ameliorer sa voix

La discussion du dimanche soir : peut on vraiment sortir avec une fille de moins de 20 ans ?

Accueil > Debutants > La discussion du dimanche soir : peut on vraiment sortir avec une fille de moins de 20 ans ?

Trop jeune pour une relation ?

Stéphane,

Si je t’écris c’est que j’ai besoin de ton avis. Je ne suis pas sûr d’avoir besoin d’un phone coaching, peut-être que je m’inquiète alors qu’il n’y a aucune raison. Une chose est sûre, je ne dois pas prendre de décision importante dans les heures à venir mais je suis dans une période décisive pour la suite de ma relation: la fameuse période de négociation dont tu parles dans le séminaire Relations longues I.

La fille dont je vais te parler est celle du récit Douce nuit de révision sur le forum. J’y ai décrit mes trois premiers rendez-vous avec elle. C’est une fille de 19 ans (j’en ai 22) qui est avec moi en cours, donc que je suis amené à voir tous les jours. On s’est rencontré pendant les révisions, avons passé quelques soirées ensemble, couché 4-5 fois et avons recommencé les cours depuis 3 semaines. Depuis notre premier rendez-vous il ne s’est écoulé même pas un mois et demi. On se côtoie tous les jours en cours depuis 3 semaines mais depuis notre rencontre les rendez-vous sont de l’ordre d’une fois par semaine.

Depuis quelques jours je la sens un peu différente, très pensive, moins souriante, stressée et souvent ailleurs lorsqu’on est ensemble. Je l’ai même surprise à se ronger les ongles. Pour ma part je n’ai rien changé à mon comportement et fait comme si de rien n’était.

On déjeune ensemble ce midi et je la sens vraiment ailleurs et perturbée par quelque chose. Feignant de ne pas comprendre je lui demande de m’en parler. Après avoir bataillé un moment elle se livre et me dit qu’elle a peur de trop s’accrocher à moi. Elle me fait comprendre qu’elle a beaucoup souffert avec ces exs et qu’elle ne voudrait pas que ça se reproduise… bref tu connais le refrain. Je ne fais qu’acquiescer et je la laisse parler. Elle me dit qu’elle a l’impression de n’être là que pour qu’on s’envoie en l’air et elle ne sait pas si on est juste deux personnes qui couchent ensemble ou alors un peu plus. Elle a besoin de mettre une étiquette sur ce début de relation. Elle trouve que je suis vraiment un mec bien et elle est persuadée que toute les filles me courent après. Elle a peur que je sois comme je suis avec elle avec d’autres fille. Comme je suis très occupé et que j’ai une vie bien remplie elle se demande si ce n’est pas le défile de fille à mon appartement. (Oui je sais je te vois sourire à ce moment là, on connait la chanson)

Après l’avoir bien laissé parler je lui explique que pour l’instant on est juste deux personnes qui apprennent à se connaitre. On s’est vu 5-6 fois (ce qui n’est pour le moment pas grande chose) et on se découvre mutuellement. Je lui explique que le peu que je connais d’elle me donne envie d’en connaitre d’avantage, tout simplement. Bien qu’elle m’ait sorti le refrain classique du « j’ai tellement souffert », « je me demande si tu as d’autres filles »… , après avoir plaisanté en répondant que oui c’était le défilé à mon appart tous les soirs, je la rassure quand même. Je lui demande d’où elle tient l’idée que je ne veux la voir que pour coucher avec. En environ 6 rendez-vous, on a fini 4 fois sous les draps et tout ça en un mois et demi. Je lui rappelle aussi les rendez-vous où on s’est vu en dehors de chez moi et où on a tout simplement passé un bon moment les deux. Je la rassure aussi sur le fait que si je ne voulais que coucher avec je ne me serais pas comporter ainsi, que ça soit sous les draps ou à travers mes gestes.

Elle m’a aussi expliqué qu’elle avait peur de trop s’accrocher, de vouloir me voir tout le temps et de me pourrir la vie. Je l’ai tout de suite coupée en lui expliquant clairement mais avec le sourire que de toute façon je ne la laisserais pas faire.

