • Le point commun des victimes de ce problème semble être une sorte de désordre de l’esprit. Un manque de confiance en soi que l’égo manipule pour tenter d’obtenir satisfaction…
    Mais surtout un gros manque de clairvoyance créé par un esprit qui s’égare dans un monologue, rebondissant de questions en doutes, d’éventualités en craintes, etc.
    le problème réel est souvent une perception déformée de la réalité.
    déformé par l’éducation, par les croyances, par les souvenirs et les expériences vécues, par la culture…
    Quand un évènement se produit la réaction la plus efficace est toujours de concentrer l’esprit sur l’action présente, pas de le laisser divaguer dans les souvenirs du passé ou les probabilités du futur. Ainsi l’esprit conserve toutes ses facultés pour réagir de la façon la plus appropriée. Tout oublier et la solution apparait d’elle-même, mais surtout ne pas donner d’attention à l’égo qui se lamente et pleure sur lui-même.

    Le sage disait « La pensée est toujours vieille, car elle est constituée de souvenirs du passé ». Il disait aussi « le véritable amour est clairvoyant et désinteressé, il nait quand on s’efface totalement, comme le jardinier qui soigne ses plantes sait éxactement de quoi elles ont besoin ».
    Le véritable amour n’éxige ni réciprocité, ni perpétuité, ni exclusivité, tout cela c’est l’ego qui l’éxige.
    Le sage disait « l’amour est tel la fleur qui émane son parfum, elle ne choisi pas qui le respirera ou pas ».
    Les relations entre hommes et femmes sont plus de l’ordre de la sexualité que de l’ordre de l’amour (malgré ce que la sagesse populaire a toujours prétendu dans le but d’y insufler quelque respectabilité).

  • je trouve votre article très bien foutu; j’y suis venu parce que je me trouve en ce moment dans la situation de l’obsédé amoureux. Et il n’y a pas d’age! j’ai 52 piges!

    J’aimerais bien voir ce qui se passe de l’autre côté, celui de la belle. Quel peut donc être son ressenti? très, très loin de celui de l’obsédé, en tous cas; vous disiez à très juste titre qu’elle est peu armée pour faire face. J’aimerais avoir des témoignages de femmes qui ont eu à « faire face ». Une des choses qui me motive à sortir de tout cela tient de l’amour propre: cela me ferait plaisir qu’elle n’ait pas un trop mauvais souvenir de moi. Je dois dire que sur un plan pratique, il me serait difficile de changer d’environnement pour l’éviter; il faut donc que j’organise les choses pour ne pas la voir, tant pis. Le problème est que quand je la vois, j’agis avec les moyens du bord c’est à dire stupidement, et l’évite de manière parfois grossière, sans doute blessante, je n’en sais trop rien, car encore une fois nos états d’esprits respectifs, nos sensibilités sont sans doute très éloignées.

    Ce qui est sur c’est que LA SEULE chose à faire est d’éviter les rencontres, éviter les occasions de la rappeler, chercher à se distraire par tous les moyens.C’est évident, pénible et obligatoire. Adieu le rêve.. et bonjour, merci à tous

  • Si j’ai voulu exposer mon obsession ici, c’était pour mieux la définir, la raconter pour me permettre d’en comprendre la nature.
    J’avais espoir qu’elle ne tiendrait pas à l’analyse.
    La première étape était donc de sortir la tête de mon abrutissement.
    Retracer notre parcours relationnel, à cette personne et à moi, m’a permis de voir à quels moments des signes ont été émis et la nature des réponses données.
    J’avais été clair, la porte était ouverte.
    Elle n’a jamais donné de réponse à mes propositions, elle parlait d’autre chose à la place.
    Une fois repérées ces incohérences, j’ai arrêté de les nourrir donc, d’y répondre.
    Soit elle ne me contactait plus et j’en déduisais qu’elle avait juste montré de la politesse gênée devant mes empressements,
    que je m’étais monté le bourrichon, ça arrive, pourquoi pas à moi ?
    Soit elle me relançait et j’avais la certitude d’avoir affaire à une malade qui ne désirait pas que je m’occupe d’elle personnellement.

    Je réglais mon problème dans les deux cas même si le premier cas était plus difficile à accepter : c’est jamais agréable de se sentir à côté de la plaque mais c’est encore pire de courir derrière quelqu’un qui vous fuira de toute façon.
    Autant arrêter les frais le plus tôt possible.

    Ces voeux de 2011 qu’elle m’a envoyés – pas copiés/collés au contraire, très ciblés mais très sages – entrent dans le deuxième cas.
    Ils me rassurent quant à mon équilibre psychique et m’apportent enfin la sérénité que je recherchais en écrivant sur la question.

    Si mon cheminement permet à quelques-uns de voir plus clair dans leurs obsessions, je ne peux que m’en féliciter.
    Pour les autres, je leur souhaite bon forum, je n’ai aucune appétence à répondre à des individus qui montrent leur supériorité sans jamais régler de problème.

  • Hello,

    comment veux-tu que nous ayons de l’empathie par écran interposé, alors que tu nous montres uniquement que tu te tapes la tête contre un mur, que tu as mal, et que tu remets ça ?

