apprendre a manipuler

Aimez qui vous aime (et foutez les autres dehors), par Pierre

Accueil > Articles séduction > Aimez qui vous aime (et foutez les autres dehors), par Pierre

Bonjour Pierre,

Je viens tout d’abord aux nouvelles. Comment vas-tu? Ton article aborder une inconnue, le top des erreurs pour aborder une inconnue était joliment écrit et me permet de mieux observer les mecs dans leurs approches qui se montrent parfois indélicates… De mon côté, j’ai une petite histoire à te raconter. Il faut comprendre la fille comme une investisseuse dans ses relations affectives, une fille qui dénie le rapport sexuel au premier abord. Et elle possède un esprit rationnel. Ce qui fait que cette fille est plutôt du genre à prendre soin du mec et se montrer très coquine intimement dès qu’elle sent que le mec le mérite et la rassure.

D’ailleurs voici l’histoire: Lors d’une soirée avec des amis dans un pub, je suis parti parler à un groupe de mec (dont elle était présente) et j’ai obtenu la validation des mecs, et par leur intermédiaire la sienne. Mais elle voyait que je montrais que peu d’intérêt pour elle. Je prends le numéro de son pote, en me disant, je le revois et je la revois. J’appelle son pote un mardi pour organiser une soirée mercredi. Son pote est ok. Et le lendemain, c’est elle qui me répond. « Comme ça on organise une soirée pour prendre un verre ce soir? » et lui répond « Oui. Je serais avec des amis. D’ailleurs, on se voit se soir. » Ce soir là, on s’est croisé sans se voir. (Elle est arrivée beaucoup plus tard) Trop de monde, la soirée était soûlante… Je me suis barré. Et elle m’a envoyé un texto lorsqu’elle y est entrée dans le pub. Et lui répond que je suis déjà parti.

On s’échange quelques texto et le lendemain, on se voit pour aller boire un verre. Ca se passe super bien, elle pose beaucoup plus de questions que moi j’en pose. J’essaye de changer de sens dans le dialogue. Mais non, elle raconte ce qui lui importe dans sa vie, le boulot, ses amis…etc. Surtout le boulot, elle en parle beaucoup. Je ressens à travers ça une personne stressée qui essaye de s’évader. Je ne l’embrasse pas et lui dit que l’on se reverra. Elle monte dans le bus et s’en va. Elle m’envoie un texto immédiatement. Pour dire qu’elle a passé une bonne fin de journée. Je ne réponds que le lendemain, sans faire référence à son commentaire.

Le week-end, on le passe sans se voir et on s’échange des texto. Je deviens plus entreprenant. Ce qui semble lui plaire.
Je lui propose de se voir le dimanche. Elle ne peut pas, et me propose le lundi.  OK. Le lundi, elle fini tard, mais elle m’appelle 2 fois pour savoir si ça ne me dérangeait pas de la voir tard. Mais qu’elle était super fatiguée. Et qu’elle préférerait être en forme pour qu’on se voit. Je lui propose jeudi soir. Et là, c’est ok encore.

Le mardi arrivant, elle me dit que jeudi elle ne peut pas, donc absolument mercredi si je peux. Re ok. Le mercredi arrivant, je la retrouve et elle semblait un peu tracassée. En effet, sa chef venait de lui donner un boulot à faire pour le lendemain matin. Mais là, elle se veut rassurante et me dit ce n’est pas grave, je le ferais en rentrant tout à l’heure. On va passer une bonne soirée. Et moi, j’allais dans son sens. Je l’amène dans un lieu sympa. On est l’un à côté de l’autre. Et on discute pendant presque 2 heures. Au moment, où j’ai fait la bêtise de lui montrer un autre endroit… Elle me dit « allons-y! » Sur le chemin elle me dit, bon, je prendrais le taxi pour rentrer alors.