C’est difficile de synthétiser une discussion de 45 minutes mais en gros j’ai essayé de ne pas me laisser entraîner dans ses filets avec les grands classiques de la fille qui a tant souffert, et de quand même la rassurer sur les points qui me semblaient importants.

Je voudrais aussi te préciser que du peu que je la connais, elle a eu une enfance saine et équilibrée avec des parents présents et pas de gros traumatismes qui rendraient les choses délicates. C’est par contre peut-être une fille qui manque de confiance en elle (une low-self-esteem) ou simplement une fille très intimidée lorsqu’elle est avec moi. Quelque chose qui m’inquiétait aussi c’est que cette phase de négociation, qu’elle a tenter d’amener, arrive après tout juste un mois, ce qui me semble assez précoce.

Dans l’attente de ta réponse je t’envoie mes meilleures salutations

Simon

P.S. Merci pour tes séminaires séduction et développement personnel. Ils sont vraiment une mine précieuse d’informations et je suis persuadé d’avoir, grâce à ton travail, gagné un bon nombre d’années d’expériences.

 

Que répondriez-vous à Simon ?

Est-il vraiment raisonnable d’envisager du sérieux avec une fille de 20 ans (ou moins) ?

Adresse Email * Prénom *


20 COMMENTAIRES pour cet article.

  1. Mwu dit :

    Comme le disait Soral dans Sociologie du Drageur l’enfance n’a que peu à voir avec l’âge, c’est avant tout une question de moyen.

    La fille de 20 ans lambda, étudiante qui n’a jamais bosser et a toujours tout recu de papa/maman. Oui elle est jolie mais je ne crois vraiment pas que ca soit du « girlfriend material ».

    Toutes mes ex ont en commun d’avoir bosser (secteurs différents, raisons différentes, âges différents, full ou part time…). J’éviterai des explications mais je vois une forte correlation positive entre « connaissance du monde du travail » et « capacité à être dans une relation »

  2. Eme dit :

    De ma toute petite expérience, la transition « étude »/ »travail » est génératrice de beaucoup de changements dans une vie.

    Et si vous la relation tissée (pour ma part depuis 5 ans, terminée depuis 2 mois, départ de la moitié pour un autre) est purement et simplement fusionnelle, elle n’engendrera rien de bon. Les disparités « étude »/ »travail » sont bien trop grandes. Et je ne pense pas que la maturité (argument de féministes selon moi …) y fasse quoique ce soit. Malgré la fusion, malgré les projets, malgré les promesses et les envies d’avenir, tout peut basculer du jour au lendemain.

    Les cercles « étude » et « travail » ne sont en rien comparables. J’ai 23 ans, diplômé en Électrotechnique et en Management, et maintenant 2 années d’actifs dans mon entreprise, et je constate qu’on est loin, très loin, de ce qu’on entend dire à l’école. Les liens « amicaux » sont tissés par envie avec vos camarades de classe, alors que les liens « professionnels » tissés à tort ou à raison avec vos collègues de boulot nous échappent complètement.

    C’est cette différence qui crée le rapport de force.

    Pour en revenir au sujet initial qui est, peut on nouer ou pas une relation avec une fille de < 20 ans (j'englobe alors par là : étudiante) ? La réponse semble alors toute simple : Oui, à une seule condition, que vous soyez tous deux dans le même cercle social, "étude" ou "travail". Si l'un des deux a le pied ailleurs, gaffe au dérapage. Quelque soit la maturité, je me répète.

  3. B. dit :

     » Bien que d’autres filles me tournent autour, j’ai fait le choix d’être avec toi et pas dans les bras d’une autre.  »

    Je peux t’assurer que lorsqu’on est en couple depuis longtemps on attire pas mal de filles ;)
    On est le truc à voler par excellence !

  4. Professor Shorthair dit :

    Pour ma part, je n’ai jamais connu autant de changement que maintenant, à 24 ans. Au passage de « être étudiant » à « avoir un métier ». C’est parce que pour moi, avoir un métier, ça a voulu dire : « devenir autonome, changer de ville, rencontrer de nouveaux amis/ennemis, etc… ». J’ai l’impression que je n’ai jamais été aussi instable que je ne le suis maintenant.