    Il y a des communautés dont les membres passent leur temps online à se plaindre mutuellement. Le pire étant les forums où les signatures font la liste des afflictions de chacun.

    C’est comme si tu te tenais à l’entrée d’un meeting des AA, une bouteille à la main, et que tu espérais une connivence avec les participants.

    Je connais des gens dans ta situation, à qui la lecture de ce site ou de ses ancêtres a mis une claque. Je t’encourage à partir un peu plus ces pages.

    Cela dit, je n’ai pas envie de faire un débat ici, vu que je regarde rarement le blog, continuons sur le forum si le coeur t’en dit (même pseudo).

    Bon courage,

    jazz

  • Ridiculiser les problèmes des autres doit être l’apanage des hommes forts qui font preuve de réflexion et d’une psychologie étonnante.
    Bonne chance jazzitup, surtout dans les downs !

  • bouboule,

    quelle tartine pour un mail de Nouvel-an qu’elle a dû copier/coller 500 fois…

  • Ça y est ! Elle a remis ça ! La personne dont je parlais plus haut ! Celle qui me cherche sans prétendre à plus ! Celle dont le dernier mail est resté sans réponse de ma part. Elle a profité de 2011 pour me souhaiter bonne année ! Je n’avais pas eu droit à des vœux, l’année dernière ! Pourquoi cette année alors ? Y a des dingues ! Y a des dingues, je vous dis, qui rendent les autres dingues. Et ainsi de suite ? Elle est peut-être tombée sur votre site, sur mon commentaire, se sera reconnue et voudra savoir à quel point elle m’excite ! Elle entretient l’obsession ! Elle est incapable de lâcher l’affaire ! RAAAaaah ! Comment me la sortir de la tête dans ces conditions ? En la violant peut-être ? Non, non, je plaisante. N’empêche que ça me fait comprendre à quel point certains qui ne sont pas en mesure de perdre leur latin en viennent au passage à l’acte, parce qu’ils ne parlent pas latin justement. Ils n’ont aucun moyen d’évacuer l’incohérence, la tension, et la violence serait inversement proportionnel au vocabulaire.
    Plusieurs éléments viennent me réconforter cependant :
    1- j’avais bien senti qu’elle n’arriverait pas à supporter mon silence radio et qu’elle allait trouver une excuse pour un appel du pied, l’air de rien,
    2- je ne l’attendais pas si vite, elle doit être légèrement obsédée, elle aussi,
    3- c’est une perverse du genre « cours après moi que je ne t’attrape pas », un très mauvais genre que je suis maintenant en mesure de qualifier de puits d’emmerdes sans fond », à fuir absolument !
    Mais je suis désolé, je vais répondre à ses voeux,
    parce qu’au delà de ma survie il y a ma curiosité,
    parce que l’amour du jeu et la rage de vaincre font partie de mes défauts,
    parce que j’ai découvert ce régal consistant à suivre mes aventures en direct, sans me ménager, et à les faire partager à d’autres qui seraient en passe d’être le jouet d’une séduction déplacée parce que sans but.
    Je n’ai plus l’impression d’être seul, merci.
    Que 2011 nous rendent sereins.

  • J’ai zappé la touche « contact » du site alors je profite de cet espace pour vous remercier Stéphane – encore – de m’avoir permis de voir le documentaire d’Arte « la fin des hommes » sur Yourope.
    Je ne me fais pas de souci pour le mâle, il s’adaptera et survivra. C’est le vieux modèle qui devrait se faire du souci. Toujours machiste qui rime avec raciste, qui rime avec peur, ignorance et méchanceté. Adieu grand-papa (quel ringard rigide çuilà !).
    Je me sens déjà plus souple, plus fun que la génération d’avant qui s’écoute encore beaucoup trop parler.

  • J’attendais un témoignage de soutien, quelqu’un à qui on aurait fait passer ce genre d’épreuve involontaire (?) et qui m’aurait fait profiter de son expérience mais LE COMPLIMENT DU CHEF est un baume bien plus revigorant.
    Merci.

    Je me permets toutefois de me corriger.
    Quand j’écris que mon obsession reprendra, c’est inexact : c’est l’agitation liée à cette obsession qui se réveillera et c’est cette agitation, cette inquiétude qui crée le malaise et qui m’exaspère. Je suis obsédé et je le resterai tant que des êtres au comportement équivoque, incertain, s’approcheront de moi.
    J’ai besoin de comprendre pour classer l’affaire et lâcher l’affaire.

    Tout ça pour vous souhaiter d’excellentes fêtes de fin d’année avec des gens bienveillants et clairs, signe d’une honnête confiance en soi et connaissance de soi-même.
    à vous lire,
    en 2011.

  • Un des meilleurs articles sur le sujet, que je relis depuis quelques semaines régulièrement. Chapeau! ça fait du bien…
    Merci.

