apprendre a manipuler

Amertume, injustice : pourquoi cette fille n’est pas à votre bras – partie 2, par Damien

Accueil > Avancé > Amertume, injustice : pourquoi cette fille n’est pas à votre bras – partie 2, par Damien

De quoi parler avec une fille ?

Suite de la première partie où nous avons vu qu’il ne servait à rien de se plaindre qu’une jolie fille est au bras d’un couillon si on ne sait pas la mettre au sien. Et je pose comme diagnostic probable le fait que vous vous reposiez trop sur vos passions, et sur le supposé « matching » (la correspondance) de celles-ci avec les siennes ? Je me trompe ? Dites-le en commentaire plus bas.

La suite.

Les fausses croyances à propos du partage verbal de ses passions…

…et pourquoi elles sont fausses

Parler de ses passions est sûrement à classer dans le top 10 des mythes sur la séduction. Je m’explique. Est-ce que vous croyez vraiment que parler de vos passions va:

  • Lui donner envie de se questionner sur vous
  • Lui montrer que vous êtes sexué
  • La rassurer sur votre intelligence (pour les passions intellos)
  • Créer cette fameuse connexion entre elle et vous
  • Lui donner envie de partager votre passion avec vous
  • D’une manière générale vous rendre intéressant pour discuter
  • Instaurer de l’imaginaire, de l’émotionnel (les passions sont souvent mal racontées puisque rares sont ceux qui pensent à le faire par le billet d’histoires, elles-mêmes difficiles à raconter)
  • Lui montrer que vous êtes ouvert d’esprit
  • Montrer que vous n’êtes pas un glandeur

C’est en fait tout l’effet inverse qui se produit. En reprenant donc point par point, quand vous parlez de vos passions, voilà ce qu’il se passe en réalité :

  • Vous dévoilez quelque chose de privé à quelqu’un qui ne vous a encore rien demandé. Et si elle vous le demande, c’est qu’elle commence à s’ennuyer.
  • Vous ne démontrez pas que vous êtes sexué puisqu’elle ne vous voit pas en action (en prenant l’hypothèse que votre passion à quelque chose de sexué et que vous y êtes bon).
  • Vous la faites reculer, aucune fille normale n’a envie de quelqu’un verbalisant sa fierté d’être intello, même indirectement à travers un hobby.
  • Vous vous focusez sur vous, donc no chance for connection.
  • Vous ne lui faites sûrement aucun effet, car il y a moins d’une chance sur 100 qu’elle partage au moins aussi intensément que vous le même centre d’intérêt.
  • Votre discussion sera chiante, puisqu’elle aura moins à dire que vous. En fait ce ne sera pas une vraie discussion, juste une suite de questions unilatérales et plus ou moins épuisables.
  • Vous avez beaucoup de chances de rester factuel, voire pire, de rentrer dans le technique puisque vous connaissez votre sujet. Essayez donc de sexuer après vous être enterré volontairement comme ça…Alors oui, il y a des activités plus sexualisables que d’autres (vous avez raison, ce mot n’existe pas), mais à moins de s’être beaucoup entraîné à en parler de cette façon, c’est vers le factuel que vous allez glisser, aussi sûrement que la gravité vous empêche de voler.
  • Vous démontrez que vous êtes ouvert d’esprit, ce qui est une qualité certes défendable, mais de nos jours en rien exceptionnelle. Au mieux vous serez pour elle original, et ce sera pile ou face.
  • Vous vous occupez, encore heureux ! Donc une fois de plus, rien d’exceptionnel. Et attention, vous pouvez facilement élever votre hobby plus haut que nécessaire, ce qui peut révéler des insécurités.

Même le quart de ces raisons devrait suffire à vous faire tirer le frein à main sur les passions quand vous entamez une date ou une conversation avec une fille qui vous intéresse. Ce faux-pas est d’autant plus difficile à éviter que la fille en face de vous vous fait de l’effet.

Tout ceci est valable de son côté également. J’irais même jusqu’à dire que quand vous en venez à ce sujet pendant un rendez-vous, c’est qu’il n’y a aucune tension sexuelle entre vous et la fille. Ça meuble et fait descendre le niveau d’énergie, même si vous avez l’impression que pendant ce temps la date se passe bien.

En fait, une fille se fout pas mal de vos goûts et de vos activités tant qu’ils sont :

  1. Assumés, par vous.
  2. Acceptables, c’est-à-dire pas bizarres ni geek-associated.
  3. Exercés à fréquence normale, c’est-à-dire qui vous laisse remplir votre vie avec le reste de ce qui devrait la composer.