Arrivé dans ce lieu, l’entrée est payante et très chère. Je lui dis, bon on va changer de plan. Et là, elle me dit, ce n’est pas grave. Et on s’en va. Je la voit se diriger un peu à l’aveuglette, elle ne m’écoutait plus. Jusqu’au moment où elle dit, je vais rentrer, « J’ai trop de boulot qui m’attend, tu m’accompagnes au bus? ». Sur le moment ça m’a perturbé. Et ça m’a soûlé. J’ai insisté pour quelle reste (première erreur). Elle semblait perplexe et considérait ma réaction comme excessif et colérique. (ça devait être le détachement que j’ai mis lorsque je lui ai dit bon, bah vas-y, moi j’y vais de mon côté) Cette dernière remarque l’a énervée. Et m’a demandé de lui expliquer le chemin. Chose que je fais et finalement décide de l’accompagner (il faisait nuit ça aurait été abusé…)

Sur le chemin, elle semblait dans un égarement le plus total. Jusqu’à que je lui dise « mais en fait, tu me fuis? C’est pas élégant ». Elle me répond: « peut-être, mais là, je ne te comprend pas, je ne comprends pas pourquoi tu t’énerves ». Elle avançait vite, et je l’arrête, et l’embrasse. Elle se laisse faire. Et lui dis « je ne le donne pas à n’importe qui. » Elle sourit, mais son visage change d’un coup, ‘faut que je m’en aille ». Et on se prend la main, on se sépare, on s’embrasse. Et on arrive à l’arrêt de bus, je lui dit « c’est significatif » avec un gros sourire. Et elle me répète, « je ne te comprends pas » je l’embrasse une dernière fois. Et elle me dit: je t’appelle ». Sachant qu’elle ne le ferait pas.

Je lui ai envoyé un message (j’aurais pas du) juste après qui est : « Je tiens à m’excuser de mon comportement un brin excessif. Mais en aucun cas, le fait de vouloir passer du temps avec toi ». Elle ne répond pas. Le lendemain, je lui pose la question si « elle a pu finir à temps son travail ». Pas de réponse.

Le surlendemain, je l’appelle, je ne fais aucune allusion à la soirée, on rit un peu. Et lui demande si elle m’accompagne toujours au théâtre comme on s’était convenu. Elle me dit « je ne sais pas. »   »En fait, tu ne sais pas si tu veux ou peux me voir? » elle répond c’est une très bonne question, je ne peux pas rester. J’insiste un peu et me répond que dimanche elle ne peut pas. Je te rappelle. »

Comme c’est une investisseuse, je me suis permis ce message « Je tenais juste à te dire que je suis à l’aise avec toi et de discuter avec toi. Et je n’ai pas envie de perdre cette dynamique ». Elle répond 10 heures plus tard. « Suis désolée, tu m’as appelé au mauvais moment. Mais en ce moment, je n’ai vraiment pas de disponibilité. »

Conclusion, c’est mort. Mais je suis du genre casse-cou. Et apprécie les retours de situation. Si tu as des idées. Je suis preneur.

Je te remercie par avance.

Damien

Bonjour Damien,
Merci pour ton courrier. A l’heure où je t’écris ces lignes, je suis au jardin des Tuileries, un endroit  que j’affectionne tout particulièrement en cette saison.
Les gens ont le sourire aux lèvres et flânent le long des allées. Le soleil me chauffe les joues, une brise légère s’engouffre sous ma chemise, il ne m’en faut pas plus pour me rendre heureux.

Ignore moi, j’aime ça

Mais revenons en à cette femme qui a réveillé en toi cette fougue des premiers instants. Tout d’abord je tenais à te féliciter, tu as été extrêmement astucieux. Tu as compris que  socialiser avec ses amis te ferait marquer plus de points que de foncer tête baissée sur cette fille. Résultat : tu suscites sa curiosité et titille son égo en faisant mine de l’ignorer (1ère barrière)  Ce comportement est extrêmement attirant car c’est le comportement qu’adoptent au naturel, les hommes qui connaissent bien les femmes.
D’ailleurs, quelques jours plus tard, c’est elle qui prendra l’initiative de te recontacter. A ce moment là, son niveau d’intérêt crevait le plafond et tu as du te sentir pousser des ailes.

