creer de la connexion

Pour en finir avec la jalousie, par Frédéric

Accueil > Articles séduction > Pour en finir avec la jalousie, par Frédéric

Comment stopper la jalousie ?

La jalousie… Voilà un sujet qui revient souvent sur le forum de SpikeSeduction, par exemple quand un membre est confronté à une infidélité ou quand il nous parle de sa récente rupture. Parfois, la situation est un peu plus originale, comme quand il ne pardonne pas à sa copine d’avoir fait des photos coquines, pourtant purement professionnelles et se demande finalement pourquoi, sans en avoir vraiment conscience, il ne se pardonne pas de l’avoir « perdue » – comme si les gens pouvaient nous appartenir. Bref, chaque semaine ou presque, quelqu’un vient ici révéler sa jalousie et/ou ses insécurités affectives, souvent à son corps défendant.

Il est grand temps d’en finir avec la jalousie. Masculine bien sûr, mais également féminine : si votre compagne est jalouse, restez avec nous, la suite vous concerne aussi. Stéphane le dit dans le séminaire relations longues, la jalousie n’est pas un signe d’intérêt, c’est un trait de caractère. Donc si vous croyez que votre copine tient à vous sous prétexte qu’elle vous fait régulièrement des scènes, vous vous trompez, lourdement. Et si vous pensez être très amoureux d’elle parce vous êtes jaloux, vous vous trompez plus encore.

La jalousie, c’est un problème qu’on a avec soi-même, pas avec les autres. Vous n’en croyez pas vos yeux ? Relisez la phrase précédente. Toute est question d’estime de soi, de narcissisme, ou, si vous préférez, d’ego.

La compétition, cette illusion du jaloux

Notre société est compétitive, c’est un fait. Aussi, la dernière fois que votre relation a pris fin et que vous avez croisé votre ancienne petite amie au bras d’un autre, vous vous êtes demandé « mais qu’est-ce qu’il a de plus que moi celui-là ? » Peut-être la question fut elle formulée en termes plus crus relatifs à la musculature, la longueur de certains attributs ou le supposé déficit intellectuel de votre concurrent. Cela vous dit quelque chose ? Cette angoisse que vous avez ressentie en découvrant que votre belle cherchait Nick sur Meetic ou Bob sur Adopte, et surtout en imaginant qu’elle allait le rencontrer et qu’elle serait mieux avec lui qu’avec vous, c’est une sensation familière ? Bien. Je vais vous révéler un secret : vous ne serez jamais le meilleur en tout.

Quid ? Nous sommes sur un site de « développement personnel » et de séduction, et je suis en train de vous dire de ne pas chercher à être l’alpha de service ? Oui, réfléchissez deux minutes : les riches ont généralement de très belles femmes, n’est-ce pas ? Les mannequins, les footballeurs, tout ce que notre société compte de stars et de starlettes se veut bien accompagné ? Soit. Maintenant :

  1. Croyez vous que toutes les femmes belles et intéressantes sortent avec des gens qui sont célèbres ou riches ?
  2. Savez-vous qu’à moins d’être l’homme le plus riche du monde, il y aura toujours quelqu’un de plus riche que vous ? (vous pouvez remplacer riche par célèbre)
  3. Si vous pouviez devenir au choix l’homme le plus riche/fort/rapide/cultivé/beau du monde, pensez-vous qu’il soit envisageable d’être le meilleur en tout ?

Etre zen, c’est sexy

La société est compétitive, c’est un fait, et vous êtes condamné à perdre dans au moins une des dimensions de cette compétition. Le génie, c’est le talent auquel on additionne une grosse dose de travail. Parce que le haut niveau demande un travail quotidien, les grands escrimeurs n’excellent pas au saut à la perche. Vous pouvez êtes un grand sportif (mais pas dans toutes les disciplines) puis, une fois retiré de la compétition, devenir le nouveau Steve Jobbs, puis, retiré des affaires, vous intéresser très sérieusement au violoncelle au point de devenir un concertiste virtuose. Mais à part une poignée de surhommes, personne ne peut être les trois à la fois. Alors oui, il y aura toujours dans le monde, voire dans votre ville, quelqu’un de plus fort, de plus beau, de plus riche ou de plus intelligent que vous. Accepter ce fait, c’est s’approcher de la sagesse. Là, vous vous apprêtez à me rétorquer que la sagesse c’est bien beau, mais que l’ermite qui médite sur la montagne n’est pas réputé fréquenter des bombes sexuelles. C’est vrai. Mais s’approcher de la sagesse c’est augmenter son bien-être, et être bien dans sa peau, dans sa vie, c’est devenir plus séduisant. Inexorablement plus séduisant.

« Quand je me regarde je m’inquiète, quand je me compare je me rassure » dit le poète, « comparaison n’est pas raison » dit le proverbe.

Vous pouvez vous rassurer temporairement en contemplant la médiocrité ambiante, mais c’est un faux remède. Tôt ou tard, vous serez confronté à des gens qui vous sembleront supérieurs dans un ou plusieurs domaines et vos insécurités resurgiront.

