creer de la connexion

Finir « rebound guy » : le piège n°1 des sites de rencontre

Accueil > Articles séduction > Finir « rebound guy » : le piège n°1 des sites de rencontre

draguer sur InternetDans la lettre de la semaine, il est question de rencontre sur internet, de msn, de relation à distance et de relation virtuelle, mais aussi et surtout de rebound guy. Ca vous rappelle des souvenirs ?

Salut Stéphane,

Un jour, une nana m’envoie un mail sur un site de rencontres et me propose de faire ma connaissance. J’accepte et elle me donne son msn. On discute bien, le courant passe bien. Quinze jours plus tard, elle me demande mon numéro en disant qu’elle n’aura surement pas le courage de m’appeler. Des problèmes de connection chez moi m’empêchent de communiquer avec elle, puis plus tard, je me reconnecte, je lui envoie un p’tit coucou et là elle me propose de se faire une sortie ce w-e. Bien sûr j’accepte, on se donne rendez-vous. On se voit, on passe la journée ensemble, on va boire un verre. Elle m’explique que lorsqu’elle accroche avec quelqu’un sur le net, elle demande vite à rencontrer la personne. On se quitte et se disant on remet ça le w-e prochain. (Elle n’habite pas à Paris comme moi mais à 60 km en banlieue donc difficile de se voir la semaine, travaillant tous les 2). On se revoit donc le w-e prochain et moi dans ma tête je me dis, c’est aujourd’hui ou jamais. On se balade un peu et puis je l’embrasse et à partir de là, les choses bizarres commencent.

Tout d’abord, je la trouve très très distante (mais ça c’est depuis le début). Elle ne me montre aucune affection particulière (pas de bisou, pas de signes d’intérêt, …) Bon je me dis c’est le début ça doit être normal mais moi je suis plutot très affectif. On se fait un resto, on discute bien, tout se passe bien. On rentre chez moi, on se matte un dvd, puis naturellement étant donné qu’elle habite loin et qu’il est 3h du mat’, elle dors avec moi dans les bras l’un de l’autre mais je ne tente rien d’autre. De toute façon, je ne le sens pas, déjà qu’elle ne m’embrasse pas d’elle même. Le lendemain on se lève tard et on décide de bouger. Puis en se baladant, elle se met à pleurer. Je lui demande ce qu’il y a mais elle ne veut pas en parler et décide de rentrer chez elle.

3 jours plus tard, je l’appelle mais j’ai l’impression de la déranger donc j’abrège la conversation. Le lendemain, elle me contacte par msn et finit par se livrer: « Tu dois me trouver bizarre … et distante. En fait je suis un peu paumée en ce moment. La personne avec qui j’étais ne veut plus de moi … J’ai du mal à me mettre avec quelqu’un d’autre ». Bref elle me dit qu’elle a du mal à oublier son ancien mec et qu’elle est toujours amoureuse de lui.

Ensuite, elle me contacte uniquement par MSN, quand je l’appelle par tel elle ne répond pas et ne rappelle pas. Je lui propose de se voir et de sortir au ciné, au théatre, d’aller en teuf… mais à chaque fois elle a d’autres trucs à faire … Le fait qu’elle m’avait dit qu’elle était pas très bien actuellement a fait augmenter ma patience mais après 1 mois, je décide de la bannir de MSN, d’éffacer son mail et son numero de tel afin de me mettre fin à cette histoire.

Quelques semaines plus tard je découvre tes articles (qui m’auraient surement évité des erreurs). Un autre mois passe, et hier je reçois ce mail: « Salut, je voulais prendre de tes nouvelles, je ne te vois plus sur msn, tu es peut etre parti en vacances mais bon ça fait plus d’un mois ke pas de nouvelles ? a+ Xxxxxxxx « . Apparemment la demoiselle n’a pas compris que je l’avais zappée et à mon avis, elle me prend pour son pote. Que penses tu de tout cela ? Le problème est il venu de moi, d’elle ou des deux ?