Incarner le manque

Vous deviez vous croiser lors d’une soirée, mais cela ne se produit pas. Ton absence éveille en elle la sensation d’être passé à côté d’une opportunité. (2ème barrière)
Tu incarnes désormais le manque dans son esprit.
Cette combinaison d’ingrédients va jouer en ta faveur et te permettre d’obtenir un rendez vous dès le lendemain. Jusqu’ici, c’est un parcours sans faute.
MAIS…. Et oui, il y a un mais, qui va te conduire à (l’ascenseur pour) l’échafaud

Viens le jour du premier rendez vous. Tu as rencontré cette fille qui te plaît et tu ne veux faire aucune erreur, tu avances donc à pas de loup.
Malheureusement pour toi, cette fille te plait autant qu’elle altère ta lucidité. Dans tous les cas tu semble bien aveuglé, car tu ne vois pas les grosses ficelles qu’elle actionne lorsqu’elle te déroule son numéro de « je suis une investisseuse, je possède un esprit rationnel,  je veux un mec qui me mérite. » Que crois tu qu’elle est en train de faire ?
Je te le donne en mille, elle te teste ! Elle te jauge sur tes croyances, tes valeurs, ton attitude. Volontairement, elle met la barre très haute en te faisant part de ses critères de sélection. Elle veut vérifier qu’elle ne s’est pas trompée sur la consistance de l’homme qu’elle a rencontré. Désormais, deux chemins s’offrent à toi:

  1. Ne pas la contrarier, rentrer dans son cadre de référence et lui faire comprendre que tu acceptes les nouvelles règles qu’elle vient de fixer.  Je suis une investisseuse, mérite moi à  Te soumettre à ses désirs.
  2. Lui dire que tu as bien entendu son discours, mais que tu ne vas pas changer tes convictions pour elle. Et que non tu n’es pas ce genre d’homme! Non tu ne vas pas chercher à la mériter ! à Te comporter en homme.

8 erreurs se sont glissées dans cette rencontre

  1. Erreur N°1 : Tu ne le sais pas encore mais tu viens de te planter ton premier clou dans le cercueil en choisissant l’option N°1. Car à partir de ce moment là, tu ne joues plus avec tes propres règles mais selon les siennes.
  2. Erreur N°2 : Tu nous dis que tu deviens plus entreprenant par SMS, hum…Cela ne présage rien de bon pour la suite. Tu te comportes de façon plus entreprenante par SMS que tu ne l’as été lors de votre premier rendez vous. Ca ne colle pas, ton attitude n’est pas cohérente avec l’homme qu’elle connait. Cette incohérence est en train de créer un climat d’anormalité.
  3. Erreur N°3 : Lorsqu’elle te propose de décaler le rendez vous plusieurs fois de suite en prétextant la fatigue, il avait baleine sous gravillon. Un indice aurait pourtant du te mettre la puce à l’oreille. Ne trouves tu pas étrange que cette fille qui insistait tant pour te voir soit désormais aussi peu disponible ? Pour des questions de confort, une femme vous dira rarement « non » en toute franchise. Elle préfère avoir recours à la technique du « différé » : je suis un peu fatiguée/occupée en ce moment mais on se rappelle plus tard. Qui aurait du sonner dans ton esprit comme « Je ne sais pas trop comment te l’annoncer mais j’ai je préfère que tu prennes tes distances avec moi »
  4. Erreur N°4 : Malgré la tempête qui se profile, tu décides d’insister. Tu ignores tous les signaux contradictoires et tu arraches, à force d’insister, un second rendez vous. Un rendez vous si l’on veut…Car même si ceci à la couleur et l’odeur d’un rendez vous ce n’en est pourtant pas un. D’ailleurs, tu ne vas pas tarder à t’en apercevoir car elle n’est pas venue les mains vides ! Elle s’est préparé un alibi en béton : un soi disant boulot pour le lendemain. Une excuse en béton qui lui permettra en cas d’urgence de mettre les voiles sans créer d’incident diplomatique. (Probablement l’une de ses 10 excuses favorites.) Tout est en place, ne lui reste plus maintenant qu’à attendre le bon timing pour te laisser au bord du chemin. Le changement de lieu sera parfait pour l’occasion pour elle de t’assener le coup fatal
  5. Erreur N°5 : Tu ne sais décidément pas décoder le langage des femmes.J’ai trop de boulot qui m’attend, tu m’accompagnes au bus ? Là tu aurais dû comprendre : « Je suis lassé de cette soirée à laquelle je suis venue parce que tu as beaucoup insisté. C’était une erreur, je vais maintenant rentrer et je ne veux plus te revoir » Le contrôle de la situation t’échappe et tu perds complètement ton sang froid
  6. Erreur N°6 : Tu insistes pour qu’elle reste.
  7. Erreur N°7 : Tu fais un caprice en  lui disant que tu vas la planter.
  8. Erreur N°8 : Tu l’embrasses au forcing. Mais qu’est ce qui a bien pu te passer par la tête ? Lorsqu’elle t’a demandé de la raccompagner, tu aurais du couper court en prétextant une urgence. Ensuite sur le chemin du retour, il te suffisait d’effacer son numéro de téléphone de ton répertoire téléphonique et cette fille de ta mémoire.

