creer de la connexion

Application du séminaire Manipulation I : qui vous ment ?

Accueil > L'actualité SpikeSéduction > Application du séminaire Manipulation I : qui vous ment ?

Cahuzac menteur : on le savait

Il y a quelques mois j’ai donné le premier séminaire de la nouvelle thématique « manipulation », avec pour motto qu’il était plus que primordial de savoir qui vous mentait (et comment).

Hier, il s’est passé ce que vous savez : un ministre du gouvernement a avoué qu’il avait tenté de prendre tout le monde pour des citrons. L’objet de ce site n’est pas de parler politique mais quand même je ne peux résister à la tentation d’une application pratique : qu’est-ce qui, dans cette vidéo où il s’affirmait blanc comme neige, laissait déjà voir que c’était un menteur ?

Encore une fois, inutile de déposer des commentaires à tendance politique gauche vs droite ou droite vs gauche, ils seront systématiquement effacés. Ce sont les sciences humaines qui nous intéressent.

Ceux qui ont suivi le séminaire seront effarés de voir à quel point j’avais raison (désolé de dire la vérité même si ça me fait passer pour un type aux chevilles enflées la preuve est là).

Et pour ceux qui voudraient acquérir ce genre de « superpouvoir » et arrêter de se faire prendre pour un con, c’est dans ce fameux séminaire :


Qui vous ment
(et comment ?)

Stéphane

Crédit photo : sudouest.fr

Adresse Email * Prénom *


28 COMMENTAIRES pour cet article.

  1. coco l'asticot dit :

    un politicien qui ment c’est presque un pleonasme non?
    de plus son air pas tibulaire mais presque donne vraiment l’impression qu’il ment ^^
    la confiance en soi ça plait au femme, mais l’orgueil (trop en tout cas) ça ne plait à personne.
    bon courage spike ;)

  2. Anthony dit :

    Pour relancer le débat : « Le langage corporel ne donne pas tant d’informations qu’on le croit » http://www.slate.fr/lien/70555/langage-corporel-decrypter

  3. Dionysiaque dit :

    Bon, ben tout le monde saura que je suis une quiche à l’écrit :)
    PS. son langage corporel le trahit, en effet!

  4. Stéphane dit :

    @Dionysiaque : on ne modifie pas les commentaires, vous devriez le savoir depuis le temps ;) Zéro modification, zéro censure (sauf les insultes racistes et autres âneries), c’est le commentaire bio 100% naturel !

  5. Dionysiaque dit :

    Je voulais mettre « rien n’est spontané » désolé pour le lapsus, si vous pouvez modifier… @+

  6. Stéphane dit :

    Regardez aussi l’antinomie entre les paroles et les gestes / mimiques

  7. Dionysiaque dit :

    Mes analyses sont assez proche de JB et Julien. Pourtant je les avais pas encore lu.

    1) Dès que l’interrogateur parle du compte en suisse, il serre les lèvres, baisse les yeux et il regarde ailleurs…
    2) Le sourire est forcé, avec des plis autour des yeux, il est assez contracté…
    3) Il doit réfléchir à ses réponses, rien n’est pas spontané…
    4) Il n’as pas l’air très scandalisé. L’accusation est pourtant grave.

    Bon weekend.

  8. Kais dit :

    @Sam merci pour le lien de la vidéo c’est du grand art !

  9. François Aux Landes dit :

    ps : excellent ce test ! HA HA .. J’avoue, je ne devrais pas rire du malheur des autres, c’est réellement triste, mais il l’a hélas un peu cherché.

  10. François Aux Landes dit :

    J’ai regardé cette vidéo et pour moi l’interview est assez factuelle, il n’y a pas beaucoup de place à l’improvisation et surtout le type était préparé.

    Partant de ce constat, selon moi les moments où l’on peut déceler le mensonge sont au tout début de la vidéo, c’est là où c’est le plus flagrant.

    – secondes 0 à 7 : la tête et le corps sont alignés. Le ton est direct, énergique, franc, le regard dirigé vers l’interlocuteur (le journaliste).

    Puis, le journaliste décrit les accusations sur un ton un peu monocorde, comme dans un tribunal.