Etant actuellement célibataire, je ne sais pas trop quoi faire. Je comptais répondre, pour en savoir plus, mais est ce une bonne idée ? Peut être que toute mon analyse est fausse, je ne détiens pas la vérité, seule toi la connaît. Une relation uniquement virtuelle ne m’intéresse pas, encore moins avec ma copine. MSN c’est sympa pour faire connaissance ou discuter avec des gens éloignés mais rien ne vaut le contact humain.

Bref, voilà ma pensée, à toi maintenant de me livrer la tienne. En tant qu’expert, j’attends ta réponse avec impatience.

Merci d’avance.

Bonjour,

Tout d’abord, tu as raison de t’adresser à moi. Que tu sois dans une situation inextricable ou bien que tu viennes à peine d’apprendre son prénom (ou les deux), dis toi bien que 99% des hommes n’ont aucune idée de la manière de gérer une relation, parce qu’ils ne se sont jamais posé la question. Certains peuvent courir 40km en moins de 2h30, d’autres amasser leur premier million avant 30 ans, mais ils n’ont aucune idée de la réalité du fonctionnement des femmes et courent de déroute en déroute, tout en se permettant de donner des conseils qui induisent encore un peu plus le monde en erreur. C’est pour comprendre la rationalité des femmes que j’ai étudié la sociologie, que je lis régulièrement un éventail de parutions allant du sérieux de la théorie évolutionniste à la mondanité des magazines, que je les interviewe, et que je conseille des hommes comme toi en quête de réponses à leurs questions. La contrepartie, c’est que mes réponses font parfois l’effet de la gifle de la leçon de réalisme, mais c’est pour ça que tu m’écris, n’est-ce pas ?

Elle est à la recherche d’un rebound guy

Reprenons ta situation depuis le début comme un archéologue se rendrait sur les lieux d’une fouille. Tu es inscrit sur un site de rencontres, il n’y a rien de mal à ça. Une fille te contacte, te propose de faire sa connaissance, puis te donne son adresse msn, puis te demande ton numéro, puis te propose une sortie le week-end. Rien que ça ?. Ce que tu raconte comme ça, l’air de rien, est un fait rarissime qui mérite d’être recensé dans les exceptions de l’année en cours. Tu te rends compte que les femmes, à fortiori sur les sites de rencontre où une cour d’imbéciles leur lèche les orteils, ne fait jamais ça ? Ton radar à problèmes aurait déjà dû t’alerter à cette époque. Mais ce n’est rien en comparaison de la suite.

Elle te demande ton numéro de son plein gré et tu ne prends pas le sien, mettant ensuite ton sort entre les mains de la technique, qui te lâche. Contrairement à ce que tu dis ce n’est pas elle qui a manqué de courage, c’est toi ! Les signes d’intérêt étaient plus gros que le World Trade Center avant 2001, et tu ne prend pas son numéro ; qu’est-ce qu’il te faut, qu’elle vienne sonner chez toi à minuit en nuisette ?

La première fois que vous voyez, vous passez une journée ensemble. Une journée… Commence par lire mes récits de rencontre, où as-tu vu que je passe une journée avec une inconnue que je vois pour la première fois ? C’est l’attitude la plus needy possible, tu sous-entends que tu n’as pas de vie et tu es aussi difficile à obtenir qu’un bon gros chien qui jappe en attendant qu’on lui envoie la balle encore et encore. Mais comme si ça ne suffisait pas, vous remettez ça le week-end suivant, où tu réalises enfin ta première bonne action : tu conclues. Avant de finir dans son lit, tout n’est que littérature, mais le premier baiser est déjà un pas de fait.

