apprendre a manipuler

Plus de confiance en soi = moins d’ego

Accueil > Articles séduction > Plus de confiance en soi = moins d’ego

confiance en soi

« Pride always comes before the fall »

L’apprenti-séducteur a généralement peu confiance en soi. C’est entendu. Mais cela n’empêche pas son ego d’enfler comme le fois gras d’une oie et de devenir très vite son pire ennemi.

Un élève de coaching séduction particulièrement fidèle m’a raconté, extraits à l’appui, l’aigreur d’un débutant qui, éconduit par la fille qu’il convoitait, est allé déverser son fiel sur un forum concurrent, accusant non pas lui-même bien sûr, ni l’absence d’intérêt de la fille, mais moi (!). La raison invoquée ?

Le téléphone doit être un outil de prise de rendez-vous, et non une scène de café-théâtre où vous lui raconteriez tel Franck Dubosc comment à 14 ans vous avez sauvé un Boeing 747 des flammes au dessus de la pampa afin de lui donner envie de vous revoir.

Comme dit Nietzsche, il y a 3 phases successives dans l’acquisition de la sagesse, et il suffit de regarder la réaction de quelqu’un à ses mésaventures pour deviner dans laquelle il se trouve :

  1. dans la première phase, on accuse les autres
  2. dans la seconde, on s’accuse soi-même
  3. dans la 3ème, la plus évoluée, on n’accuse plus. Ni soi, ni les autres.

Notre ami, dont j’ignore l’âge réel – mais remercions-le au passage, il me permet d’évoquer l’ego, ce point crucial du jeu intérieur – est resté coincé en phase 1. La faute à son ego, qui en dépit de tous les signes objectifs d’une méconnaissance de la séduction et plus largement du fonctionnement des gens, le convainc que cette fille devait le rappeler et devait le revoir. Et vous, où vous situez-vous ?

Les 3 erreurs vers lesquelles votre ego vous entraîne (vous éloignant ainsi de la confiance en soi)

3) Vous ignorez tous ses cartons rouges

Lorsque vous l’invitez pour votre première sortie ensemble, elle mentionne son début de mal à la gorge, la possibilité qu’une amie doive passer récupérer un meuble chez elle, et elle demande que « vous vous rappeliez » le jour même pour confirmer, etc. etc. Mais votre ego vous empêche d’émettre l’hypothèse qu’elle pourrait tout simplement ne pas être intéressée et se trouver tout un tas d’excuses pour vous annuler à la dernière minute.

Vous roulez, faites du 180 km à l’heure et vous ignorez superbement les panneaux « fin de la route à 500m » ; sincèrement, vous vous attendiez à quoi ?

2) Vous avez des mirages quant à son niveau d’intérêt

Vous l’avez vue une fois dans un bar pendant 15 minutes. Elle est blonde, elle est bronzée, ses hanches sont rondes, vous avez vu dans ses yeux des étincelles quand vous lui avez parlé (En réalité c’était les reflets du barman qui faisait la vaisselle derrière le comptoir) Mais vous êtes intimement persuadé que puisque vous ressentez quelque chose pour elle, il doit forcément en être de même de son côté pour vous.

Erreur. Les deux niveaux d’intérêt ne sont jamais corrélés, et c’est la pire malédiction de la séduction. « Je l’aime donc elle m’aime (au moins un peu) » est le postulat le plus faux et le plus destructeur de toute l’histoire des relations hommes-femmes.

1) Vous attendez tout des autres (et leur rejetez la faute)

Omettant tout simplement de considérer l’intérêt de la fille pour vous (intérêt qui peut être parfaitement inexistant, comme nous l’avons vu ci-dessus), vous décidez d’appliquer la méthode de X ou Y pour l’amener dans votre lit. Mais comme vous êtes pressé, vous lisez les articles en diagonale, et ce faisant vous omettez :

  • les conditions initiales de l’expérience : l’eau bout à 100°C certes, mais uniquement à la pression atmosphérique qui est la nôtre. Au fond des océans il en est tout autrement et il faut la porter (de mémoire) à 140 ou 150°C ! Quand vous essayez d’appliquer un conseil en sautant directement à l’expérience sans lire les conditions de réalisation, vous vous jetez à corps perdu dans l’échec, et ensuite :
  • vous accusez à tort l’auteur du conseil, racontant à qui veut l’entendre que vous avez appliqué ses dires à la lettre et que ça n’a pas marché. Faux, vous n’avez pas tout lu, et vous avez omis quelques détails que votre ego jugeait sans importance, mais qui sont la clef de voûte de tout l’édifice.

En face de l’échec, commencez par vous accuser vous-même, pour ensuite, s’il y a lieu, accuser les autres.

Tel est le premier secret de la confiance en soi.

Stéphane


Et rendez-vous le 26 avril pour le second volet de nos séminaires sur la manipulation : Obtenez ce que vous voulez. Plus vous réservez tôt, moins vous payez !
Adresse Email * Prénom *


6 COMMENTAIRES pour cet article.

  1. Nightflow dit :

    Et cela fonctionne aussi à l’envers
    Offrir des fleurs, payer un verre, aller la chercher en voiture. Des actes quasi  » interdit » pour l’apprenti PUA fonctionnent tout d’un coup très bien car le niveau d’intérêt de la fille est là, quand les CONDITIONS sont réunis. Comme disait Style devenir un « robot » en accumulant des technique n’est pas la meilleure chose à faire. Tout évolue, tout change.

    Donc prenez l’avion pour faire bouillir votre eau à 70 °C.

  2. QUESTION dit :

    Pas mal comme article :) Mais Spike, pour etre suivi, il faut se suivre.

    Ton ego ne t’interdirait-il pas de penser que ton article n’etait pas parfait ?

    PS : bien entendu, mal lire ton article et ne pas l’adapter a la situation mène souvent à l’echec.

  3. Sophie dit :

    Merci neoX pour cette mise au point nécessaire, je pense, au vu des commentaires que les hommes ont l’habitude de laisser sur ce site, et qui laissent entrevoir les affres de leurs égos surdimensionnés et d’un certain mépris parfois à l’égard des femmes qu’ils « chassent ».

  4. neoX dit :

    Les femmes sont des êtres humains… Nous les hommes ne sommes pas la pour les dresser mais vivre avec… et inversement Pas de méthode mais de la reflexion allié à une certaine technique … et du courage (au début et même après :P)

    Merci aux femmes de rendre nos vies passionnantes … LOL

  5. Flynn dit :

    Cet article ne dis pas qu’il faut s’accuser de tous les maux sur Terre dans le cas d’un échec. Au contraire la citation de Nietsche est claire : on commence par penser « c’est entièrement de leur faute », puis « c’est entièrement de ma faute » pour evoluer vers un « c’est fini, c’est passé, tournons la page ».

    Ici Spike traite de « c’est de leur faute », mais il ne faut pas tomber pour autant dans le « c’est de ma faute ». Il faut dépasser ce stade, « get over it » comme m’a balancé une A (une vraie en plus, A de chez A) dans des circonstances peu valorisantes à mon égard.

    Au fait Spike, tu as prévu de faire un article pour passer à la troisième étape (et donc encaisser complètement un échec, sentimental ou non) ?

  6. JR dit :

    Dans la seduction comme dans la vie en général chacun est 100% responsable de sa situation. Ce qui signifie ne Jamais rejeter la faute sur quelqu’un d’autre ou sur l’environnement.
    Bon article

Qu'en pensez-vous ?

 (Ne sera pas publiée)

Archives par mois