    – Et la sur l’intégralité de la séquence, soit les secondes 10 à 21 : pas une seule fois la tête n’est alignée avec le corps. Pas un seul regard vers l’interlocuteur. Les mouvements sont brefs, la tête bouge dans tous les sens jusqu’au moment où il répond « non ça ne l’est pas », et là encore : le regard est absent, fuyant, la tête tournée, les machoires sérrées. On sent une tension intérieure mais pas une envie de révolte, on a l’impression qu’il veut se débarrasser le plus vite possible du « Non, ça ne l’est pas » pour ensuite reprendre ses esprits et échafauder une argumentation.

    Sur tout le reste de l’interview, on voit les mêmes mimiques et le même désalignement de l’axe du corps et de la tête sur les questions frontales : 45 secondes / « des éléments probants » => même délire, la tête s’envole, le regard s’absente, les épaules se resserrent. Puis son regard reviens vers l’interlocuteur, se remet à être franc, toujours lors des explications.

    my 2 cents

  11. Stéphane dit :

    @Sam : nous ne censurons pas, la preuve. Merci pour la vidéo elle est top : droite des valeurs en force !

  12. Sam dit :

    Stéphane m’a bien fait marré en sortant l’historique.Interdiction d’achat pour les prochains séminaires à Aurelien^^. Si je m’occupais du site j’aurais censuré à mort ce genre de connerie. Je sais que Stéphane les laisse pour preuve qu’il ne trafic pas les commentaires, mais bon quand même. Il est de notoriété publique que spike séduction ça marche (donc que c’est de qualité). La tradition du respect de l’ancien ou de l’enseignant, ça avait du bon quand même.
    Je me permet de mettre une petite intervention de soral sur ce genre de comportement arrogant http://youtu.be/xNqG16L_mCk?t=54s

  13. Stéphane dit :

    @Aurélien : si mes enseignements sont « risibles et péremptoires », il fallait me le dire en atelier ou en séminaire. Ca fait 4 ans que tu les fais et/ou télécharges tous, j’ai l’historique devant les yeux (2009).

    Ah, l’éternelle arrogance de celui qui a vaincu sa timidité et qui, pour s’affirmer, devient juste inutilement désagréable.

    Je ne devrais plus être surpris, c’est l’ingratitude rattachée à ce métier où celui qui n’osait même pas se moucher sans devenir tout rouge se permet du jour au lendemain de donner des leçons à celui à qui il devrait de la gratitude pour l’avoir sorti de sa merde.

  14. Meursault dit :

    Je n’ai pas suivi le séminaire mais je crois que beaucoup des éléments cités ci-dessus font sens, en particulier celui sur les non-dits. En fait, plutôt que de ne pas nier, je crois qu’il nie trop ou de façon trop « périphérique ». S’il avait répondu d’un simple et ferme « Non », sans rien ajouter de plus, on n’aurait pas eu l’impression qu’il cherchait à convaincre plus que nécessaire, à enrober le tout dans des justifications factuelles. Qu’est-ce qui est plus convaincant : « — Tu me trompes ? — Non. » ou bien  » Tu me trompes ? —Non, je te jure que non. Je ne vois pas comment cela aurait été possible, il se trouve que… blablabla ».

    Après, par rapport à une personne lambda, je crois qu’il faut aussi recontextualiser un peu. Il s’agit d’un homme politique et pour en avoir interviewés quelques uns sur des sujets sensibles (dans le cadre de mon travail), je peux vous dire que ce sont des joueurs de poker. Ils vous annoncent droit dans les yeux à chaque élection qu’ils vont changer le monde. Je n’essaierais pas trop de lire outre-mesure leur « non-verbal » car ils sont briefés par leurs communicants (voir à ce sujet l’excellente série « Boss »). De plus, il aurait peut-être été plus dans la réserve s’il ne s’agissait pas d’une émission de radio car, bien qu’elles soient désormais filmées, sur un plateau de radio on oublie naturellement cet aspect. Enfin, toutes ces précisions factuelles après le déni auraient pu être mises sur le compte du cadre juridique de l’affaire. Il est déjà dans le procès d’où l’aspect procédural de son argumentaire (les preuves, les nuances de vocabulaire). On sent poindre le débat devant les juges.

    Mais j’espère avoir raté des choses et que la commande de ce séminaire m’en apprendra beaucoup plus. Il est donc sur ma wishlist :) Article intéressant !