Dans les minutes qui suivent, elle reste à distance, ne t’embrasse plus, ne te montre aucun signe d’affection ni d’intérêt, et de là en déduis tout à fait logiquement que « ça doit être normal ». Dis-moi, tu t’es fait lobotomiser par des extra-terrestres ou quoi ? Sur quelle planète est-ce que les gens ne se touchent pas et ne se montrent aucune affection quand ils se plaisent ? A ce moment-là il fallait la battre à son propre jeu : elle fait un pas en arrière, tu en fais 3. Mais quand tu me dis « moi je suis plutot très affectif », je te vois de là affalé sur elle à tout bout de champ jusqu’au soir. Elle accepte de rester tard chez toi (miracle ou résignation, nul ne saura), et après l’avoir engluée toute la journée tu ne « tentes rien ». Erreur. Quand une fille s’attarde chez toi jusqu’à râter son dernier train, alors est venu le moment d’être un homme (de le jouer, au besoin), et d’aller découvrir la couleur de son string. Le secret de la séduction, c’est d’alterner, d’une fois sur l’autre, le détachement du moine zen et la détermination d’un samourai. Une femme ne pardonne jamais à un homme de ne pas avoir su saisir l’opportunité de la prendre.

Passons sur le fait que tu la rappelles 3 jours après son départ au lieu de la laisser de rappeler – pour mieux évaluer son intérêt -, elle finit par te vider son sac, et, honnêtement, le contenu t’a t-il tant surpris ? Cette fille t’a montré un intérêt démesuré avant de te connaître, puis se transforme en stalactite de congélateur, puis se laisse embrasser et vient dormir chez toi, puis disparaît dans la nature en pleurant. Quand une fille alterne le chaud et le froid avec autant d’incohérence, soit elle ne t’aime pas, soit elle est hanté par un fantôme du passé, soit les deux. A l’instant précis où tu as découvert être le rebound guy, tu avais l’occasion parfaite de la renvoyer avec ses fantômes et ses sites de rencontres à la recherche du pingouin idéal, mais non, tu rappelles, tu lui proposes des cinés, des théâtres, des fêtes… Pourquoi ne pas lui offrir une bague, un pavillon et une polo à toit ouvrant, tant que tu y es ? Après une relation, et à fortiori si c’est elle qui a été quitée, une femme passe par une période de sevrage pendant laquelle elle se montre d’un égoisme et d’une mauvaise foi sans bornes, et alors il n’y a rien à en tirer. Les meilleurs s’y sont cassés les dents, et pourtant en s’y prenant beaucoup mieux que toi, je sais de quoi je parle…

Le rebound guy : ni ami ni petit ami

1 mois plus tard, miracle – tout arrive -, tu te décides à te comporter en homme et à effacer son numéro. Voilà ta première action sensée. Elle vient de prendre un rebond de la part du rebound guy, et fatalement, selon le théorème bien connu qui veut que le rejet augmente momentanément l’intérêt de la victime, elle te recontacte. Tu me demandes si elle te prend pour son pote ? Mais même pas, aveugle ! Le rebound guy est moins qu’un pote, avec un pote on n’est pas aussi égoiste. « Le problème est il venu de moi, d’elle ou des deux ? » Des deux, mon neveu ! Tu prends pour cible une jeune veuve en reconstruction qui s’appuie sur toi comme un blessé sur le premier brancard venu, et de ton côté tu lui donnes les clefs de la maison pour bien te laisser ravager et qu’elle reparte avec les meubles. Je te parie ma killer veste que dans quelques mois cette fille repartira dans une relation normale avec quelqu’un d’autre, mais uniquement quand elle le voudra. Quand à la question de se demander si ce sera avec toi, est-ce la peine d’y répondre ?

Les femmes en convalescence, comme les très belles femmes, sont des dangers publics. Il faut fuir les premières comme la peste, et s’approcher des secondes uniquement lorsque vous ne pouvez vous en empêcher.

Stéphane

Adresse Email * Prénom *


Les commentaires sont fermés.

Archives par mois