Une fille qui vous apprécie opposera il est vrai quelques petites résistances pour ne pas passer pour « une fille facile ».  Mais arrêtez de croire que les femmes sont des êtres dénuées de toute logique sentimentale. Sauf exception, une femme a qui vous plaisez vous facilitera les choses (et à vous les compliquera dans le cas contraire)

Aimez qui vous aime (Voltaire), et pour les autres, foutez-les élégamment dehors.

Pierre, coach pour spikeseduction

Cet article vous a plu ?

Suivez notre flux RSS ou inscrivez-vous à notre newsletter


Et rendez-vous le 26 avril pour le second volet de nos séminaires sur la manipulation : Obtenez ce que vous voulez. Plus vous réservez tôt, moins vous payez !
Adresse Email * Prénom *


13 COMMENTAIRES pour cet article.

  1. Ascagne dit :

    Piano, a titre d’exemple : regarde les articles d’un certain Blusher, et tu te rendra compte qu’il écrit a sa façon, et même si elle est influencé, elle n’est pas emprunte de mimétisme.
    C’est comme de dire que Thomas Dutronc a du talent. Tu peux le dire, si tu ne connais pas ce que fait son père. Mais même s’il est vrai qu’on ne demande pas a un rédacteur d’en avoir, on attend de lui qu’il ne nous donne pas un sentiment de déjà vu.

  2. Piano dit :

    Mince, je vais devoir éviter les Tuileries pour éviter de ressembler à Pierre ! Etc, etc. !

    Tout a déjà été inventé depuis belle lurette, on ne fait que piocher de ci, de là. C’est donc normal d’être influencé par le style écrit de Stéphane, comme par ses profs / parents / amis… Comme eux le sont aussi !

    Ce qui rend unique quelqu’un c’est l’assemblage des éléments retenus, et ce que cette personne en fait…

  3. Stéphane dit :

    Pierre ? M’imiter ? Non, pas son genre :)

  4. Ascagne dit :

    Intéressant cet article. Mais pourquoi imiter le style de Spike d’une façon si évidente et maladroite ?
    De l’ntro ou monsieur essaye de démontrer son style de vie au top, mais qui est tout bonnement hors sujet, à la structure du texte vu et déjà vue chez Stephane ; Il faudrait comprendre qu’un bon auteur est d’abord un auteur qui a un style à part entière. Je ne sait pas si le maitre des lieu impose un formatage à ces coachs, mais un homme, un vrai, se doit de démontrer sa propre personnalité. Malheureusement, tout au long de ces lignes, aucune n’apparaît.

    Maintenant, je trouve les conseils de pierre tout a fait judicieux. Je ne critique que la forme.

  5. king dit :

    J’ai oublié de préciser au début du message que je reprenais le courrier point par point. ;)

  6. king dit :

    Compte rendu très intéressant!

    ‘Ce qui fait que cette fille est plutôt du genre à – prendre soin du mec et se montrer très coquine intimement dès qu’elle sent que le mec le mérite et la rassure – .’

    o0
    Comment tu peux savoir ça?

    ‘Mais non, elle raconte ce qui lui importe dans sa vie, le boulot, ses amis…etc. Surtout le boulot, elle en parle beaucoup’

    Bel investissement, je ne sais pas sur quel ‘ton’ elle a abordé tout ça, mais elle t’a filé des infos interessantes sur elle.

    ‘Je lui propose de se voir le dimanche. Elle ne peut pas, et me propose le lundi.  OK. Le lundi, elle fini tard, mais elle m’appelle 2 fois pour savoir si ça ne me dérangeait pas de la voir tard. Mais qu’elle était super fatiguée. Et qu’elle préférerait être en forme pour qu’on se voit. Je lui propose jeudi soir. Et là, c’est ok encore.

    Euh.. Tu proposes, elle ne peut pas.
    Elle propose, et avant le moment M elle te demande si ça ne te ‘dérange’ pas de la voir tard ET ‘fatiguée’ .