  • Bonjour,
    Et merci de ces conseils. Je les suis, bien sûr, mais depuis le temps que je les suis et que je me sens toujours aussi obsédé, je m’inquiète franchement. Je suis du genre « control freak », j’ai donc horreur de ne pas maîtriser mes sentiments, alors, des obsessions ! ça finit par m’entamer sérieusement l’enthousiasme. En vous lisant, quelque chose s’est allumé, un lien s’est créé, une association d’idée qui m’a amené à penser que l’objet de mon obsession a une attitude ambivalente. Il apparaît intéressé, reste poli et distant, ne répond pas à toutes mes questions puis reste un très long moment sans répondre. Que veut cette personne ? Du peu que je la connais, un déjeuner, plusieurs moments avec d’autres personnes, elle manifestait des envies de m’informer, m’offrait des bricoles. Je lui ai donné à deux reprises l’occasion de nous rencontrer « en dehors du circuit » mais elle a ignoré ces possibilités pour répondre à d’autres et garder le contact malgré tout. Quel intérêt a-t-elle de garder contact avec moi ? Cette ignorance de son état d’esprit me la rend intrigante, dans tous les sens du terme. Je ne sais pas lire ses intentions bien que je perçoive qu’elle ne soit pas intéressée à plus malgré cette affinité (?).
    Je ne répondrai pas à son dernier mail, un mail sympa qui me souhaite que des bonnes choses mais qui n’entre pas vraiment dans le personnel. Après deux mois !
    Elle est dingue ?
    Elle s’emmerde ?
    Elle veut rester polie ?
    C’est une guerre des nerfs.
    Je ne lui demanderai pas ce qu’elle cherche, ce qu’elle attend de moi : ce serait montrer mon impatience et je me sentirais vaincu.
    Je préfère me maîtriser même si je sais que l’ignorance dans laquelle elle me laisse nourrit mon obsession.
    Et je sais aussi que bien que je ne lui écrive pas, elle m’enverra un coucou dans quelques mois, avec cette même candeur, cette surface lisse de la politesse faussement concernée.
    Mon obsession reprendra.

  • je ne sais pas si ce que je vis est une obsession….ou juste une relation plus compliquée qu’une autre..
    comment puis-je le savoir ??

  • bonsoir spike,super resonnement ca me plait beaucoup votre coté directe et de synthese des evenements et situations ,ca me plait beauoups et je pense que je vais etre une fervente admiratrice et tirer partie de votre experience coté relationnel chose que je ne maitrise enormement vu mon coté reservé esperant trouver sur votre site tous ce dont qu’il faut pour ameliorer cela

  • Merci pour cette article !
    Il m’aidera à me sortir de cette obsession !!
    Bonne continuation

  • Excellent.

    Par contre, par pitié, ne justifiez plus le texte !!!! ça fait extrêmement mal aux yeux les gros paragraphes :(

  • Même en sachant bien que ça ne sert à rien de tomber dans ces errements, même en lisant les articles depuis plus d’un an, même en ayant déjà vécu ça quelques fois, ça n’empêche pas de se faire avoir quand même ! ^^ C’est ça le plus vicieux.
    Avoir une volonté à toute épreuve telle serait la clé.

    Et vous comment vous en guérissez-vous lorsque ça vous arrive ?

  • Effectivement, article très intéressant ! Néanmoins, il ne faut, je pense, pas mettre tout le monde dans le même panier. Une partie de ce site (assez large je pense) ne sera pas concernée par cette article, « La majeure partie du problème, vient de vous, pas de la personne en face de vous. Certes, elle peut avoir des torts, mais le fait est qu’elle n’est pas armée pour affronter correctement un problème de cette taille, surtout qu’elle n’a rien demandé. La personne sur qui vous avez jeté votre dévolu n’a rien demandé, et elle va se défendre avec les armes qui sont à sa disposition. Vous aurez beau vous dire qu’elle est en partie responsable de ce qui vous arrive, qu’elle a ses torts, qu’elle en rajoute, qu’elle en fait exprès, qu’au fond elle l’a voulu, que c’est une manipulatrice, que c’est une garce… vous êtes obsédé, vous êtes malade ! »

    Le message est selon moi écrit de telle sorte que même un individu ayant déjà connu les obsessions amoureuses et en étant guéri et vacciné (même si cela peut arriver à nouveau) puisse se sentir concerné et avoir peur…
    Attention à ne pas tomber dans la flagellation, je pense à nouveau que beaucoup de lecteurs sont déjà avertis de cet écueil et qu’il est superflu d’en mettre à nouveau une couche.

    Néanmoins, cet article est sans aucun doute nécessaire pour les plus fragiles d’entre nous. Il aura rempli son rôle si ne serait-ce qu’une personne concernée par le problème en question ouvre les yeux sur sa situation. En cela, merci pour cet article.

  • article intéressant, je pense qu’il peut aussi s’appliquer au cas de la rupture, celle que l’on subit et qui nous fait idéaliser la personne avec qui nous étions. Ça m’a rappelé pas mal de choses …

  • Trés interessant, étant moi meme au coeur de cette spyrale infernale, je pense que cet article va pouvoir m’aider.
    Merci a son auteur pour ses bons conseils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Conditions générales de vente