  15. Aurelien dit :

    @Stéphane,
    Bonsoir,
    Bien sûr qu’il y a du second degrés sur le terme « super pouvoir » et je l’avais interprété comme tel, ce n’est en rien contradictoire avec ma réaction. Mais bien malgré elles, les pseudo-analyses ci-dessus illustrent parfaitement mon propos, risibles de par le ton péremptoire qui transpire dans certaines.

    La tâche eût été risquée, courageuse et preuve d’expertise de ta part en début de semaine, elle est aisée et accessible au tout venant aujourd’hui. Comme le dit Julien, seule une analyse de vidéo d’affaires en cours serait pertinente, le rang d’expertise étant atteint avec la répétition de succès.
    Cordialement,
    Aurelien

  16. Sam dit :

    @Julien; Pour sarko regarde cette vidéo https://www.youtube.com/watch?v=XvB2IBJG-Eo regarde a 1minute 14, quand la journaliste demande à sarko ce qu’il faisait le 24 fevrier 2007 (affaire bétancourt), sarko baisse instantanément le regard d’ailleurs elle ne finit meme pas la phrase, elle dit a peine « juste sur la date du 24… »et INSTANTANEMENT il baisse son regard. Pour moi ça veut dire qu’il connait très bien cette date… Mais il dit qu’il ne savait pas ce qu’il faisait à cette date. Le fait que son regard baisse instantanément à son évocation est un aveux selon moi.

  17. Julien dit :

    Ce qui serait intéressant, c’est d’avoir l’analyse des vidéos de Sarkozy ou de DSK tans qu’on a pas le fin mot de leur histoire. Et si cela se confirme on pourra parler de « pouvoir », et surtout ça serait la meilleure pub possible pour le séminaire. D’un autre coté, il y a certaines personnes qui ont des conseillers pour cacher ça.

  18. Julien dit :

    En fait, en regardant cet interview, je n’y vois que de la PNL. J’ai fait le séminaire, mais je n’ai pas réussi à faire des rapprochements.
    Au niveau de la PNL:
    Le cerveau droit (créativité = le fait d’inventer = mentir) actionne la partie gauche du corps. Et inversement.
    Ce que j’observe:
    – Les yeux pointent beaucoup en haut à gauche = du visuel construit, imaginé.
    – Idem, les yeux sont souvent vers la gauche = de l’auditif construit, inventé.

    Julien

  19. JB dit :

    - il sourit alors que le reste du visage exprime autre chose (dissymétrie). Tres visible a 00:14, mais il le refait pendant toute l’interview.
    – il regarde plusieurs fois vers ce qui doit être la sortie: 00:46, 07:24
    – il est statique tout le long de l ‘entretien. Devant de telles accusations, il pourrait s’agiter dans tous les sens
    – il répète souvent la même chose, quand a sa maison par exemple, en utilisant les mêmes mots / expressions
    – il est hésitant des que les questions portent précisément sur son compte.
    – il ne contredit les faits que lorsque les questions sont posées explicitement, sinon il rebondit sur autre chose

    Franchement, c’est quand même un super menteur …

  20. Mathieu dit :

    Bonjour,

    Il serait intéressant de pouvoir analyser l’intervention sur TF1 de Dominique Baudis, à l’époque où celui-ci était accusé de proxénétisme, pour voir si l’on peut interpréter son attitude.

    Je me souviens qu’à l’époque, beaucoup de personnes avaient déduit qu’il était coupable car il semblait extrêmement mal à l’aise lors de son intervention.

  21. king dit :

    Absolument vrai!

    Cette interview démontré beaucoup de choses,
    Le type ment, ça se sent, ça se voit :
    Il regarde souvent vers le bas/la table, fuit presqu’immédiatement le regard d’Apathie quand lui (Apathie) le regarde – on ne le voit pas mais ça se sent, c’est l’impact visuel du questionneur décisif versus le présumé accusé/’coupable’, on ressent sa tension,
    Bien camouflée, mais visible, sourires qu’il essaie de partager avec Apathie dont il n’y répond pas et qui vire finalement au ‘jaune’.
    Il ne répond pas directement, une personne qui n’a rien a se reprocher répond fermement et directement, le parfait menteur sait le faire egalement, toujours est il que le style de vocabulaire tant connu et permettant aux politiques de rouler des mécaniques et esquiver une question rendrait a faciliter le camouflage d’un supposé mensonge.
    La on voit clairement que le type est pas net – enfin pardon, pour moi. ;)
    Si j’ai les chevilles qui enflent, c’est votre problème – je suis content d’avoir ce regard, et celui qui sait qu’il l’a et peut le partager se doit légitimement de se la raconter un peu. ;)
    C’est un bel outil!

