apprendre a manipuler

Comment gérer une relation à distance de 9 semaines et demi ?

Accueil > Articles séduction > Comment gérer une relation à distance de 9 semaines et demi ?

relation à distance

Les relations à distance sont la plaie depuis l’invention de l’avion. La lettre de la semaine nous vient du monde du monde, d’où Daniel s’apprête à revenir. Quand d’autres se demanderaient si leur copine va les attendre à l’aéroport, il se demande plutôt s’il a toujours une copine. Relation à distance, quand tu nous tiens, on peut bien dire adieu prudence.

Stéphane,

Je suis parti au Japon pour une durée de 2 mois et demi, soit une relation à distance de presque 9 semaines et demi :) et ma copine a l’impression que je l’ai « abandonnée » suivant ses termes. Elle m’en veut et me l’a fait comprendre.

Avant, tout dans son comportement montrait qu’elle était vraiment très attachée et amoureuse : affection, attentions, complicité entre nous et ça se passait très bien au lit… Cela s’est un peu dégradé avant mon départ : petites engueulades et tensions, rapports sexuels un peu moins à la hauteur qu’auparavant, pleurs le jour du départ, elle me suppliait de rester.

Lorsque je suis parti son comportement a changé fortement et d’un coup. Plus autant de nouvelles, moins d’attentions et d’affections. Au début j’essayai d’en parler, je lui demandais ce qu’il se passait, pourquoi, si elle se détachait, mais j’avais l’impression que ça empirait les choses. Elle m’a demandé d’arrêter de me poser des questions car je n’avait pas de raison de le faire, que j’étais le premier mec avec qui elle envisageait son avenir. Progressivement cela s’est empiré et j’ai l’impression que son niveau d’intérêt a baissé continuellement. Du coup j’ai pris sur moi mais ça n’a pas changé grand chose au cercle vicieux.

Aujourd’hui j’ai peur d’être un dead man walking. Je rentre dans une semaine et je ne sais vraiment pas comment ça va se passer et que faire pour remonter la pente. A présent je l’appelle moins souvent, me détache un peu et j’ai l’impression que ça va un peu mieux. Il y a des éléments qui me font penser que tout n’est pas perdu, on arrive à rire, de temps en temps elle me dit que je lui manque mais il y a moins d’attentions qu’avant, moins d’affection. Je suis assez pessimiste. Cela me ferait vraiment très mal de perdre une personne comme elle, avec qui j’avais autant de complicité et d’amour réciproque et qui de plus envisage un avenir commun. Que puis-je faire pour que ça redevienne comment avant ?

Daniel

Konnichiwa,

Daniel, tu n’échappes pas à la règle qui m’a poussé à voter, à l’unanimité avec moi-même, l’arrêt de la publication des courriers de lecteurs : vos lettres survolent toujours les points importants. Mais, à t’imaginer seul dans Tokyo au milieu de la foule inconnue, j’ai eu envie (d’essayer) de te répondre. A défaut de retrouver ta route, puisse ce message t’aider à voir le chemin.

Réponse qui ne se basera que sur une impression générale : faute d’éléments tangibles – comme la durée de votre relation, par exemple – exit l’analyse un peu sérieuse et place à mon intuition. Tu as de la chance, elle me trompe rarement. Et au sujet des autres, jamais.

Une relation à distance typique

Dans ces conditions, donc, mon petit doigt me dit :

