creer de la connexion

Aborder une fille dans ma classe – IV et fin

Accueil > Articles séduction > Aborder une fille dans ma classe – IV et fin

draguer à la facDans la 3ème partie de aborder une fille dans ma classe (ou en cours, ou dans l’amphi, enfin bref vous avez compris), vous avez appris à apprivoiser le temps, à lire et à gérer les étiquettes qu’on peut vous coller pendant les cours et qui pourraient vous suivre jusqu’au dernier jour comme une tâche d’encre sur une chemise blanche. Aujourd’hui, pour la 4 ème et dernière partie de cette saga, apprenez à gérer un rival et à lire les signes d’intérêt pour éviter le bon vieux « non merci j’ai déjà un copain ».

6) Comment gérer un rival ?

« Tu ne le sais pas encore, mais tu es déjà mort » Ken (les plus jeunes d’entre vous ne peuvent pas comprendre cette allusion à une série mythique des années 80)

Là encore, la simplicité prime sur tout. Dans le doute, laissez vos concurrents agir et se casser les dents, car avec un forum comme celui-ci sous la main et la médiocrité ambiante vous avez en mains toutes les cartes pour mener à bien votre stratégie. Pensez comme un gagnant, pas comme un loser. Ne paniquez pas au premier mec qui essaye de draguer (tant bien que mal, souvent) votre cible. De toute façon si vous vous y prenez bien il n’a presque aucunes chances. A moins d’avoir une gueule d’ange, des killers fringues, un langage corporel de tueur et la répartie de James Bond (ce qui au final représente une combinaison relativement rare) vous avez probablement plus de chances de l’emporter que lui.

Malgré tout (et le cas est assez rare) vous pouvez tomber sur un concurrent sérieux. Vous allez alors devoir vous en occuper personnellement. En lui cassant la gueule ? Non. En faisant comprendre à votre cible que vous êtes mieux que lui. En d’autres termes vous allez le disqualifier à ses yeux. Les adeptes de routines apprises par cœur pourront ici utiliser quelques « Boy friend destroyer ». Mais ne tombez pas dans la perte de contrôle à deux balles sous peine de perdre en 1 seconde ce que vous avez mis l’année à construire : pas de scandales, pas de crises de jalousies, pas de scènes… Au pire s’il est vraiment mieux que vous, allez vers une autre, pas de fixation.

7) De l’importance (relative) de ne pas essuyer une veste

En règle générale (drague en boite par exemple) le râteau n’a pas beaucoup d’importance. Dans le pire des cas on se sent stupide et dans le meilleure on voit ça comme une source d’amélioration.

Mais dans le cadre d’une drague à la fac ou en cours, le danger réside dans l’image que les autres vont se faire de vous. Un mec qui se prend râteau (et ça va se savoir très rapidement dans votre entourage) renvoie l’image d’un bouffon. Le problème c’est que ça va vous ajouter un boulet au pied. En effet une fille qui met une veste à un mec lui fait comprendre qu’il n’est pas assez bon. C’est la pire perte de valeur qui puisse vous arriver. En conséquence, la prochaine (car vous ne baissez pas les bras aussi facilement) si elle accepte vos avances, communique qu’elle accepte de passer derrière une autre qui vous à déjà dit « non » (c’est à dire que ses critères d’évaluation en termes de mec sont inférieurs), et ça non plus ce n’est pas spécialement une démonstration de valeur, ni pour elle ni pour vous.

Pour remédier à cela il va vous falloir être très fort en terme de repérage de signes d’intérêt. Si vous sentez que vous avez toutes vos chances, foncez, mais dans le cas contraire, ne tentez pas le diable. En revanche si vous gérez votre coup, cela va jouer en votre faveur et – dans l’idée d’un cercle vertueux – augmentera vos chances avec tout les autres (Jalousie, démonstration de valeur,etc.) Si vous sentez que ça ne va pas passer, profitez-en pour élargir votre cercle d’ami(e)s. Il vaut mieux une bonne amie qu’un plan foireux. Visez les copines des filles que vous n’allez pas tentez. En plus de vous donnez plus d’occasions et donc par là-même plus de chances, ça vous facilite l’affaire avec la première. Si vous draguer ses copines c’est qu’elles sont mieux qu’elle, et çà elle ne peut pas l’accepter… Et on connaît la suite.

Savoir repérer les Indicateurs d’intérêt, signes d’intérêt vous indiquant que le feu est vert et que le jeu commence (ou qu’il peut continuer). Très important. Une fois maitrisés, vous ne prendrez plus jamais de râteaux, et vous n’entendrez plus jamais le mot « non ».

Il convient une fois encore de nuancer le propos. Même si la mise en garde est de rigueur, se prendre un râteau à la Fac n’est pas si grave qu’il y paraît. Ce type de lieu regorge de cibles potentielles. Vous aurez toujours l’occasion de vous rattrapez. Il ne faut pas que la peur du râteau devienne un prétexte à la passivité.

Voilà, vous êtes maintenant armé pour faire trembler toutes les filles de l’amphi !

Gin, avec l’aide de Moonwalk

Cette saga sur la séduction en fac, au lycée, bref en cours vous a plu ? Découvrez également le résumé comment draguer en boite, tout ce qu’il faut savoir pour aborder une inconnue.

Adresse Email * Prénom *


5 COMMENTAIRES pour cet article.

  1. Directopenerleak dit :

    vous mettez en avant toutes les raisons de ne pas aborder la cible potentiel pour conclure sur Il ne faut pas que la peur du râteau devienne un prétexte à la passivité.

  2. Jean louis dit :

    Salut, je suis jean louis je suis un homme tres amoureux tellement je suis amoureux parfois on me demande est c que vs aimer plus que aimer?

  3. Lolo dit :

    Article très sympa, judicieux et plein de bon sens :)
    merci!

  4. Thedreamer dit :

    Article de qualité, car il ne vous apprend pas des phrases à débiter par cœur, mais plutôt des principes, dans les grandes lignes.

    Pour l’instant, je n’aborde pas dans les rues de mon unif à cause de cette excuse:

    « Il ne faut pas que la peur du râteau devienne un prétexte à la passivité. »

    A changer…

    PS: Soucis du détail, il y a une erreur dans le lien qui mène de la partie 3 à la partie 4. Il est écrit « A suivre dans la troisième partie de draguer à la fac : » alors qu’il s’agit de la quatrième.

    Bon article, merci.

  5. Stanley dit :

    C’est vrai que j’ai toujours la chance d’avoir les filles dans mon entourage qui me disent qu’elles m’aiment mais j’ai jamais pense a tout ces chose, ces regles.
    Tout ce que j’ai a dire c’est que c’est vraiment bien,et je l’apprecie vraiment

Qu'en pensez-vous ?

 (Ne sera pas publiée)

Archives par mois