Ce qui vous taraude, c’est l’angoisse de ne pas être assez bien, pour « elle », pour le reste du monde, et en bonus empoisonné l’angoisse que ça se sache. C’est une question d’estime de soi : vous ne vous estimez pas (assez) et ne comprenez pas que quelqu’un puisse vous apprécier pour ce que vous êtes. Comment le pourrait-il puisque vous-même n’en êtes pas capable, alors que la seule personne à vivre 24 heures sur 24 en votre compagnie c’est vous (sic) ? Autrement dit, votre relation longue et le mec avec qui elle vous a (peut-être) trompé n’ont rien à voir là-dedans : c’est entre vous et vous-même que tout ce joue, parce que vous vous comparez en permanence avec les autres, alors que la comparaison ne peut vous être systématiquement favorable.

Vous êtes donc seul face à vous-même. Votre copine sort entre filles et vous avez peur qu’il se passe quelque chose ? C’est parce que vous n’avez pas assez confiance en votre pouvoir d’attraction sur elle. En ville, les tentations sont quotidiennes, alors oui, elle rencontrera peut-être des hommes qui ont des attributs qui vous font défaut. Cela n’implique pas qu’elle vous trompe, si vous avez créé suffisamment de connexion avec elle.

Elle est partie et vous enragez que « l’autre » soit « mieux » que vous ? C’est parce que vous avez une opinion lamentable de vous-même et que comme dans la chanson de Michel Jonasz vous êtes terrifié à l’idée qu’elle soit partie à cause de vous.

Votre ex est la plus belle que vous ayez jamais séduite ? Le monde est rempli de belles femmes, vous paniquez parce que vous ne pensez pas être capable de séduire les autres. Par manque d’estime pour vous, et par manque d’honnêteté, vous vivez sur vos acquis. Votre ex n’était pas extraordinaire, elle était seulement la meilleure que la vie ait mise entre vos mains jusqu’à présent. Si vous étiez en harmonie, réconcilié avec vous-même, vous seriez enthousiaste à l’idée d’aborder de très belles femmes.

Pour en finir vraiment avec la jalousie

Nous sommes tous imparfaits, ce n’est pas une raison pour se complaire dans la médiocrité et en aucun cas cela ne nous dispense de chercher à nous améliorer. Il est bon d’avoir des modèles qui nous montrent un horizon à atteindre. Moi qui joue de la guitare, lorsque j’entends un solo grandiose, je m’enthousiasme : je suis ravi que la terre porte d’excellents guitaristes, meilleurs que moi et je les remercie de m’offrir un tel plaisir auditif. Imaginez à quel point je gâcherais mon plaisir si j’étais déprimé parce que « je ne jouerai jamais de la guitare aussi bien ».

Trouvez-vous des modèles, des inspirations et donnez le meilleur de vous-même, mais arrêtez de vouloir devenir des super héros : les super héros, c’est pour faire rêver les enfants et fantasmer les adolescents. Un fantasme de « toute-puissance » comme on dit dans le jargon des psychanalystes.

Pour en finir vraiment avec la jalousie, apprenez à vous accepter puis à vous dépasser sans chercher à dépasser les autres. Ce ne sont pas eux qui vivent votre vie.

« Quand il s’agit de stabiliser une situation, que ce soit intérieurement par la méditation ou extérieurement par l’action, on doit toujours se considérer comme seul » Cyrille Javary, commentant le Yi Jing

Frédéric

Adresse Email * Prénom *


5 COMMENTAIRES pour cet article.

  1. Fabien dit :

    Je me retrouve dans ces angoisses et dans les conclusions que Frédéric a émises. C’est un article effectivement d’une grande qualité, bravo ! Pour arriver à ce type de conclusions, il faut faire un travail sur soi. L’angoisse est l’agresseur, il faut apprendre un mécanisme de défense contre elle, alors qu’au départ on est désarmé face à elle, elle nous submerge.
    En plus, en tant que musicien guitariste comme l’auteur, j’ai le même type de doutes : on est constamment confronté à des musiciens (bien) meilleurs que nous. Mais il est possible de tout simplement les admirer et se concentrer sur ce qu’on peut faire de notre côté pour se dépasser. C’est la voie de la sagesse, de l’harmonie et de la sérénité !

  2. jaul dit :

    Tres belle article. Je cautionne.

  3. Xavier dit :

    Merci pour cet article. Il met par écrit de nombreuses conversations avec des amis et je commençais à me trouver anormal de ne pas être jaloux.

  4. Benjamin dit :

    C’est un plaisir de lire de articles d’une telle qualité.
    Le fait de considérer son(sa) conjoint(e) comme étant l’être parfait rejoint l’idée d’un precédent article qui expliquait qu’il fallait voir sa moitié comme un compagnon de route et non comme un horizon indépassable.

  5. Damien dit :

    Merci Frédéric,

    Ca faisait un moment que je trouvais que les articles de Spikeséduction m’apportaient de moins en moins (signe que je vais de mieux en mieux ?), mais cet article comporte une véritable réflexion, bien menée et approfondie !

    Je n’ai jamais été confronté à un problème de jalousie, de mon côté ou de celui d’une partenaire… En revanche pour ce qui est de la compétition, la phrase « Apprenez à vous accepter puis à vous dépasser sans chercher à dépasser les autres. Ce ne sont pas eux qui vivent votre vie » me plaît énormément et va m’apporter beaucoup pour d’autres aspects de ma vie !

    Au plaisir de te lire à nouveau

Qu'en pensez-vous ?

 (Ne sera pas publiée)

Archives par mois