    Sur une échelle d’un an, j’ai vécu dans trois villes différentes, je suis passé d’une vie de post-étudiant à celle de travailleur pour revenir à celle d’étudiant (la joie des mémoire de fin d’étude) doublée d’une vie de chômeur, puis j’ai baroudé, suis revenu à la vie de travailleur, et je m’apprête à repartir ailleurs dans un mois. Je ne dis pas ça pour me faire mousser, et je n’ai pas l’impression que mon cas soit exceptionnel.

    C’est juste qu’en comparant cette vie à celle que je menais pendant mes études, je sais laquelle était la plus routinière, et la plus propice à faire durer une rencontre.

    Je me revois à vingt ans, déjà épuisé des excès engendré par la découverte de ma toute nouvelle majorité… J’ai bien eu quelques années calmes, propices à me poser. Et même si l’on est différents sur bien des points, je pense que quelques unes de mes homologues du beau sexe ont du vivre quelque chose qui se rapproche de ce que je vous ai raconté. La réponse ne serait-elle pas écrite quelque part en bas de la vingtième page de leur secret-agenda ?

    Comme dit mon mentor : « comes a time when your drifting, comes a time when you settle down ».

  5. badstef dit :

    Je suis plutôt d’accord avec @JB.

    D’abord sur le fait que c’est mort avec cette fille. Une fille intéressée n’a pas peur d’être « accrochée » : elle est accrochée bien malgré elle. Quand tu es véritablement sous le charme de quelqu’un, tu as envie de passer du temps avec, et par magie tu oublies les galères du passé. Si elle se pose des questions et appelle le passé à la rescousse, c’est une façon déguisée pour dire : « écoutes t’es gentil, on a bien rit, mais je ne suis pas amoureuse de toi, et je ne le serai jamais » (désolé Stéphane si je te paraphrase légèrement là dessus !).

    Ensuite sur le caractère de plus en plus tardif de l’entrée dans le monde des adultes. Pour diverses raisons qu’il serait fastidieux de détailler ici, l’adolescence démarre plus tôt mais se termine aussi plus tard. A 20 ans je crois qu’on est loin de la maturité, et effectivement tu as intérêt à oublier toute illusion.

    J’ajouterais aussi qu’une relation longue peut aussi naître d’une relation que l’on avait pris à la légère au départ. C’est même peut-être la voie la plus normale, car pour faire fuir quelqu’un il n’y a rien de plus efficace que de lui parler de mariage et d’enfants au bout de quelques semaines. Bref, à tout âge il faut savoir rester léger dans la phase de séduction et dans les débuts de la relation (après aussi mais si tu es avec quelqu’un depuis 10 ans, forcément la relation change).

    Pour répondre à la question de départ : oui tu peux sortir avec une fille de moins de 20 ans si toi aussi tu as moins de 20 ans, ou pas beaucoup plus, mais attends-toi à de l’instabilité. Physiquement les filles de la vingtaine sont tentantes, mais pour le reste elles pourraient s’avérer ennuyeuses…

  6. Pierre dit :

    Il faut dissocier

    - L’idée du couple idéal :
    A cet âge là, les relations sont vécues de façon passionnée avec comme doux refrain la promesse du « ça durera pour toujours » « Je t’aimerai pour la vie mon amour » « Je ne pourrai pas vivre sans toi ».

    - Et la réalité du couple :
    Sauf exception, rares sont ceux qui commencent une relation à 20 ans et finissent leurs vieux jours ensemble.
    On expérimente, on fait des erreurs, cela fait partie de l’apprentissage de la vie. Ces relations nous serviront de brouillons pour les suivantes.

    Une fois que l’on a pris conscience de cela, il suffit de profiter de l’instant présent et de vivre ces relations pleinement sans se faire d’illusion sur l’avenir.

    Pour conclure, lorsque une fille vous fait un caprice, pourquoi ne pas lui répondre ?

    « Bien que d’autres filles me tournent autour, j’ai fais le choix d’être avec toi et pas dans les bras d’une autre. « 

  7. Simon dit :

    Comme la très bien expliqué Yannick en 2-3 ans on change plus que pendant les 20 années précédentes. On vit des expériences fortes, intenses, on voyage, on réussit certains projets et on se casse aussi la gueule. Toutes ces expérience vous font (ou vous défont).