  1. Que ta « copine » (quelque soit ce que tu désignes par ce mot) t’aimait bien. Non parce qu’elle a pleuré à l’aéroport – on accorde toujours trop de significations aux pleurs -, mais simplement parce que son comportement a changé à l’approche de ton départ. Si, en guise de petit ami, tu n’étais que le petit fuck friend, ton départ se serait noyé dans sa liste de priorités, entre l’anniversaire de sa meilleure amie et son rendez-vous chez la pédicure.
  2. Qu’excité à l’idée de ton voyage au pays des ninjas et des nunchakus, tu as oublié qu’en deux mois et demi, se cachaient près de 10 semaines. Je ne sais pas quel âge a celle qui partage(ait) ta vie – ça aussi, ça n’aurait pas été inutile, comme information -, mais ce que je sais, c’est que 2 mois et demi, c’est plus long que les vacances d’été quand nous étions au lycée, et Dieu sait qu’elles semblaient ne jamais se finir… Bref, tu as confondu les mois et les semaines, mon garçon : 2 semaines et demi, il te suffisait de l’abreuver de coups de fil pour rester au dessus de la ligne de flottaison, mais en près de trois mois, Britney Spears aurait presque eu le temps de se marier 3 fois.
  3. Que vous n’avez pas assez parlé. Pour ceux d’entre vous qui ont assisté à mon séminaire « changez de vie », souvenez-vous du never leave things in the fridge, et à fortiori à l’approche de ce qui a tout de la mini relation à distance. Je parie un coffret de ma collection des dvd du Cosby Show que, les semaines précédant le départ, au lieu de creuser les non-dits, vous avez tous les deux creusé l’oreiller. Alors d’accord, je veux bien que le sexe après une dispute ait l’intensité du diable, mais la prochaine fois souviens toi qu’il y a un cerveau au bout de ton sexe, et ne pars pas un trimestre aux Bermudes en imaginant que l’emprunte de ton odeur laissée sur sa peau te préserve des tempêtes.
  4. Et maintenant, rame.
Et vous, qu’auriez-vous fait ?
Stéphane

Et rendez-vous le 26 avril pour le second volet de nos séminaires sur la manipulation : Obtenez ce que vous voulez. Plus vous réservez tôt, moins vous payez !
Adresse Email * Prénom *


12 COMMENTAIRES pour cet article.

  1. fattani toufik dit :

    je suis vraiment tros touché car j’ai méme problem je sais pas qu’est ce que de dire ms reste au courant et bonne courage

  2. Morgan dit :

    Puisque chaque histoire est différente, pour l’arrêt des commentaires sur les histoires de chacuns puisqu’il y a déjà réponse (il est vrai, libre à moi de les lires…).
    Une chose est sur: Pour la publication des courriers de lecteurs

  3. Daniel dit :

    Bonjour à tous. Alors le Daniel en question c’est moi! Quel n’a pas été ma surprise que de découvrir un ancien de mes post sur le site de Spike. Merci pour cette attention et dommage que je ne l’ai vu que maintenant!

    Pour information, cela faisait 8 mois que j’étais avec elle à l’époque et nous avons 21 ans tous les deux. Ma copine avait eu de nombreuses relations avant moi, mais elle me disait que j’étais la première personne avec qui elle considérait pouvoir vraiment s’engager.

    Pour reprendre les commentaires de spike :

    Je suis tout à fait d’accord avec le fait qu’on avait pas assez parlé. En fait à l’époque la relation m’étouffait un peu et c’est la raison pour laquelle je ne voulais pas qu’elle vienne avec moi. Je suis parti et quelque part j’ai fuis.
    J’ai fuis sans me rendre compte que 2 mois et demi ça fait 10 semaines, et je vous jure que j’ai compté les jours, soit 70 longs jours à être seul la bas, dans un pays où je parlais à peine la langue, où je connaissais presque personne, avec 7 heures de décalage avec la France. J’étais tout seul, et la personne que j’aimais et dont j’avais besoin se détachait de plus en plus de moi, alors que pour moi c’était l’inverse. Peut être la période la plus dure de ma vie :).

    Mais finalement j’ai survécu! Notre histoire à continuée tant bien que mal pendant encore 7/8 mois après que je sois revenu. J’ai ramé, oh ça oui j’ai ramé, et j’ai réussi par m’en sortir, réussi à redevenir assez détaché et distant.

    Finalement elle m’a quittée il y a un mois maintenant car elle en a eu marre d’être en couple, marre des obligations etc. Mais on continue à se voir, poussés par un désir commun.

