apprendre a manipuler

Apprendre à séduire seul, partie II

Accueil > Articles séduction > Apprendre à séduire seul, partie II

seduire seulContinuons notre réflexion sur l’apprentissage de la séduction en solo (qui s’est fait, dans mon cas, en abordant dans la rue), en ces temps glacés, de nez qui coulent et de marrons chauds. Voilà donc le cadeau de Noël pour les adeptes du bitume et des strapontins du RER A. L’article précédent traitait de deux croyances essentielles en journée (dont la fameuse tout le monde s’en fout), je vous invite à le relire. Et n’oubliez pas, très chers lecteurs, que le bonheur peut attendre sur un quai de métro, avec des talons vernis et un sac Daily Monop’ rose.

Ne le dis à personne

Il faut être conscient de la vie de la plupart des belles filles, elles se font souvent aborder par des inconnus, et sont habituées à ces débuts d’interactions. Elles ont des réponses et des attitudes qui sont devenus des réflexes. Vous êtes le trentième de la journée et croyez-moi, en cas d’échec, elle ne se souviendra pas de vous. En d’autres termes, si vous prenez un refus, elle n’ira pas le dire à votre patron ou à votre maman.

La vie est belle : les filles qui se refusent à nous ne se souviennent pas de nous, elles ne le diront à personne et quand bien même elles iraient le raconter : tout le monde s’en fout. Tout le travail effectué en Street Session, c’est d’enseigner comment imprégner la mémoire de notre belle inconnue de votre image, et de manière durable.

La croyance, la petite phrase qui précède l’interaction est la suivante :

« au mieux, elle ne se souviendra pas de moi, au pire… je coucherai avec »

Cette croyance (elle ne le dira à personne), associée à un lieu, est fondamentale : personne ne sait ce qui s’est passé à cet endroit. Il n’y a pas de plaque commémorative avec écrit « Ici, Jibril s’est pris un râteau le 15 janvier 1999 ». Le lieu (la rue ou le magasin où l’on se trouve) est à reconquérir à chaque fois, c’est la liberté totale ! Le lieu redevient vierge à votre départ et votre état émotionnel n’en dépendra pas. C’est pour cela que je classe cette croyance comme importante pour séduire lorsque l’on est seul.

Draguer, c’est reculer

Comme vu précédemment, notre belle inconnue aux talons vernis qui attendait son métro, a l’habitude de se faire aborder par les hommes. Pour nous, citadins sincères, comment s’écarter de cette masse de dragueurs et sortir du lot ?

Maintenant, dans certains bars et boites de la capitale, il y a des écrans qui retransmettent ce qui se passe sur le dancefloor ou au bar. On y voit les barmans préparer les cocktails, les gens danser, se parler, etc. Et puis je me suis attardé sur les mecs qui parlaient aux filles, qui se prenaient des râteaux. Tous ceci étant retransmis en live dans la salle d’à-côté, et j’observais en sirotant mon coca light du vendredi soir.
J’ai compris qu’étant un sujet sexué et drôle, ça pouvait faire super sujet de discussion, sympa à partager avec les filles assises à côté de moi. Alors je me suis mis à commenter ce qui se passait à l’écran, à faire le Thierry Roland de la drague, à inventer une vie à ces types qui se penchaient sur les jolies filles. Ce soir là, j’avais pris du recul par rapport à ce qui se passait sur la piste de danse, et j’étais reparti avec quelques numéros de filles qui m’avaient écouté.

Exemple avec notre inconnue aux talons vernis : Prendre du recul peut nous aider, toujours en restant léger, smiling. Lui dire qu’elle doit se faire aborder par des dizaines de mecs qui la trouvent belle, mignonne, charmante, que ça doit être dur à vivre.

M : Salut.
E : Bonjour
M : Ca doit être dur d’être une jolie fille comme vous.
E : (no answer)
M : J’imagine bien, des dizaines d’hommes doivent vous dire que vous êtes belle, mignonne, charmante…
E : :)
M : Je compatis. Moi-même avant j’étais beau, mignon et charmant. Mais j’ai arrêté.
E : Ah ?
M : J’utilise des patchs.
E : …
M : Vous avez une certaine classe et surtout de jolis souliers vernis. On dirait Cendrillon. Mais de là à dire que vous êtes belle, mignonne, charmante…
E : rire
M : Et après minuit qu’est ce qu’il se passe ?
E : …
M : (le métro arrive) Super ! le carrosse.
E : …
M : Ils ont prolongés les métros d’une heure le week-end, je pense que ça vous laisse un peu plus de temps…

Prendre du recul, c’est s’extraire 5 minutes de la scène, et décrire ce qui doit se passer dans sa vie, ce qui se passait avant, etc. Ici on parle d’elle de manière légère et non intrusive. Dans un article précédent on avait parlé de nous-mêmes. C’est à l’homme de le faire. Quand on lit les témoignages de rencontres dans les magazines féminins, une rencontre sur deux ressemble à « tout s’est passé en quelques secondes avec Pierre, c’était son regard. On s’est tout dit » Une femme ne peut pas en faire plus.