    Donc oui, on trouve des filles sérieuses à 20 ans mais cette même fille qui te dis « je t’aime » après l’amour (au passage tout ce qui est dit après une partie jambes en l’air est à prendre avec des pincettes) et dont tu as l’impression qu’elle est toute amoureuse sera peut-être bien différente dans 6 mois.
    Elle te parlais il y a quelques semaines encore de projets communs et tout à coup elle veut s’envoler pour une année à l’autre bout du monde.

    Est-ce que cela signifie qu’il faut s’empêcher de vivre une relation avec une fille qui à la vingtaine? Je ne pense pas. Il faut justement profiter de ces belles années sans se prendre la tête et dans le cas ou on est en couple, garder à à l’esprit ce qui a été très bien expliqué plus haut.

  8. B. dit :

    Vous êtes assez unilatéraux.
    J’ai bien conscience de la « rareté » du phénomène mais quand même ! Comme dirait l’autre ;)

    (Rareté que l’on surestime beaucoup trop !!)
    Je connais trois couples de mon âge qui ont au moins 3 ans (aux alentours) de relation. Elles ont commencé vers 17-18 ans.

    Mais, sincèrement, à partir de quand considérez-vous qu’une relation est longue ?
    Je ne rentre pas dans une philosophie bidon, mais je demande, surtout à Stéphane, notre expert.
    Je ne suis pas un gros habitué aux articles, j’ai assez de mal à les assimiler bien qu’ils soient intéressants.
    A vous entendre, c’est quelque chose « d’exceptionnelle ».

    Merde, quand même !

  9. B. dit :

    Vous êtes assez unilatéraux.
    J’ai bien conscience de la « rareté » du phénomène mais quand même ! Comme dirait l’autre ;)

    (Rareté que l’on surestime beaucoup trop !!)
    Je connais trois couples de mon âge qui ont au moins 3 ans (aux alentours) de relation. Elles ont commencé vers 17-18 ans.

    Mais, sincèrement, à partir de quand considérez-vous qu’une relation est longue ?
    Je ne rentre pas dans une philosophie bidon, mais je demande, surtout à Stéphane, notre expert.
    Je ne suis pas un gros habitué aux articles, j’ai assez de mal à les assimiler bien qu’ils soient intéressants.
    A vous entendre, c’est quelque chose « d’exceptionnel ».

  10. Eick dit :

    En général, il ne faut rien attendre d’une fille de 20 ans.
    Elles vous écrivent des mots doux ; elles vous jurent que leurs sentiments sont durables, mais dès la rupture, elles oublient très vite leurs anciens amants. C’est un âge, comme le disait Yannick, où l’on se reconstruit très vite, car la vie d’un jeune change facilement.
    Et puis cela dépend de ce que vous avez été pour elle, comment elle vous considérait au début de la relation. Si elle est follement amoureuse, impressionnée, elle ne vous lâchera pas aussi tôt.

  11. Sam dit :

    En général, une fille de moins de 20 ans veut d’abord s’amuser.

  12. JB dit :

    Tout à fait possible de sortir avec quelqu’un de 20 ans, à mon avis. C’est avant tout une question de maturité.

    Maintenant, les gens étant infantiles de plus en plus tard, je parie que la question sera dans quelques années: peux t on vraiment sortir avec quelqu’un de 30 ans?)

    Simon, les heures de prise de tête passées avec elle, c’est sa façon de te dire qu’elle ne veut pas être avec toi. Si vraiment c’est ce qu’elle voulait, elle ne se poserait pas de questions.

    Pour la suite, je dirais: mets tes distances, et ne lui cours surtout pas après. Tu verras bien comment elle reagit. Mais à priori c’est mort.

    Bonne chance )

  13. S. Mimura dit :

    Les situations de ce type, régulièrement décrites sur le forum (si on élargit un poil, disons, à 18-24ans), me laissent à chaque fois perplexe.
    J’en viens vraiment à me demander où vous trouvez ces filles.
    Je veux dire, je ne doute absolument pas qu’elles existent –j’en ai effectivement rencontré–, mais je pense que c’est clairement une niche, très loin de la norme.

