creer de la connexion

7 raisons de ne pas choisir une fille russe

Accueil > Avancé > 7 raisons de ne pas choisir une fille russe

Pourquoi ne pas sortir avec une fille de l'est ?

Cet article s’insère dans une série d’articles en 7 points tous destinés à vous éviter beaucoup d’ennui, d’ennuis et de souffrance avec la mauvaise personne. Les autres s’appellent notamment : 7 signes qu’il faut prendre ses jambes à son cou (par Julien) et pourquoi éviter les personnes à faible estime d’elles-mêmes, par Alexandre. Mais aujourd’hui, parlons d’une espèce à part : la femme russe, ou plutôt de l’ex URSS.

Il ne faut jamais se vanter. Toujours taire toutes ses supériorités, réelles ou imaginées. Rester modeste sur ses succès et, c’est le sujet qui nous intéresse aujourd’hui, sur ses conquêtes.

Au cours des années écoulées, j’ai compris l’exercice en tentant de raconter mes rencontres sans me la raconter. Je me suis attaché à décrire des caractères en me rattachant à la réalité, à jouer de la métaphore pour penser mes sensations et les faire renaître une seconde fois dans l’imagination du lecteur.

Et quand, au fil du récit, arrivait le moment de faire le croquis de ces corps dans lesquels j’avais croqué, jamais je n’ai fanfaronné. Au contraire, je persistais méthodiquement dans l’énumération de toutes les imperfections qui leur tenaient lieu de singularités. C’est que le corps d’une femme n’est qu’un ensemble de courbes sur lequel se reflète plus ou moins adroitement la lumière, et l’érotisme réside dans le désir lui-même, pas dans l’objet qui le suscite. Dans ces conditions, vous comprendrez que je sois très surpris des hommes qui se vantent du nombre et de la beauté des créatures ayant succombé à leurs charmes. Et que la surprise vire au comique pathétique quand le point commun à tous ces exploits est d’avoir été commis à l’est du Rhin.

La prolifération des occidentaux à Moscou ne pouvant s’expliquer ni par le climat, la gastronomie, l’amabilité des locaux ou des loyers modérés, elle doit sa recrudescence au simple déséquilibre démographique des pays de l’Est (1 homme pour 2,5 femmes environ), ainsi que – il faut bien l’avouer – dans une maîtrise de ces dernières des codes de la séduction et de l’érotisme qui laisse en comparaison nos françaises rouges de honte et de colère.

Alors oui, comme tout homme honnête, curieux et sexué, il m’est arrivé de céder aux sirènes de l’autre rive, et j’en ai tiré les conclusions – parfaitement subjectives – que je vous livre aujourd’hui.

 7 raisons de ne pas sortir avec une fille de l’ex URSS

1. Préparez vous à vous ennuyer.

Illustration parfaite de mon « on peut parler 6 langues et n’avoir jamais rien à dire », la fille russe, roumaine, bulgare, etc. (liste non exhaustive) cultive l’art du paradoxe : munie de plusieurs passeports, maniant plusieurs langues et bénéficiant globalement d’un niveau d’éducation très supérieur à ce qu’il serait en France (où plus de la moitié des jolies filles finissent dans ces sombres fabriques à crétins que sont les écoles de communication, de journalisme et d’attachées de presse), elle est aussi celle qui mettra vos nerfs à rude épreuve dans d’interminables soirées de silence où vous passerez des heures à vous demander quel affront vous avez bien pu faire à Dieu pour mériter telle punition. Réponse : aucun. Comme dirait la chanson, c’est sa « façon d’être à vous ».

2. La femme russe est plus intelligente que vous

Combinée à l’élocution morne et triste héritée de sa langue natale, l’accumulation infinie des moments de silence finirait par faire douter le plus convaincu d’entre nous sur la véracité de ses capacités à penser. Et ce serait une grossière erreur. Si l’intelligence se mesure à la défense de ses propres intérêts, alors vous êtes à l’école primaire, et elle, entre la maîtrise et l’agrégation.