De la même façon que si vous ne partagez pas son loisir, vous vous en fichez qu’elle fasse de la peinture ou du lancer de marteau… (bon ok, peut-être pas pour celui-là).

Que faire de vos passions alors?

En version «on-sort-prendre-un-verre», vous les gardez pour vous, c’est tout. Vous pouvez en mentionner une ou deux lorsque vous racontez une histoire marrante. Vous pouvez aussi, vous le savez, organiser une date autour de l’une d’entre elle si possible, mais pas trop tôt (pour caricaturer, une toute première date plongée sous-marine est exagéré, en revanche la même en version wake-board peut se tenter). Les hobbys ne sont pas un sujet de conversation aidant directement la séduction. Mais attention, il y a une nuance.

Cette nuance se trouve dans le « directement ». C’est indéniable que se produire sur scène et rencontrer un certain succès sera un avantage, de la même manière que d’organiser des expos, des soirées autour d’un thème, ou même simplement d’y participer. Mais que faites-vous dans ce cas là? Vous n’en parlez pas et vous n’essayez pas de séduire, vous vivez ce qui vous intéresse et rencontrez simplement les gens par ce biais. C’est complètement différent. Mais ce n’est pas fini, il y a une nuance dans la nuance.

Si pas mal de couples se rencontrent effectivement lors d’activités communes, je ne parierais pas même un vieux stylo mâché que ces activités prennent une place importante dans leur vie respective. Des cas existent bien-sûr, mais pas assez nombreux pour que je puisse affirmer ceci : beaucoup de couples ne partagent pas leurs hobbys respectifs. Ils ont chacun les leurs, avec leurs propres potes, et, comme disait Voltaire, « tout va très bien dans le meilleur des monde ». On se permet d’ajouter dans notre cas : du moment que les libertés de chacun sont respectées.

On va me dire qu’on peut faire de la projection avec les centres d’intérêts. Oui, on peut, et cela peut marcher, mais à la seule condition que le niveau d’intérêt de votre date est déjà relativement élevé. Et là, je parierais bien plus que le stylo mâché que ce n’est pas votre passion pour le parachute qui l’a fait grimper, son intérêt.

En résumé, n’essayez pas de séduire en vous présentant au bout d’un moment comme quelqu’un pratiquant beaucoup de ci ou de ça. Des dizaines d’articles sont à disposition pour vous aider à réussir les dates classiques et les premiers jours ou semaines de séduction (ainsi que le séminaire Comment parler de soi, bien qu’assez advanced).

Les fruits de la passion ne se consomment pas en rendez-vous.

Damien

Et vous, que faites-vous avec vos passions, communiquez-vous dessus ? Nous aimerions connaître votre avis ci-dessous, en commentaire


Et rendez-vous le 26 avril pour le second volet de nos séminaires sur la manipulation : Obtenez ce que vous voulez. Plus vous réservez tôt, moins vous payez !
Adresse Email * Prénom *


16 COMMENTAIRES pour cet article.

  1. Bart dit :

    merde.

    je viens de finir la lecture (des deux parties), c’est tellement vrai et pertinent. ca explique pas mal d’échecs et, osons le dire, de frustration.

    la frustration justement, on la ressent en fin de lecture du second article :-\ aprés le bombardement, la description minutieuse du mal, aucun remède. bon, à part pour les personnes qui « se produisent sur scène » ou qui « organisent des événements ».. c’est vraiment dommage qu’encore une fois, séduction et normalité soit aussi distanciée dans l’imaginaire collectif des rédacteurs.

    Je reste sur ma faim donc, avec la désagréable certitude d’être une fourmi qui tente d’escalader l’Everest.

  2. Frank dit :

    Il y a un parallele a faire avec le fait de sexuer une conversation. Etre sexué ce n’est pas raconter ses conquetes. C’est démontrer indirectement que l’on connait et que l’on fréquente des femmes, par des observations pertinentes à leur propos.

    Pareil pour les passions. Exploiter ses passions en seduction ce n’est pas dire « Au fait le week end dernier j’ai fait le col de la Beaumette en vélo , bla bla bla, », c’est faire comprendre subtilement que ces passions remplissent suffisamment notre vie. Nuance.

  3. Safari dit :

    @Biship: Bon, on n’est pas d’accord, mais au moins tu argumentes:)

    Entre demander un avis, ce qui peut être un shit test intéressant, et ce que tu fais dans ton temps libre, tu ne sens pas une différence d’intérêt?