    Du coup, il y a pour moi un gros biais de sélection quelque part.

  14. JM dit :

    Bonjour,

    Je pense que ca depend de la maturite de la fille, de ses attentes et objectifs dans la vie.
    Comme dit precedemment, certaines personnes a 20 ans sont en couple depuis 5 ans.

    Ca ne me choque pas qu’une femme se pose des questions sur la relation qu’elle a avec un homme, par contre il faut voir l’evolution de son comportement dans les jours qui suivent.
    Leurs capacites a prendre les mecs pour des cons est sans limite.

    D’apres les commentaires, tu es deja fixe…

  15. B. dit :

    @Stéphane : « Hein, faut le savoir ! »

    Est-il vraiment raisonnable d’envisager du sérieux avec une fille de 20 ans (ou moins) ?

    C’est possible d’avoir une relation longue avec une fille de moins de 20 ans.
    La preuve, j’ai commencé une relation à 16 ans et je suis toujours avec (j’ai bientôt 21 ans) Soi 4 ans de relation.

    Après, je ne sais pas ce que vous appelez réellement une relation longue.
    Mais, je trouve qu’il y beaucoup plus de filles sérieuses qu’on ne le croit. Ou alors j’ai de la chance…

    - Suffit de ne pas vouloir se mettre dans un truc fusionnel.
    - Deux blocs séparés où chacun garde ses spécificités.
    - Ne pas tout partager.
    - Avoir une vie à côté.
    - Il ne s’agit pas d’avoir deux êtres identiques non affirmés, mais être d’accord sur des points très spécifiques de la vie. (C’est le plus dur, je pense)

  16. Stéphane dit :

    @Yannick : « on a beaucoup souffert », ça s’appelle du communautarisme victimaire et c’est très en vogue depuis quelques décennies ;)

  17. Yannick dit :

    C’est marrant comme toutes les filles ont beaucoup souffert dans leur vie, même à 19 ans :)

    La question posée par Stéphane qui est de savoir s’il est raisonnable d’envisager quelque chose de sérieux avec une fille de 20 ans est en elle même une réponse à ton message.

    Elle est au début de ses études, en quelques années sa vie va changer plus vite que jamais auparavant. Elle va faire des expériences, voyager, rencontrer des gens. Plein de tentations qui font que je considère les étudiants comme la « population » la moins enclin à la fidélité (à fortiori en Erasmus).

    La fille que tu connais aujourd’hui aura bien changé dans 6 mois, un an. Donc évidement, non, ne te projette dans rien de sérieux avec elle (au sens adulte du terme). Mais si tu en as envie, rien n’empêche de profiter du temps que vous avez ensemble, tout en gardant à l’esprit (en tous cas dans ton esprit) que c’est une relation qui comporte une date de péremption et de ne pas trop te faire d’illusions sur sa fidélité.

    Si c’est le chemin que tu prends, je pense que creuser un peu votre connexion s’impose afin de la rassurer (et d’avoir la paix concernant le défilé de filles dans ton appart). En te débrouillant bien à ce niveau là, tu devrais pouvoir faire grimper son niveau d’intérêt et être en position de force quand la négociation arrivera.

  18. Simon dit :

    p.s. l’image de l’article est très bien choisie et on y trouve une partie de la réponse.

  19. Simon dit :

    Quelle bonne surprise en ouvrant la page du site.
    C’est une situation qui date de deux-trois mois et même si je connais l’issue de l’histoire je suis curieux d’avoir vos avis.
    A vos claviers ;)

  20. Meursault dit :

    Actualité on ne peut plus brûlante de la fin de ma session soirée ^^

    Je crois bien évidemment que non, étant donnée leur psychologie très « volatile », leur certitude que la vie est faite d’une infinité de possibilités (donc sous-entendu nous n’en sommes qu’une parmi de nombreuses à venir). En fait, s’il y avait un bouquin sur l’état d’esprit des filles à la vingtaine, il devrait s’intituler « Les possibilités des îles ».

Qu'en pensez-vous ?

 (Ne sera pas publiée)

Archives par mois