    —> Ce n’est pas ton problème.
    Tu veux passer un moment avec elle.
    C’est prévu.
    J »aurais par exemple dit :
    Ok, on se voit.. Pas d’inquiétude ;) – où un truc du genre..

    Le mardi arrivant, elle me dit que jeudi elle ne peut pas, donc absolument mercredi si je peux. Re ok. Le mercredi arrivant, je la retrouve et elle semblait un peu tracassée. En effet, sa chef venait de lui donner un boulot à faire pour le lendemain matin. Mais là, elle se veut rassurante et me dit ce n’est pas grave, je le ferais en rentrant tout à l’heure. On va passer une bonne soirée. Et moi, j’allais dans son sens. Je l’amène dans un lieu sympa. On est l’un à côté de l’autre. Et on discute pendant presque 2 heures. Au moment, où j’ai fait la bêtise de lui montrer un autre endroit… Elle me dit « allons-y! » Sur le chemin elle me dit, bon, je prendrais le taxi pour rentrer alors.’

    À te lire – elle – on dirait que tout un monde s’écroule autour d’elle a chaque événement. Certes ce n’est pas agréable d’avoir à faire un boulot en pleine soirée.
    (mensonge ou pas) Mais oui, tu la rassures, elle le fait réciproquement.
    Comme Pierre fait tres justement remarquer le fait de faciliter les choses.

    ‘Au moment, où j’ai fait la bêtise de lui montrer un autre endroit… Elle me dit « allons-y! » Sur le chemin elle me dit, bon, je prendrais le taxi pour rentrer alors.’

    Parfait. Elle prend une initiative.

    ‘Arrivé dans ce lieu, l’entrée est payante et très chère. Je lui dis, bon on va changer de plan. Et là, elle me dit, ce n’est pas grave. Et on s’en va. Je la voit se diriger un peu à l’aveuglette, elle ne m’écoutait plus. Jusqu’au moment où elle dit, je vais rentrer, « J’ai trop de boulot qui m’attend, tu m’accompagnes au bus? »’

    Aie. Par contre, c’est peu élégant.
    Tu parles d’un endroit, l’idée d’y aller viens d’elle. Tu la suis (et/ou l’inverse) 
    Arrivé la tu change de ‘plan’ parce que c’est trop cher..
    Note pour la prochaine fois : Te renseigner un peu sur l’endroit pour faciliter les choses. ;)

    Aussi, tu as l’air de beaucoup l’observer.
    Tu peux rater un moment d’une petite taquinerie à vouloir interpréter son tic de visage. ;)

    ‘Sur le moment ça m’a perturbé. Et ça m’a soûlé. J’ai insisté pour quelle reste (première erreur). Elle semblait perplexe et considérait ma réaction comme excessif et colérique. (ça devait être le détachement que j’ai mis lorsque je lui ai dit bon, bah vas-y, moi j’y vais de mon côté) Cette dernière remarque l’a énervée. Et m’a demandé de lui expliquer le chemin. Chose que je fais et finalement décide de l’accompagner (il faisait nuit ça aurait été abusé…) …
    Sur le chemin, elle semblait dans un égarement le plus total. Jusqu’à que je lui dise « mais en fait, tu me fuis? C’est pas élégant ». Elle me répond: « peut-être, mais là, je ne te comprend pas, je ne comprends pas pourquoi tu t’énerves ». ‘

    Justement, la ‘dynamique’ ici baisse considérablement.

    Ce souvenir là lui servira de référence décisionnelle à l’avenir.
    Ok tu as fait l’effort pour le rdv, Ok tu l’as emmené à differents endroits, et LA,
    Tu lui fais une mini crise..
    Elle l’a enregistré. Elle ne veut pas de ça, surtout pas le premier soir.

    ‘Elle avançait vite, et je l’arrête, et l’embrasse. Elle se laisse faire. Et lui dis « je ne le donne pas à n’importe qui. » Elle sourit, mais son visage change d’un coup, ‘faut que je m’en aille ». Et on se prend la main, on se sépare, on s’embrasse. Et on arrive à l’arrêt de bus, je lui dit « c’est significatif » avec un gros sourire. Et elle me répète, « je ne te comprends pas » je l’embrasse une dernière fois. Et elle me dit: je t’appelle ». Sachant qu’elle ne le ferait pas.’