3. Elle est plus lucide que vous

Les tactiques de guerre mises en place par les 2 amants ne naissant pas d’un vide social mais d’une accumulation d’expériences et d’interprétations, forgeant à terme une vision du monde et des relations, elle ne croit plus au modèle de l’amour passion depuis belle lurette et le pragmatisme lui sert à la fois d’opium et de religion. Conséquence, pendant que vous raisonnez encore en termes de « oui ou non est-elle amoureuse de moi », elle ne perd plus de temps à s’interroger sur ses sentiments ou sur les vôtres et dépense le temps ainsi économisé à évaluer ce que son extra-lucidité lui permettra de vous soutirer.

4. Les russes ont plus souffert que vous

Les hommes de son pays ne s’encombrant pas de gants pour disposer de la gente féminine, que ce soit leur femme, leur progéniture ou leur maitresse, il y a 99% de chances pour retrouver dans son vécu des gestes et des images que vous n’avez vus que dans des films nocturnes et des documentaires sur l’inceste ou la pédophilie. Nietzsche disait qu’un homme se mesurait à la quantité de souffrance qu’il peut supporter, mais une femme aussi. Alors avec ce qu’elle a probablement déjà pris, par des gens qu’elle aimait probablement plus que vous, vous devinez sans peine ce que lui feront vos premières réprimandes et vos demandes d’affection: ni chaud ni froid. Quand au chantage affectif, n’en parlons même pas.

5. La femme russe n’a aucune pitié

Corollaire du point précédent, la souffrance faisant partie intégrante de son système de valeur, elle ne s’encombrera pas de sensibilité ni d’empathie envers vos malheurs, s’attentant à ce que vous les dominiez comme un homme (de chez eux, qui plus est), c’est à dire en silence et sans ciller. Résultat : qu’elle vous trompe, qu’elle vous mente ou qu’elle vous quitte, ne comptez pas sur elle pour nourrir d’éternels remords et repenser aux heures qui tuaient parfois à coups de pourquoi le coeur du bonheur.

6. Vous êtes un moyen de parvenir à ses fins

Ceux d’entre vous qui ont assisté à mes séminaires sur les relations longues le savent : pour comprendre les femmes rien ne compte plus que leur secret agenda. Et dans celui d’une eastern european encore plus qu’ailleurs, vous n’êtes jamais une destination mais un passage, le compagnon d’un voyage plus ou moins long vers la vie dont elle rêve et qui doit s’achever le plus loin possible de son pays d’origine, vers lequel nulle ne veut retourner. Nul n’est irremplaçable, et surtout pas vous ; si quelqu’un lui permet plus ou moins la même vie qu’avec vous.

7. Internet est de son côté

Aujourd’hui plus encore qu’avant le nombre de sites de rencontres ou assimilés est tel qu’il ne leur faut guère plus de quelques heures et une ou deux jolies photos suggestives pour appâter le mâle occidental en mal de représentation sociale dans ses soirées poker, ou d’un dos nu à crémer, l’été sur la plage. Toutes les russes que je connais, y compris celles qui sont en relation (exclusive) avec un homme, conservent leur profil sur plusieurs sites de rencontre spécialisés.

Sans compter, pour celles qui ont la chance de pouvoir exhiber la combo magique (jeune + jolie), les repères à héritiers, industriels et autres rentiers que sont les sites de réseautage haut de gamme comme ASmallWorld et Cie. Vanessa me faisait comprendre récemment que pour se faire inviter en vacances à Venise il lui suffisait de le demander sur ASW et un nabab à grosse montre se manifestait dans la journée pour lui proposer de l’y rejoindre tous frais payés. J’en connaissais une autre qui, sur sa photo de profil, jouait du piano en talons haut, décolletée jusqu’aux touches du clavier et avec un gros chat noir sur les genoux, tous ces symboles de goût étant selon elle destinés à montrer son attachement aux valeurs de l’éducation et de la culture à l’occidentale.

Bref, tant que les hommes auront une érection à la simple idée de pouvoir rencontrer une inconnue vacante d’un coup de clic (et ça ne va pas s’arrêter demain la veille), le marché est ouvert aux princesses capricieuses aux cils baissés et à la peau de lait.