  22. Stéphane dit :

    @Aurélien : ne penses-tu pas qu’il y avait un peu de second degré derrière le terme « superpouvoir » ? ;)

  23. Aurelien dit :

    Bonsoir,
    Occupation distrayante que ce décorticage une fois la vérité faite. Toutefois, amusez-vous avec ceci, c’est également un excellent exercice:
    http://www.la-communication-non-verbale.com/2011/12/mensonge.html

    J’aurais respecté la présente démarche si elle avait eu lieu avant les aveux du concerné. Dire seulement aujourd’hui « je le savais » ou « ceux qui ont vu mon séminaire le savaient » est un peu facile.
    Ce séminaire sur la détection de mensonge (car c’est bien là le but de l’article) est intéressant(*), mais il faut quand même remettre les choses à leurs places: Stéphane est très doué pour prédire l’issue d’une relation ou encore si un vêtement vous ira avant même que vous ne l’essayiez, mais SpikeSeduction ne délivre pas de « superpouvoir » sur la détection de mensonge, et dans le cas présent les membres ayant vu/écouté ce séminaire n’étaient pas mieux lotis que les autres pour éviter de se faire « prendre pour un con ».
    Ou alors il fallait oser mouiller la chemise plus tôt.
    Cordialement.

    (*): oui, j’ai ce séminaire, je sais donc de quoi je parle.

  24. archie dit :

    Il anticipe trop précisément les accusations, à peine accusé il est déjà trop impliqué dans son propre rôle d’avocat.

  25. Yannick dit :

    Je n’ai pas suivi ce séminaire, mais intuitivement j’aurais retenu les points suivants :

    – Il propose des justifications pour un point mineur (son appartement) des accusations pour détourner l’attention de l’essentiel (son compte en Suisse)
    – Il se dit accusé injustement comme beaucoup d’autre et est donc en position de victime
    – Il répond vaguement (sur son déplacement en Suisse), beaucoup trop de « peut-être » et « il se peut ».
    – Il attaque ses accusateurs sur le plan personnel (l’inspecteur du fisc)
    – Il rejette la possibilité même que cela soit vrai en qualifiant l’affaire de plaisanterie

    Pour résumer, il détourne l’attention du sujet principal, et quand il n’as pas le choix que d’en parler, reste très évasif et hésitant.

  26. Emmanuel dit :

    Ce qui est particulièrement insupportable, c’est cet espèce de théâtre qu’il fait à propos de la conversation dont parle Adrien.
    Que ce soit le oui de la tête, les mimiques ou le lyrisme baroque du discours, tout est excessif. Less is more…on sent l’insecurité.

  27. Kais dit :

    A 43 secondes, il regarde en haut à gauche, hemisphere droit : imagination. Tendance à l’ironie excessive, tendance à se focaliser sur ses accusateurs plutôt que sur soi, souffle un peu plus court que la moyenne, excitation physique, petit énervement dans la posture difficilement contrôlable. Il apparait que le sujet est très préoccupé et inquiet. D’autre mentent mieux car ils n’ont aucun scrupules.

  28. Adrien dit :

    Bonjour,

    Voici selon moi le moment où le fond de teint du mensonge commence à couler. Aphatie lui parle d’une conversation qu’il aurait eue avec un agent d’affaires sur son compte en Suisse. Il ne la niera pas fermement. Il restera dans le vague, le général « c’est une plaisanterie », « à aucun moment je n’ai eu à rencontrer des gens comme cela ». Afin d’éviter de répondre précisément oui ou non, il discute des détails de vocabulaire. De plus on note l’apparition des clignements de paupières plus appuyés et fréquents à ce moment de l’entrevue, ses traits du visage se crispent.

    « Tout ce qui n’est pas nié, partez du principe que ça a toutes les chances d’être vraies. » Spike

    Mais la justice définira précisément ce qu’il en est…

    P.-S. : D’autres indices de mensonge cités dans le séminaire y sont également présents.

Qu'en pensez-vous ?

 (Ne sera pas publiée)

Archives par mois