    Pour ce qui est d’être sexué en parlant d’un loisir, j’ai dit que c’était très difficile, pas impossible. Et connaître le sujet est précisément le risque, comme je l’explique.

    Est-ce que tu as déjà vécu un moment où l’intérêt de la fille pour vous, et non pas pour la discussion (ça n’a rien à voir), a grimpé après que les loisirs ont été abordés, même sans en faire (évidemment) un déballage unilatéral? Les autres peuvent répondre aussi.

    Je pars plutôt du principe que si une fille s’intéresse soudainement à tes activités (sans forcément qu’elle se mette à les pratiquer), elle s’intéresse en fait à toi.

  4. bishop dit :

    Pour te répondre Safari,

    Si tu me disais qu’il ne faut pas s’enbourber dans une discussion unilatérale, ou qu’il ne faut pas faire de sa passion un motif de conversation en mode geek, je déballe tout le truc, de A a Z, je serai d’accord avec toi.

    Je suis globalement d’accord avec les 9 raisons que tu donnes, mais pour être franc, je considère que les deux premières se discutent et se retourne assez facilement :

    -Vous dévoilez quelque chose de privé à quelqu’un qui ne vous a encore rien demandé. Et si elle vous le demande, c’est qu’elle commence à s’ennuyer.

    Là je ne suis pas vraiment d’accord. Selon moi lorsque la fille te demande ton avis, c’est bon signe, c’est qu’elle a besoin de prendre ton opinion, elle a besoin d’être remplie intellectuellement. Cela fait écho à une citation de Montherlant « les femmes ont besoin de bruit » de Soral « leur vocation est de se faire remplir » et je tire mon avis du séminaire de Stéphane sur le leadership.

    -Vous ne démontrez pas que vous êtes sexué puisqu’elle ne vous voit pas en action (en prenant l’hypothèse que votre passion à quelque chose de sexué et que vous y êtes bon).

    Etre sexué n’est pas seulement être dans l’action, mais aussi « parler de manière sexuée » et je trouve que la passion est un excellent vecteur de dynamisme. On ne cherche pas ses mots, les expression et le vocabulaire est normalement hyper fluide lorsque l’on parle de sa passion. De plus, on connait tellement le sujet qu’on ne pense même plus à ce qu’on dit, ce qui permet de jouer sur l’intonation de la voix… !!!!

    Merci de ton article en tout cas. Ce qui est intéressant, c’est la mise en garde pour celui qui serait tenté de faire d’une conversation un monologue unilatéral sans empathie ni capacité d’écoute, uniquement concentré sur le déballage de son truc. On en croise souvent des types comme ça.. :)

  5. Maxime dit :

    J’ai un peu le même avis que Bishop. Il y a multitude d’articles et de sujets sur le forum qui excluent ça, ça ou ça des choses à faire ou à dire. Il en devient presque compliqué d’avoir une attitude/conversation normale sans se demander si on ne met pas les pieds dans le plat ensuite.

  6. Safari dit :

    @Bishop: Donc tu n’es pas d’accord avec ma liste de 9 raisons?

    Je ne suis pas d’accord avec toi quand tu dis qu’il est bon de passer sous le radar en rendez-vous. A ce stade, normalement, les 2 personnes sont déjà potentiellement intéressées et elles sont là pour vérifier si ça peut valoir le coup d’aller plus loin*. Pour rendre le moment plus intense (puisqu’en général c’est au gars que revient cette tâche, surtout lors du premier rendez-vous), je doute que les hobbys soient de grande utilité, à moins, comme je l’ai dit, de savoir en parler.

    Donc pour répondre à ta question, je vais prendre l’exemple de vendredi soir dernier. On a parlé des relations en général, en lui balançant quelques pics ça et là…enfin, tout ce que les gens ici font également.

    Pour ta deuxième question, les copines que j’ai eues n’en n’ont jamais rien eu à faire de mes loisirs, et cela n’a jamais gêné nos relations. J’ai plein d’exemples similaires dans mon entourage et je suis sûr que toi aussi.

    * en partant de l’hypothèse que le niveau d’intérêt des 2 personnes est quasi-égal, ce qui selon moi est presque impossible mais ça ne gêne pas l’argumentation. Il y a biens-sûr des filles qui acceptent des dates juste pour se faire sortir, je ne pense pas que ce soit une situation normale.

  7. Solferino dit :

    Et si c’était notre propension à être séduit qui nous rendait séduisant ? …

  8. bishop dit :

    J’étais également intrigué par la première partie. Mais j’étais loin de me douter qu’on allait parler des passions.