 

Stéphane

Article prolongé par Julien, lecteur de Spikeseduction et expat’ à Moscou

8. La culture est complètement différente

A les regarder marcher dans la rue, les russes ressemblent à des européennes: allure, habillement, coiffure … Elles parlent souvent l’anglais et même le français, elles écoutent la même musique que vous…

… et toute ressemblance s’arrête la. Habitant en Russie, je connais beaucoup de couples franco russes, et dans la moitié des cas, ça ne marche pas sur le long terme, parce qu’ils n’arrivent pas à se comprendre.

Les mecs se plaignent de devoir réaliser tous leurs caprices, tout payer, leur tenir la porte des chiottes, systématiquement proposer de nouvelles idées et de devoir faire la conversation pour deux lors des diners aux chandelles.

Pour l’intéressée, c’est normal que son homme s’occupe de TOUT, c’est comme ça que ça se passe en Russie. L’homme propose, la femme dispose. Elles veulent un moujik, un homme fort. Alors de plus en plus, face à des hommes qui proposent systématiquement de couper l’addition en deux, elles renoncent.

9. Les étrangers ne les font plus rêver, elles attendent autre chose

De nombreuses amies me l’ont dit, elles sont récalcitrantes à l’idée de sortir avec un étranger, pour la simple et bonne raison qu’il voudra un jour retourner chez lui. Et elles ont tout à Moscou : un bon travail, des amis, la famille. L’Europe, comme elles disent, c’est bon pour les vacances.

Vu de l’intérieur, la femme russe qui cherche un amant pour se barrer à l’ouest, c’est du pur cliché

Quand je rencontre une fille à Moscou, je lui demande toujours ce qu’elle attend de son homme. Un homme fort, sur de lui, qui sache la diriger, et qui puisse assumer financièrement une famille.

Et s’il ressemble à un ours, qu’il part de temps avec ses amis pour revenir dans la nuit en sentant et la vodka et le parfum d’une autre femme, ce n’est pas si grave pour elles. Elles sont pragmatiques, et savent qu’un jour ou l’autre, chacun ira voir ailleurs, l’essentiel étant de préserver …

10. La famille, valeur sacrée

Stéphane en a déjà parlé mais ça vaut le coup d’être répété, pour la femme russe, vous êtes un géniteur, rien de plus. Son secret agenda : être mariée et avoir des enfants avant 30 ans. D’ailleurs à 24 ans, elles sont toutes déjà divorcées. Posez la question, vous verrez.

Je connais beaucoup d’hommes, français et russes, qui n’ont pas compris ce qui leur arrivait à la naissance du premier. Complètement délaissés. En Russie, si l’enfant est roi, alors la mère est sa servante. Elever un enfant, c’est une affaire de femmes.

Alors les mecs, ils restent dans le canapé à regarder la télé pendant que leur femme est en permanence au téléphone avec sa mère pour savoir quel remède concocter si le petit a de la toux (miel, fruit des bois et vodka en l’occurrence)

Parlons-en de sa mère. Sa mère, c’est toute sa famille. Les hommes ne vivent pas vieux dans ce pays, et leur vieille baboushka, c’est tout ce qui leur reste. Là-bas, pas de sécurité sociale. En cas de soucis de santé, elles la feront venir chez vous, autant vous le dire tout de suite. Que vous soyez en France ou à l’étranger …

11. Les femmes russes vieillissent très mal et n’ont pas la santé

Je sais, vous allez me dire que je suis salaud de dire ça. Et pourtant c’est vrai. En 6 ans de vie à Moscou, j’en ai vu très peu qui fassent rêver dès 35 ans. Voyez vous-même à Paris, vous ne pourrez que constater les faits.

La silhouette des femmes russes est un paradoxe de la nature. Autant lorsqu’elles sont jeunes elles vous font perdre la tête, autant en vieillissant elles s’enlaidissent à vitesse grand V.

Mon avis, c’est qu’une fois mariées et qu’elles les ont, leurs gamins, elles n’en n’ont plus rien à foutre.