  4. Sellibattant 69 dit :

    Par ailleurs, Spike ou Jibril parle d’indépendance et de l’importance de sortir du lot… pour conserver une certaine valeur…

    Il y a 10 ans, j’ai dit :
    « Nous deux c’est fini. Je pars pour (bla-bla prof)… Je sais que tu ne m’attendras pas. »

    Elle était à la gare à mon retour… Et j’ai fait la grande erreur de revenir avec elle, pour la virer 6 mois plus tard.

  5. quentin dit :

    Tout à fait d’accord avec notre amie morgane!En 2006 je suis parti 4 mois en afghanistan et je dois dire que sans msn/skype notre relation,bien que sérieuse,n’aurait peut-être pas tenu le coup…
    Mais après cette expérience et la joie des retrouvailles,notre histoire n’en a été que plus solide,donc courage!

  6. Morgane dit :

    Bonjour a vous tous!
    Je voulais juste apporter un témoignage féminin à ce type de relation.
    En effet j’en vis une en ce moment meme… Ma moitié est en france, moi en Irlande dans le cadre de mes etudes. Je vais faire une année entiere ici, en rentrant pour les vacances. A l’heure actuelle, cela va faire 4 mois qu’on ne s’est pas vu..

    Je suis entierement d’accord avec les commentaires qui ont précédé, en particulier sur la necessité de fixer l’avenir par un projet.
    Ensuite la communication est d’autant plus importante que la durée de séparation physique est longue. En temps normal, une femme a certes besoin de mots doux (tout comme les hommes bien evidemment) mais le regard de son copain l’est tout autant. On a besoin d’etre rassurée, au debut par des mots, et avec le temps, quand la complicité est vraiment au rendez vous, c’est votre corps et vos regards qui nous rassurent. Quand la relation est à distance, il n’y a plus ce lien visuel.
    Je conseille donc msn! ^^ Le plus souvent possible, nous branchons la webcam: si on n’a rien a se dire, qu’a cela ne tienne, chacun peut travailler de son coté, mais la webcam nous permet de garder ce lien visuel. Nous le savons tout les deux: sans ça, nous ne serions plus ensemble.

    A defaut de pouvoir utiliser une webcam, des photos de vous dans vos vie respectives sont un bon moyen je pense de garder ce lien. Les appareils photo numeriques et les mails seront tres bien repondre à ces attentes.

  7. Tgaud dit :

    Je ne peux pas te fournir une réponse quant au faite qu’elle t’attendra fidèle, ou non, car j’ai déjà eu dans mon entourage les deux possibilités.

    Cependant si tu t’interroges sur le pourquoi de son changement une fois parti, il est très simple.

    Tant que tu n’était pas parti, pour elle il y avais encore quelque chose à faire, donc point de repos, si elle voulais vraiment que tu restes, elle a du être très frustrée que tu décides de partir malgré toute ses tentatives, tant qu’il restait quelque chose à faire pour changer les choses, point de repos.

    Ensuite tu es parti, pour elle tout a changé, elle a perdu la course si on peu dire, donc il n’y avais plus grand chose à faire.
    Retour au calme, résignation etc.

    Je ne pourrais par contre pas te dire ou en es son niveau d’intérêt il y a trop peu de chose pour en juger.
    Si il n’y a eu personne d’autre dans sa vie il n’y a aucune raison pour que ça ne reparte pas.

    Après c’est vrai que les filles sont très rancunières sur la souffrance, donc tu t’exposes d’avantage à en prendre plein la gueule par les mots et les actes lors de votre prochaine dispute sérieuse, mais c’est un autre sujet;

  8. Ramzalelfe dit :

    Ayant vécu moi-même une histoire assez similaire (à l’exception -certes importante- du dénouement), je pense que mon témoignage pourrait en aider certains qui se trouvent ou se trouveront dans une situation semblable.

    Pour moi, il s’agissait d’un stage de fin d’année de DUT, d’une durée de 3 mois (12 semaines) qui se passait en Australie. Autant dire à l’autre bout du monde.

    Premier point : alors que le départ pour le stage était prévu en avril, j’ai commencé à poser les jalons en novembre ; lui dire qu’il était possible que je sois amené à partir aussi loin, pour une durée aussi longue. Nous avons abordé très tôt tous les non dits et discuté des « modalités » (ça, c’est privé, dsl…).

