apprendre a manipuler

Aborder une inconnue : soyez normal sans être banal, par Jibril

Accueil > Articles séduction > Aborder une inconnue : soyez normal sans être banal, par Jibril

comment aborder une inconnueDans le précédent article aborder dans la rue, vous avez appris à amener une discussion avec une fille de manière naturelle, incarner un homme intéressant, équilibré et surtout inoffensif*. Si vous avez bossé ces quelques conseils tirés des coachings séduction de jour, votre jeu de séduction diurne sera plus fluide et sexy. Mais pour mettre toutes les chances de votre côté au moment d’aborder une inconnue, lisez ceci.

Continuons, toujours avec des conseils simples pour engager et maintenir une conversation, par exemple avec une brune, inopinément rencontrée au rayon lasagnes du Magasin U (les nouveaux commerçants), un jeudi après-midi, à Rouen – ou autre part, c’est comme vous voulez. ‘Faites la rêver’ disent-ils à la radio. Mais voilà vous venez de lui adresser la parole, elle a souri et s’est même arrêtée. Et là…c’est le drame. Rien à dire. Pas de phrases d’approche, rien.

Aborder une inconnue signifie, dans la majorité des cas, que vous allez parler dans les premières minutes 90% du temps et elle 10%. Schématiquement, lorsque l’homme et la femme ont 50% de temps de parole, ça devient une conversation dynamique. Plus tard, lors d’un rendez-vous, elle parlera 70% du temps d’elle en émotions/sensations et vous dira qu’elle a l’impression de vous connaître depuis toujours. C’est la connexion.

La rencontre avec une inconnue

La faire parler d’elle, deux façons : parler de vous et faire des assertions (légères, marrantes et parfois sérieuses) sur elle.

« Moi,je »

Ce qui intéresse le plus une fille (27 ans, citadine, conduit une Austin Mini), c’est elle-même, et rien de plus.

Prenez n’importe quel groupe de filles au hasard, dans chaque prise de parole, vous trouverez un « je » ou un pronom possessif (‘c’est vrai mon mec fait pareil !’ ‘Moi aussi j’aime trooop ! ‘ ‘ Ah moi je déteste ! Par contre avec la langue j’adore ‘), c’est valable dans la vie, sur internet, au téléphone… elles peuvent parler de leurs vies des heures.

Parler de vous

Il ne s’agit pas de paraître insensible, égoïste et narcissique, mais c’est la façon naturelle de prendre la parole dans un groupe de filles, elles y sont habituées. Je ne répèterai jamais assez qu’avoir défini 5 thèmes qui caractérisent votre vie est essentiel, si on ne sait pas se présenter en 5 thèmes comment prétendre parler de soi 10 minutes sans blanc ?

Sachez parler de vous pour qu’elles puissent parler d’elles. Plus elles parlent d’elles, plus elles se sentent en sécurité et vous avez un degré d’intimité élevé avec elles.

La faire parler d’elle

  •  Assertions (peu aussi être utilisé comme phrase d’accroche : ‘Je suis sur que tu as une Austin mini, tu conduis ton cadis comme une parisienne son Austin mini’), vous avez beaucoup de chance de vous tromper sur sa voiture, mais on s’en moque, puisqu’elle reprendra (après un sourire ou un fou rire) qu’elle a une Clio.
  • Placer des hameçons et s’attendre à ce que ça morde à n’importe quel moment. Dans l’exemple précédent l’hameçon serait parisienne (si vous etes en province, elle questionnera ‘tu es parisien ?’). On peut être interrompu à tout moment, n’essayez donc par de revenir en arrière si elle aborde un sujet important pour elle, elle pourrait se vexer. Exemple :

Elle : [bla bla] mais je dois aller chercher ma fille à l’école

  • Si vous continuez à parler de votre vie (‘… et comme je te le disais, après avoir vécu deux ans à Rio, je suis parti m’installer à Acapulco…’), elle peut se vexer. Une réponse osée serait :

et toi… qui vient te chercher au bureau ?