    Pour le coup, tu peux la comprendre à ce moment la : tu lui parles en message codé. Elle ne peut pas comprendre le sens de ton message sous prétexte que tu le ponctues par un sourire.
    Ça m’a immédiatement fais pensé aux comédies romantiques hollywoodiennes.

    ‘Je tenais juste à te dire que je suis à l’aise avec toi et de discuter avec toi. Et je n’ai pas envie de perdre cette dynamique’

    Non! C’est le genre de phrase à sortir à la fille avec qui tu es depuis quelques mois. – Sans la  partie finale du message, l’histoire de la dynamique fait plus ou moins savoir que tu parles de la dynamique de ‘flirt’ .
    Elle n’est pas dupe.

    La solution est donnée à la fin de la réponse de Pierre: Tu effaces son numéro de ton telephone, et elle de ta mémoire. ;)

    C’est sympa de faire ce compte rendu, 
    Il met en lumière tes erreurs, auxquelles tu auras plus de facilité à éviter lorsque une situation similaire ‘de résistance’ se présentera.

    Je te conseille d’éviter toute implication émotionnelle prononcée dans les premiers rendez vous. Ça jouera en ta défaveur et tu te feras du mal.
    Comme la déception à la fin du rdv.
    L’insistance un peu maladroite à montré que tu tenais VRAIMENT à ce rendez vous.

    Si elle, te disais cette phrase à la fin du premier rdv : 
    - Je tenais juste à te dire que je suis à l’aise avec toi et de discuter avec toi. Et je n’ai pas envie de perdre cette dynamique - 
    Comment tu le prendrais? Réponds y toi même le plus honnêtement possible. ;)

  7. Pat dit :

    Tres interessant

  8. Gari dit :

    « Je lui propose de se voir le dimanche. Elle ne peut pas, et me propose le lundi. »

    Qu’est-ce qu’une fille qui semble dédiée à son travail peut bien avoir à faire un dimanche ? La suite de l’histoire montre qu’elle ne voulait pas aller plus loin. Je me serais arrété là.

    Par ailleurs, tu envois bcp trop de textos à mon goût…

  9. Stéphane dit :

    +1

  10. ManOrAstroman dit :

    Je n’ai pas lu le courrier en entier, je me suis arrêté ici :

    « Elle me propose le lundi. OK. Le lundi, elle fini tard, mais elle m’appelle 2 fois pour savoir si ça ne me dérangeait pas de la voir tard. (…) Je lui propose jeudi soir. »

    T’as eu peur de pas trop dormir et d’être fatigué le lendemain? Le lendemain, tu passais un examen important pour ne pas profiter de la vie à ce point?

    Justement, les rendez-vous, qui commencent tard, et qui se finissent tard, en début de semaine à l’affront du quotidien sont les plus puissants et les plus excitants.

    Si vraiment y’avait un feeling de dingue entre vous deux, vous vous seriez vu dès le lundi soir à partir de 22h30. Elle aurait été d’un coup plus du tout fatiguée, et vous auriez fini la nuit à 3h du matin chez toi pour ne plus dormir du tout… et le lendemain tu te serais levé à 7h bizarrement avec une forme que tu ne te connaissais pas.

    Elle t’aurais envoyé un texto dans la journée pour te dire qu’elle est au boulot, fatiguée, mais heureuse…

  11. BS dit :

    « Le soleil me chauffe les joues, une brise légère s’engouffre sous ma chemise »

    Punaise, on arrivera bientôt au strip-tease, digne d’un film du soir sur TMC ;-)

  12. Unfixed dit :

    Pierre, Le killer :)

    J’ajouterais que s’énerver parce qu’on a pas ce qu’on veut est disqualifiant dans des proportions vraiment importantes aux yeux d’une femme (grande preuve de manque de maîtrise de soi et d’immaturité)

    Ajouter à ça le fait de s’excuser de l’avoir fait puis de brandir en étendard son « besoin » impérieux de la voir et c’est la plongée brutale et fatale dans des eaux glacées et noires, façon Titanic.

    Pourtant le début était maîtrisé avec grand panache.

  13. Rose Selavy dit :

    « Je tenais juste à te dire que je suis à l’aise avec toi et de discuter avec toi. Et je n’ai pas envie de perdre cette dynamique.»

    C’est effrayant un tel message, vraiment..

Qu'en pensez-vous ?

 (Ne sera pas publiée)

Archives par mois