Et elles sont toujours malades. Le moindre courant d’air et vous les retrouvez au lit à boire des tisanes au miel. Et pas de question de prendre des médicaments, on leur a appris tout petit que c’était mauvais pour la santé.

12. Elles sont fatalistes

A la façon dont ils vivent, les russes en général doivent penser qu’ils n’ont pas le droit au bonheur.

Et encore une fois, ça vous retombera dessus. Parce qu’au bout d’un moment, ca vous tapera sur le système de voir votre copine tirer la tronche à tous vos rendez-vous.

Etre malheureux, c’est normal, c’est comme ca pour tout le monde. Qu’est ce qu’on peut bien y faire ? C’est comme ca, il faut l’accepter. Le malheur est quotidien.

Et tel super Mario, vous passerez votre temps à colmater les fuites. Et tenter de faire la démonstration impossible que vous pourriez être heureux, tous les deux, vous et votre petite copine russe.

Conclusion

Alors quoi ? Les filles de l’est, on oublie ? Non, surement pas. L’article était bien pourquoi ne PAS sortir avec une russe. Mais je pourrais vous trouver 15 arguments pourquoi après être sorti avec une fille de l’est, vous aurez du mal à vous en passer. Et personnellement, je trouve qu’elles valent sacrément le détour. (edit : c’est chose faite, retrouvez mon article 7 raisons de choisir une fille russe).

Adresse Email * Prénom *


252 COMMENTAIRES pour cet article.

  1. patrice dit :

    nicolas traduit la réalité:il n’y a pas de fumée sans feu……………..

    MOI.MOI.MOI;je suis russe ,je suis belle,je developpe mes arguments pour vous signifier que j’existe………et que la vie « misérable » qu’on vecu mes aieux .c’est fini…..je suis BELLE si belle face à ces crétins d’occidentaux qu’ils vont payer la note…….

    Je suis comme un chien qui terminera toujours sa gamelle (sans faim)
    En gros,vous occidentaux vous avez eu plus de chance que d’intelligence..passez à la caisse(morale et financiere)

    Moi ,je vous pardonne ;vous etes des femmes;donc FAIBLES

    DOUCES;comme un panzer à stalingrad.
    EDUQUEES ????????
    DIPLOMATES???? comme ……..
    en réalité vous avez toutes les qualites d’une escale……..
    le reve comme reveil matin……..à paris :pas en russie

    surrealiste vous dis-je……..1 fois par an . pas plus………..

  2. nicolas dit :

    je vais etre tres court et en étant par ma situation un «  »expert de la russie et biélorrussie ,, je peux affirmer que essayer de vivre avec ces créatures relève du défit de l’horreur , elles sont toutes butées et d’une stupidités inimaginable ,, la tète dans le mur elle vous affirmeront que le mur existe pas ,, il faut les excuser car 6 siècles d ‘oppression et 90 ans de communisme cela ne les a pas fait évoluer ;; leur coté bimbo c’est par rappoert a l’ouverture des médias et d’internet  » pour elles se sont les killy minogue et riana qui sont leurs modèles de vie !! il faut savoir que leur vie dans les grandes villes moscow ,st pétersbourg minsk et autre est un enfer :: exemple tres courant , 35 m/c ils y vivent a 6 ou 8 dorme sur des cartons , et ne mange qu’un oignon et salade et un bout de fromage ,, elles dépense un tiers de leur salaire dans les produits de beauté ,, la firme l’oréal a x par 5 son chiffre d’affaire dans ces 2 pays !!
    la drogue ,l’alcool et les guerres qui durent depuis des siècles ont eu raisons des hommes !! le déclin démographique de ces deux pays est immense !! la chine attends patiemment a ces frontières de les envahir et la biélorrusie quand ta elle avec son dictateur «  » compètement fou «  » pour 207.000 km/c il y a en tout et pour tout 9.700.000 habitants
    il faut savoir qu’une femme des ces pays peut avorter dans sa vie plus de 15 fois ,,
    un conseil laisser les s’éteindre tranquillement et passé votre chemin

Qu'en pensez-vous ?

 (Ne sera pas publiée)

Archives par mois