    On voit souvent des articles interdire des sujets de conversation. Ce qui me dérange un peu, c’est qu’on nous retire de la matière. Parler de ses passion permet au moins de parler de quelque chose avec dynamisme. Je veux bien ne pas parler de mes passions, ni d’aucun sujet sérieux. Mais alors de quoi Damien parles tu avec les femmes que tu rencontres ? Personnellement je n’ai pas envie de lire le soir des magazines féminins pour avoir des sujets de conversation de fille le lendemain…

    D’autant que parler de ses passions peut avoir un effet bénéfique qui serait celui de passer sous le radar.

    Et aussi, par la théorie de la femme lego, ta copine ne serait-elle pas disposer à apprendre justement tout de ta passion… ? (question que je pose, je n’ai pas la réponse)

    Ce qui compte vraiment, c’est la manière d’en parler. Sexuée et ne pas trop en dire quand même. Non ?

  9. Jean dit :

    Kais,
    Il n’y a rien de plus « needy » que de dire qu’une chose peut l’être.
    La vie est plus complexe que les reportage de M6 sur Rocancourt.

    Va dire aux chanteurs latinos comme Ricardo Arjonas qui ne chantent que des chansons d’amour (que tu qualifierais de « needy ») qu’il est un « AFC », tu vas voir la paire de baffe que tu vas te prendre…

  10. Kiat dit :

    Néanmoins avoir une/des passions est signe d’une vie riche et épanouie. Au lieu d’imposer nos passions aux autres, il suffit juste d’approfondir le sujet sur demande, après avoir habilement ouvert quelques portes ;)
    (petit bémol car l’article devient presque caricatural par moment)

  11. Kiat dit :

    Article intéressant.

    Que ressentez vous quand quelqu’un vous « expose » de ses passions ?
    En général, si la passion ne nous touche pas directement : rapidement de l’ennui. Voire de la suspicion (pourquoi cette personne passe-t-elle du temps sur cette activité inintéressante ?)

    Beaucoup de personnes se sentent unique / différentes / exceptionnelles à travers leurs passions.

  12. Safari dit :

    @ Yannick: cool, une objection:) Je trouve que je vais quand-même plus loin. Une explication détaillée du pourquoi, plus des nuances et quelques preuves…

    Je dirais que l’article éclaire certains, met des mots sur ce que d’autres pensaient déjà sans pouvoir le formuler, et dans le pire des cas, fait office de piqûre de rappel par rapport aux expériences vécues.

    Enfin, une partie 3 est en cours, ou un autre titre, je ne sais pas encore.

  13. Kais dit :

    *Parler de ses passion est une chose needy.

  14. Kais dit :

    J’aime bien cet article dans le sens où il soulève pas mal de questions à propos des interactions hommes-femmes. Ne pas parler de ses passions est une chose needy je croie, le mieux si je me refere à sociologie du dragueur de soral, c’est d’etre un rocancourt de premiere c’est a dire jouer avec ses emotions en lui faisant croire n’importe quoi, en etant un menteur, en faisant le mec paumé pour attiser son instinct maternel, et en lui faisant croire qu’elle est suceptible de vous plaire et que vous avez envie d’aller plus loin et non besoin… eviter toutes les pseudo feministes, elles sont pires que la peste.

  15. UnfixedCat dit :

    « Vous vous focusez sur vous, donc no chance for connection. »

    Oui, c’est totalement essentiel.
    Ne pas trop en lâcher tant qu’on ne vous a rien demandé, et même quand on vous en demande, ne pas s’emballer, jauger l’intérêt au fur et à mesure pour ne pas tomber dans le monologue chiant.
    On constate avec l’expérience que les gens sont majoritairement centrés sur eux, comprendre qu’ ils n’en ont pas grand chose à faire en général de ce qui vous concerne et surtout ce qui ne leur apportera rien.

  16. Yannick dit :

    Si je comprends bien ton article, tu t’adresses à des gens qui s’épanchent sur leurs passions, leurs passe temps, lors des premières rendez-vous ? et qui continuent malgré l’air peu enjoué de leur interlocutrice ?

    Je t’avoue que j’étais intrigué par la première partie qui semblait promettre beaucoup, je ne pensais pas que sa suite débouche sur un sujet si simple. Mais peut-être que cela sera utile à d’autres.

    Pour ma part je n’en parle que lorsque l’on me le demande, en tâchant de rester léger et de rendre çà intéressant par le biais d’anecdotes, d’auto-dérision ou autre. Dans tous les cas, je ne m’attarde pas dessus.

Qu'en pensez-vous ?

 (Ne sera pas publiée)

Archives par mois