Ascenseur, métro, escalator. Quand une femme vous regarde plus de trois fois en 30 secondes, elle vous signifie « aborde moi s’il te plait, je ne sais pas le faire, je ne peux pas le faire ». Ce regard fuyant, vous le connaissez sûrement. Mais si… combien de fois étions-nous assis dans le tram/train/métro, à essayer de déceler un petit appel de phare supplémentaire de la fille avant de nous lancer – pour de vrai, cette fois – fille qui nous avait pourtant bien regardé une ou deux fois en rentrant dans la rame, et puis plus rien…

Une fois vous ou elle descendu. Au travers de la vitre (cf. article sur les barrières en séduction), on comprend qu’on ne se reverra jamais, et elle vous lance ce regard de deux secondes qui paraissent éternelles : le regard du « trop taaard » faisant écho au « Biiiip » des portes qui se ferment.

Et vous qui faites-vous ? La vie ce n’est pas la Freebox, on n’appuie pas sur pause et on revient en arrière. Une de mes manières favorites pour briser la glace :

« Salut je t’ai vu. Tu m’as regardé. Je t’ai regardé… on s’est regardé… Je me suis dit que tu n’allais jamais m’aborder, alors je suis venu le faire »

Une femme ne vous abordera jamais dans la rue ou les transports, et quand elle le fait, c’est mal. Les femmes savent séduire, mais jamais draguer. Pour la simple et bonne raison que c’est à l’homme de le faire, et que ça dure depuis la nuit des temps. Des milliards d’hommes ont abordé des milliards de femmes depuis des siècles, et ça continuera longtemps. Parce que c’est humain et c’est naturel. Ne pas aborder une fille qui nous plaît, c’est contre-nature.

Jibril, dragueur certifié AB (Agriculture Biologique)


Et rendez-vous le 26 avril pour le second volet de nos séminaires sur la manipulation : Obtenez ce que vous voulez. Plus vous réservez tôt, moins vous payez !
Adresse Email * Prénom *


12 COMMENTAIRES pour cet article.

  1. Wanis dit :

    Excellent article!

  2. Val dit :

    J’aime beaucoup.
    D’ailleurs à propos de tes phrases d’approche j’en ai utilisé une semblable bien que je n’avais pas encore lus l’article.

    Lors de mon voyage scolaire, je vois une fille qui me plait bien, seule dans le bus, je me dirige vers elle pour m’assoir à coté d’elle et lui lance « Je peux m’assoir ici ? Je suis malade lorsqu’il n’y a personne à coté de moi », la discussion s’est ensuite déroulée d’elle même.

    Merci pour tes articles Jibril :)

  3. toony dit :

    trop fort ce jibril, c vrai donner l impression d être différent de la concurrence c toujours un bon point

  4. Alpha-Man dit :

    Sympa l’article , j’ai bien aimé il faut dire que c’est un opner C & F , sexué il ya de tout le Dangereux cocktail de séduction à consommer avec modération ;)

  5. une fille dit :

    Le coup du « Ca doit être dur d’être une jolie fille comme vous » et tout ce qui suit, j’ai adoré. L’autre avantage que j’ai remarqué avec cette méthode d’approche et qui n’a pas été mentionné c’est le fait de ne pas attendre de réponse immédiate.
    Ca m’a toujours un peu déroutée les gens qui posent des questions super ouvertes juste après le « bonjour » (on les voit à peine venir et voilà qu’ils nous demandent de répondre quelque chose de constructif… :D) là au moins ça permet au gars de s’insérer dans le décor, de faire rire la fille éventuellement, et après elle est tout de suite plus encline à entamer un vrai dialogue :) Ce genre d’entrée en la matière désamorce automatiquement les défenses qu’on érige pour faire face aux « lourdingues » (en tout cas c’est comme ça que je fonctionne).

    « Une femme ne peut pas en faire plus. »
    –> oui, c’est malheureux mais on compte sur vous pour initier le premier mouvement…

  6. Foolish dit :

    Tellement vrai… Et pertinent. Bonne continuation !

  7. Syl20 dit :

    Tellement vrai! Pourtant il faut nous le répéter encore et encore.

    P.S: Je retiens l’image de la plaque commémorative qui est pertinente à souhait

  8. nelson dit :

    interessant .

  9. Hiche dit :

    ah mon dieu

    tes phrase d’approche c’est de l’or, et cette article et géant

    a quand « Apprendre à séduire seul, partie III »?

  10. Capt. Picard dit :

    J’adore ta facon d’aborder: c’est frais et léger.

  11. Alessandro dit :

    Simple et pertinent.

  12. Roland dit :

    Article excellent.

Qu'en pensez-vous ?

 (Ne sera pas publiée)

Archives par mois