  • Ou bien plus enfantine

- faut pas que tu sois en retard, tu lui fais des tartines au Nutella à ta fille ?
– oui !
– Et c’est toi qui les mange j’imagine… etc.

Le fait qu’elle vous parle de sa fille ou d’autre chose de marquant dans sa vie, on appel ça une lifeline (ligne de vie en chiromancie). Récupérez ses lifelines, vous pourrez ensuite la lire lorsque vous aurez plus d’expérience. Si elle vous interrompt c’est que le sujet lui évoque quelque chose, l’idée lui est familière, elle a un avis dessus. Félicitations, vous lui avez donné envie de parler d’elle, de vous parler d’elle ;) Une fois lancée, il ne vous reste plus qu’à saisir les perches (lifeline) qu’elles vous tend inconsciemment (rappelez-vous : son sujet favori de discussion c’est elle) et de broder autour.

Avancé : Parler d’elle

Il s’agit ici de la lire (les américains appellent ça cold-reading) en tant que femme, fille, mère (parlez à ces trois personnalités qui sont en elle, et vous ne pourrez être que sexuer) Lui dévoiler des choses sur elle, faire le même genre de remarques positives que ses amies peuvent lui faire, ex : Tu parles comme une femme qui a beaucoup voyagé/ tu es très émotionnelle et tes amies doivent te le dire/je pense que tu es une fille qui a peur d’être seule, tu dois toujours avoir l’avis de tes amies, je suis sur que tes dernières vacances, c’était entre copines à Barcelone/etc. Si vous êtes en manque d’inspiration, lisez les horoscopes, ils donnent l’illusion d’être dans le vrai. Plus vous pratiquerez les femmes, et plus cette partie vous sera facile.

Les questions à poser à une inconnue que l’on aborde :

Il existe déjà de très bons conseils séduction traitant des premiers rendez-vous, ce que je veux rappeler ici, c’est qu’une fille doit parler plus que vous lors d’un rendez-vous. Passé les quelques premières minutes où vous pouvez la re-gamer comme au premier jour et utiliser les conseils de la première partie, relaxez-vous et laisser-vous aller, cependant, ne lui donnez jamais la maîtrise de l’espace et des gens (mener lors d’une date, changement de lieu – au moins une fois -, connaissances et validation sociale, etc) mais n’en rajoutez pas en démonstration de valeur verbalisée.

Une inconnue rencontrée 5 minutes auparavant, à laquelle vous demandez « comment tu te sentais lors de la rentrée des classes ? » ne vous ferra qu’une réponse très brève. La même nana assise en date vous pondra un monologue, et à la fin, vous dira « c’est bizarre, mais j’ai l’impression qu’on se connaît depuis toujours » Lors des rendez-vous donc, vous pouvez vous permettre d’utiliser les questions guidées et les questions ouvertes.

Les filles aussi ont peur des blancs conversationnels, le blanc crée de l’inconfort, vos questions (ouvertes, guidées) seront simplement la pour la rassurer. Rassurer les filles, rassurer les enfants, rassurer les clients, rassurer les français. Si vous apprenez à rassurer les gens et parler en public, vous irez loin, très loin.

Jibril

* Il faut sans cesse revenir sur la nécessité de l’ « inoffensivité » (le mot n’existe pas vraiment, mais c’est l’idée qui compte). Beaucoup d’hommes n’ont rien de bien méchant en eux mais sont si timides que leur mal-être se transforme en menace devant une inconnue, et l’effrayer est bien la dernière des choses qu’il faut que vous fassiez 

** Il m’arrive de réaborder, pour le fun, la fille avec qui j’ai rendez-vous de la même manière que je l’avais fait la semaine d’avant

 


Et rendez-vous le 26 avril pour le second volet de nos séminaires sur la manipulation : Obtenez ce que vous voulez. Plus vous réservez tôt, moins vous payez !
Adresse Email * Prénom *


11 COMMENTAIRES pour cet article.

  1. RRaphaël junior Etienne dit :

    Slt, Parfois j’ai du mal à aborder des filles que j’aime. J’aimerais que vous me donner des conseils,avec ce problème.Merci!