    Deuxième point : je lui ai aussi bien rappelé que, bien que je l’aimais, ce n’était pas pour elle ni pour aucune autre fille que je renoncerais à une possibilité du genre, qui transforme littéralement un homme. Selon la réaction de votre copine, vous saurez si votre couple aurait duré ou pas.

    Troisième point : L’ancrage. Il est extrêmement important, si vous désirez que votre couple tienne, de créer un lien pour le futur, quelque chose auquel l’autre (et vous même) allez pouvoir vous raccrocher. Pour notre part, cela a été le fait qu’elle me rejoigne en Australie après mon stage, pour un mois de vacances.

    Quatrième point : Chose presque impossible à éviter, les clashs. Vous aurez beau être un couple solide, il est très dur émotionnellement, pour un mec comme pour une fille d’ailleurs, de vivre une expérience de ce genre. On se retrouve en effet « prisonnier » de la relation à l’autre, devant subir les mauvais côtés sans avoir les contreparties (sexe et tendresse ^^). Vous n’avez que très peu de chances d’y couper.

    Cinquième point : Pour minimiser les effets du quatrième point, il est important que, vous comme elle, prévoyiez ce que vous allez faire du temps libre. Pour ma part, ça a été faire m’inscrire à des cours d’art martiaux. Non pas pour « tuer le temps  » (ç’aurait été une expérience bien mauvaise dans ce cas), mais pour m’améliorer en attendant de se retrouver.

    Cela fait maintenant 4 mois que nous sommes revenu d’Australie, toujours ensemble et heureux de l’expérience, dure certes, mais enrichissante.

    Voilà, j’espère que mon témoignage aura pu en aider certains.

    Ramzalelfe

  9. Greg dit :

    Tout d’abord, en décidant de partir et d’assumer de vivre ta vie d’homme qui sait ce qu’il veut, tu te retrouves confronter à tes responsabilités et aux conséquences. Tu as décidé ça, ça génère forcément des conséquences (le risque de faire des dégats dans ton couple).

    Ensuite, un peu de communiation avant le départ ne fait pas de mal (ça va passer vite…je serai fidèle…on s’appelle…on trippe même à distance…).

    Au japon : tu as décidé de partir, tu assumes, vous continuez à échanger, elle n’est pas contente, mais tu restes zen (ça tombe bien, tu es au japon lol) et tu avances à coeur ouvert car tu assumes. Loin d’elle, tu ne peux rien faire à part soigner la communication.

    Enfin le retour, tu descends de l’avion la tête haute car tu es un man, tu as vécu ton aventure, bref tu assumes. Ca va pas être tout de suite chaud bouillant, il va peut-être falloir la reséduire un peu, relancer la machine.

    Greg

  10. Lito dit :

    Il y a d’autres articles qui traitent des relations à distance, mais merci pour l’article Spike, toujours aussi bon style, et on aimerait que tu nous livre tes intuitions plus souvent :)

  11. benly dit :

    Je ne pense pas avoir de conseil à donner mais juste te faire partager ma propre histoire.
    Aprés 3 ans avec ma copine (enfin mon ex maintenant) j’ai vécu point pour point cette hisoire, sauf qu’à la place des 2 mois 1/2, je suis parti en stage de fin d’étude 6 mois à San Francisco. Pendant ces 6 mois j’ai vu notre relation s’effriter au fur et à mesure des mois, pour essayer de reconstruire quelque chose je lui ai payé son voyage pour venir me rejoindre mais ca na rien résolu ! aprés mon retour au pays, j’ai eu droit au fameux et leng…dary « il faut que l’ont parle »… je te laisse imaginer la suite.
    Je ne t’écris pas tout ca pour te mettre le moral dans les chaussette, mais les histoire à distance finissent mal en général.

  12. Pliskin dit :

    Daniel is Lost in trans(re)lation

Qu'en pensez-vous ?

 (Ne sera pas publiée)

Archives par mois