  2. MIKIDACHE dit :

    Bonsoir ! juste vous remercier de la lecon de pedagogie faite a notre adresse .j’ai beaucoup de plaisir et d’interet a en faire lecture Maitre .
    sinceres remerciements

  3. R3dFire dit :

    J’aime beaucoup ce topic, mais me répete tout le temps dans ma tête que ça sera impossible de l’apliquer, car, j’ai un gros défaut: je suis timide, et même peut être un peu trop.
    Il y a quelques heures, je marchais dans la rue, et j’ai vue un très belle fille passer à côté de moi, et quand on était proches, on s’est regardés droit dans les yeux… Je qu’elle aussi a ressenti quelque chose… Mais bien sûr, je suis tellement timide que je n’ai pas osé continuer à la regarder plus longtemps, ni à lui parler (Ce qui serait totalement impossible pour moi) Y a-t-il, s’il vous plait, un moyen de vaincre cette timidité?

  4. en-passant dit :

    Salut Jibril!
    Tres amusant ton article,je viens de decouvrir votre site.En le lisant je me rememorais la chronologie d’une renc. que j’ai faite ac une jf. renc. dans un club gay-friendly.Ce que tu as ecris est a 90/100 ce qui s’est deroule (questions ouvertes,sujets de discussion qui la fait parler d’elle,et memes details tres intimes au bout d’une heure.dire que je m’etais pointe seul dans ce club).La difficulte est en effet de pouvoir faire des connections en fontion de ses dires;Mais ecoute+spontaneite peuvent aider,comme tous les jours.

  5. Nico dit :

    Une simple question se pose à moi en lisant cet article: Comment définir sa vie en 5 thèmes? (quelques exemples seraient utiles à la compréhension).

    Merci.

  6. corsaire dit :

    moi je fuis les filles qui conduisent des austin mini.

  7. TêteHaute dit :

    Merci. Article clair et synthétique !

    Dérivons légèrement.

    Pour la partie « Moi-je » je crois qu’il est important de rappeler que les filles ne sont pas les seules à aimer parler d’elles. Parler de soi à des personnes qui nous écoutent sincèrement renforce notre sentiment d’importance. Ceux qui ont lu « Comment se faire des amis » de Dale Carnegie en savent quelque chose.

    De ce fait il est important d’être à l’écoute des autres (tant au niveau émotionnel que verbal, pour les filles) en séduction. Que ce soit pour nouer des amitiés ou non.

    Je n’aime pas l’impératif mais dans tout les cas vous vous devez de trouver chez la fille ce qui vous intéresse, pour l’écouter sincèrement mais pas seulement… Quelles que soient les relations sociales que vous avez, la sincérité est de mise. Après… à chacun ses principes disons.

    Bonne continuation à l’équipe de spikeseduction.com.

  8. Samuel dit :

    salut gars vous faites bon travail

  9. Samuel dit :

    vous bon les gars

  10. klarky dit :

    quel calvert,ça roule avec le sourire et les questions mais le plus dificile reste le finish c’est frippant….

  11. duneruealautre dit :

    Je commence mes premiers rdv assortis de méthodologie Spike et j’ai pris conscience de deux problèmes majeurs de communication.
    1) Je parle (-ais!) de factuel.
    2) J’ai du mal à poser des questions ouvertes/guidées et d’atteindre le côté emotionnel de manière naturelle. Si j’arrive à l’introduire par une question j’ai du mal à le prolonger.

    J’ai remarqué que mes frères et soeurs ont les même défauts, bien sûr en pire
    (!)

    Mais j’ai réussi à me sortir d’un guêpier:
    - »Quel personnage de bande dessinée aimerait tu-être?
    Elle réponds de manière minimale (en plus avec un personnage dont je n’ai jamais entendu parler). J’en profite pour lui demander qui est la bêbête, sourire franche de sa part.

    Il me manque de la pratique

Qu'en pensez-vous ?

 (Ne sera pas publiée)

Archives par mois